samedi 22 septembre 2018 07:17:14

Syrie : Ban Ki-Moon désapprouve toute tentative d'armer les parties en conflit

Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-Moon a indiqué que la fourniture d'armes aux parties en conflit en Syrie ne peut conduire qu'à prolonger la crise dans le pays, qui a fait plus de 70 000 morts jusqu'ici, ont rapporté vendredi des médias.

PUBLIE LE : 02-03-2013 | 0:00
D.R

Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-Moon a indiqué que la fourniture d'armes aux parties en conflit en Syrie ne peut conduire qu'à prolonger la crise dans le pays, qui a fait plus de 70 000 morts jusqu'ici, ont rapporté vendredi des médias. "Le secrétaire général estime que toute tentative d'armer les protagonistes du conflit en Syrie est inopportune", a souligné lors d'un point de presse le porte-parole adjoint de l'Onu Eduardo del Buey, qui était interrogé sur les interventions extérieures dans le conflit syrien. Ban Ki-Moon a affirmé à maintes reprises sa ferme conviction que le recours à la violence et à des moyens militaires ne fait que conduire à davantage de souffrances et de destructions. Il est convaincu qu'une solution politique est la seule façon de sortir de la crise. Des représentants de dizaines de pays étaient présents jeudi à la conférence internationale des "Amis de la Syrie" à Rome pour discuter des moyens de renforcer le soutien à l'opposition syrienne. Les membres de l'opposition syrienne en exil ont appelé la communauté internationale à fournir des armes aux rebelles. John Kerry, le secrétaire d'Etat américain, a indiqué jeudi que l'administration Obama fournirait aux rebelles de l'Armée syrienne libre une assistance "non létale", et il a précisé que Washington offrirait 60 millions de dollars de plus à l'opposition syrienne. Pour sa part, l'émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe en Syrie, M. Lakhdar Brahimi, a mis en garde contre la dégradation de la situation en Syrie et la persistance de la crise actuelle, appelant à la poursuite des efforts visant à trouver un terrain d'entente entre le gouvernement et l'opposition en vue d'un règlement pacifique du conflit.
Dans une intervention lors de la 6e réunion du conseil de la Fondation Yasser Arafat tenue jeudi au siège de la Ligue arabe au Caire, M. Brahimi a souligné la nécessité de mettre un terme au conflit armé en Syrie. Le problème réel se rapporte à une crise de confiance entre les parties opposées, a-t-il estimé.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions