vendredi 28 fvrier 2020 13:59:09

Les femmes travailleuses dans la Fonction publique : Le taux dépasse les 31%

Relations de travail : Les amendements de l’article 87-bis devant le Premier ministre

PUBLIE LE : 07-03-2013 | 0:00
D.R

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, M. Tayeb Louh, a annoncé hier que le nombre de femmes  travaillant dans la Fonction publique était de 607.160, soit un taux de 31,8%  du total des travailleurs.   


M. Louh a indiqué, lors d'une cérémonie de distinction de la femme travailleuse, à l'occasion de la Journée mondiale de la femme, que 88% du nombre des travailleuses de la fonction publique étaient des permanentes et 11,3% contractuelles.          
Il a précisé que la femme est majoritaire dans le corps de l'enseignement, tous paliers confondus, avant de souligner que le taux de la femme travailleuse était de 42% dans le secteur de l'éducation nationale, 20% dans la santé publique et 13% dans celui de l'intérieur et collectivités locales.          
M. Louh a affirmé également que l'État algérien a de tout temps accordé  un intérêt particulier à la promotion du rôle de la femme algérienne afin de lui permettre de contribuer de manière efficace et effective au développement  économique et social du pays.          
Il a souligné, à ce propos, les politiques nationales suivies qui ont  permis à la femme algérienne de réaliser de nombreux acquis dans divers  domaines, dont ceux politique et économique, faisant remarquer que la femme algérienne est désormais un élément  vital dans le processus de développement au regard de sa présence dans les différents domaines de production, d'innovation et les milieux de prise de décision. L'Algérie compte parmi les premiers pays qui ont adopté une loi du  travail juste et équitable à l'égard de la femme qui interdit toute forme de discrimination sexiste et garantit l'égalité des chances.          
Le ministre du Travail a par ailleurs insisté sur l'encouragement de la participation de la femme dans le domaine de l'investissement en vue de l'associer  à la création des richesses, mettant en relief la place de la femme dans le plan de promotion de l'emploi et de lutte contre le chômage qui repose sur le développement de l'investissement générateur d'emplois.          
Il a rappelé, à cet effet, le rôle des associations féminines en tant que réseau social qui s'emploie à orienter et à aider la femme dans le domaine de l’entrepreneuriat, outre son rôle syndical.          
Par ailleurs, la cérémonie a été marquée par la distinction des femmes  ayant occupé des postes dans les secteurs administratif et politique en considération de leurs efforts et de leur contribution au développement du pays.

Relations de travail
Les amendements  de l’article 87-bis devant le Premier ministre
Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité  sociale, M. Tayeb Louh, a affirmé, hier, que les nouvelles propositions  liées à l'article 87-bis de la loi sur les relations de travail se trouvent chez le Premier ministre.          
Le ministère du Travail a finalisé, en coordination avec les partenaires sociaux, les rapports contenant les nouvelles propositions relatives à l'article 87-bis de la loi sur les relations de travail, a indiqué M. Louh dans une déclaration en marge d'une cérémonie en l'honneur de la femme travailleuse.    
En octobre 2011, ont été installés les trois groupes de travail chargés de l'examen de certains dossiers, dont le groupe d'évaluation de l'incidence financière induite par l'abrogation de l'article 87 bis et la prise en charge de la question dans le cadre de la prochaine révision de la loi sur le travail. L'installation de ce groupe intervient en application des décisions de la tripartite (gouvernement-UGTA-patronat) lors de sa 14e session tenue en septembre 2011.          
La question de l'article 87-bis figurait à l'ordre du jour de cette réunion, et ce sur proposition de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) qui a demandé l'annulation de l'article afin d'améliorer le pouvoir d'achat des travailleurs.  L'article en question stipule que le salaire national minimum garanti comprend le salaire de base, les indemnités et primes de toute nature, à l'exclusion des indemnités versées au titre de remboursement de frais engagés par le travailleur.  
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions