vendredi 03 avril 2020 22:01:51

JSK : Que se passe-t-il entre Hannachi et Sandjak ?

Les dernières années se suivent et se ressemblent pour la JSK.

PUBLIE LE : 16-02-2013 | 0:00
D.R

Les dernières années se suivent et se ressemblent pour la JSK. Ce grand club, qui faisait les beaux jours du football algérien et de toute la Kabylie, a perdu de sa superbe et n’est plus ce qu’il était. La JSK, club le plus titré du pays, qui  de surcroît a accroché six étoiles africaines à son maillot est en train de rentrer dangereusement dans les rangs. Réputée pour son avant-gardisme en termes de professionnalisme, connu pour sa parfaite organisation en tout point de vue et admirée pour son football académique de haute facture, durant les années 70/80/90, la JSK qui attirait les meilleurs joueurs du championnat, n’est à présent que l’ombre d’elle-même. L’équipe ne joue plus les premiers rôles, n’attirent plus les foules, évolue devant des gradins presque vides à chaque fois qu’elle reçoit at-home, et ne connaît plus la stabilité qui faisait pourtant sa réputation auparavant, que se soit au niveau de la barre technique ou de l’effectif. Qui l’aurait cru ? Le président Mohand-Chérif Hannachi, à la tête du club depuis à présent presque deux décennies, ne sait plus où donnait de la tête. Il n’est un secret pour personne qu’en homme totalement dévoué pour son club, il peine à lui redonner l’aura qui a de tout temps était sienne ? Le club n’attire plus les bailleurs de fonds. Ainsi, alors que le MCA, l’USMA, le CSC et autres se structurent et se dotent des moyens nécessaires pour s’assurer un avenir radieux en faisant appel à des investisseurs importants, la JSK demeure à la traîne au vu de son standing qui est en déperdition. Si les milliers de fans kabyles se sont détournés de leur équipe favorite alors que par le passé, il leur arrivait même de passé la nuit aux abords du stade la veille d’une rencontre de la JSK pour s’assurer une place dans les gradins… cela signifie qu’ils ne se reconnaissent plus en cette JSK qui faisait leur fierté, et leur bonheur par le passé. Quelque chose s’est malheureusement cassée dans ce grand club ! Par ailleurs, on évoque des problèmes qui ont surgi entre Hannachi et Sandjak. On parle de rapports pas du tout au beau fixe entre les deux hommes, alors qu’il n’y a pas si longtemps, ils ne cachaient pas leur bonne entente et leur estime l’un pour l’autre. A rappeler que le boss kabyle a fait des pieds et des mains pour s’attacher les services de l’enfant de Noisy-le-Sec, qui a répondu présent au moment où la JSK pataugeait dans le bas du championnat, alors qu’elle était censée jouer le titre cette saison, comme affirmé avant le début du championnat par Hannachi. Mais, ce que l’on sait pour notre part, c’est que Hannachi ne parle même plus à Sandjak. Il ne répond même pas aux appels téléphoniques de ce dernier, qui n’a pas perçu ses deux dernières mensualités, d’après nos informations. Il faut savoir que la JSK est confronté à un problème financier. D’ailleurs, les joueurs n’ont pas été payés ces derniers mois. Des informations font part de divergences de points de vu entre le président et son coach au sujet de la gestion de l’équipe, qui font qu’il y aurait volonté de pousser l’entraîneur des Canaris vers la porte de sortie. Sinon, comment expliquer que le président ne lui réponde pas au téléphone et qu’il n’y ait ces derniers temps aucun contact entre les deux hommes au moment où de son côté Sandjak cherche après Hannachi sans que ce dernier ne daigne prendre attache avec lui ? Le mal est profond à la JSK, même si le groupe, heureusement d’ailleurs, est préservé d’un conflit qui ne dit pas son nom pour l’instant ! Que se passe-t-il à la JSK ?

Mohamed-Amine Azzouz     

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions