mardi 13 novembre 2018 04:42:44

Marchés informels : « 80% des commerçants régularisés », souligne le ministre de l’Intérieur

«La situation de plus de 80% des commerçants qui activaient dans les marchés informels a été régularisée», c’est ce qu’a indiqué, lundi, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, dans une déclaration à la presse, en marge de l’ouverture des travaux de la session de printemps de l’Assemblée populaire nationale (APN).

PUBLIE LE : 06-03-2013 | 0:00
D.R

«La situation de plus de 80% des commerçants qui activaient dans les marchés informels a été régularisée», c’est ce qu’a indiqué, lundi, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, dans une déclaration à la presse, en marge de l’ouverture des travaux de la session de printemps de l’Assemblée populaire nationale (APN).
M. Daho Ould Kablia avait, pour rappel, affirmé, il y a quelque mois, que l’opération d’organisation des marchés informels devrait s’achever avant le mois de Ramadhan prochain, avec la réhabilitation et l’intégration, avant la fin de 2012, de quelque 8.000 commerçants. Selon le même ministre, sur les 65.000 commerçants recensés dans l’informel, près de 28.000 seront intégrés au courant du premier trimestre de l’année en cours.
La prise en charge de ces commerçants se fera, avait fait savoir le ministre, à travers la réalisation de marchés en constructions “mobiles et légères» et  de «nouveaux locaux», ainsi que l’utilisation «des locaux relevant de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) et de l’Agence nationale de l’amélioration  et du développement du logement (AADL), situés au rez-de-chaussée des bâtiments».             
Aussi, plusieurs marchés informels ont  été éliminés avec le consentement de ces commerçants, qui ont compris, a relevé le ministre,  qu’il était «dans leur intérêt d’exercer leur activité dans un cadre légal».
Il convient de signaler, dans ce contexte, que selon une enquête du département de Commerce, effectuée à fin 2011, «sur les 1.597 marchés, alors existants au niveau national, 765 étaient classés dans la case du commerce informel». L’enquête avait positionné la wilaya d’Alger en tête de liste avec 147 structures, suivie de Boumerdès (63), Oran (52), Constantine (31), Biskra (29), Chlef (28) et Blida (27).
Le nombre d’intervenants dans le circuit informel a été estimé à 61.127 environ, soit près de 5% du nombre de commerçants inscrits au registre du commerce dans la catégorie service et détail qui a été évalué à 1.238.983.
Les pouvoirs publics ont décidé de réglementer cette activité en intégrant les jeunes dans des espaces contrôlés sur la base d’avantages étudiés pour leur permettre d’exercer leur activité dans la légalité des lois régissant le commerce. Et c’est ainsi que des  opérations de réhabilitation des marchés de gros et de détail de fruits et légumes pour un montant de 5,9 milliards de dinars ont été entamées.
Pour rappel,  une enveloppe de 10 milliards de dinars a été dégagée dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014 pour le ministère du Commerce, alors que le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a consacré une enveloppe budgétaire de l’ordre de 4 milliards de dinars pour la réalisation de marchés de proximité destinés à absorber l’activité commerciale informelle. Aussi, il n’y a pas de cela très longtemps, l’anarchie qui régnait aux abords des différents marchés incommodait plus d’un et générait moult désagréments. Depuis l’entrée en vigueur du nouveau dispositif, le citoyen respire mieux, et l’on constate une réappropriation des espaces naturels, notamment par les riverains.
En vérité, tout le monde est gagnant dans l’affaire, notamment les commerçants régulièrement installés et propriétaires d’espaces de vente qui ont longtemps été victimes d’une concurrence déloyale.
Soraya G.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions