mardi 11 aot 2020 16:14:05

Chirstopher ross au Sahara occidental : Des membres permanents du Conseil de sécurité saluent la visite

Plusieurs membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) et l’Espagne ont salué mardi l’annonce de la visite de l'Envoyé personnel du Secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross

PUBLIE LE : 20-03-2013 | 23:00
D.R

Plusieurs membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) et l’Espagne ont salué mardi l’annonce de la visite de l'Envoyé personnel du Secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, prévue du 20 mars au 3 avril dans la région, en émettant l’espoir de ''la fin de l’impasse actuelle''. La Représentation des États-Unis à l’ONU, dirigée par Mme Susan Rice, a publié un communiqué conjoint du groupe formé de ces 5 pays, appelé ''Groupe des amis du Sahara occidental'', dans lequel ils ont exprimé leur satisfaction pour cette nouvelle tournée de M. Ross. ''Le Groupe des amis du Sahara occidental a salué l'annonce de la prochaine visite de l'Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, Christopher Ross, dans la région, y compris au Sahara occidental'', a noté le communiqué.
À ce propos, les pays membres du Groupe des amis du Sahara occidental ''expriment leur soutien aux efforts de médiation du Secrétaire général de l’ONU et de son Envoyé personnel en vue de la prochaine étape de leur engagement avec les parties (au conflit) et les États voisins'', souligne le communiqué. En outre, les cinq pays de ce Groupe ont souligné qu’ils ''encouragent les parties à faire preuve de souplesse dans leurs relations avec l'Envoyé personnel et entre eux, dans l'espoir de mettre fin à l'impasse actuelle et d’avancer vers une solution politique'', a encore précisé le communiqué. L’Envoyé personnel de Ban Ki-moon avait alors exprimé sa ''forte préoccupation'' du statu quo de la situation en prévenant que s’il perdurait, ''ce conflit pourrait nourrir une frustration croissante et déclencherait de nouvelles violences et hostilités qui seraient tragiques pour les peuples de la région". En conséquence, il avait soutenu que la question du Sahara occidental, qui dure depuis bien trop longtemps, ''doit être résolue et elle peut être résolue s’il y a une volonté de s'engager dans un véritable dialogue".

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions