vendredi 06 dcembre 2019 18:21:26

Augmentation de la marge bénéficiaire : La Fédération algérienne des boulangers favorable

Le président de la Fédération algérienne des boulangers (FAB), M. Youcef Kelfat, a exprimé hier sa satisfaction à l'égard des déclarations du ministre du Commerce sur la révision de la marge bénéficiaire des boulangers, souhaitant une "solution concrète" à leurs revendications.

PUBLIE LE : 14-02-2013 | 0:00
D.R

Le président de la Fédération algérienne des boulangers  (FAB), M. Youcef Kelfat, a exprimé hier sa satisfaction à l'égard des déclarations du ministre du Commerce sur la révision de la marge bénéficiaire des boulangers,  souhaitant une "solution concrète" à leurs revendications.
La Fédération algérienne des boulangers a accueilli favorablement les dernières déclarations du ministre du Commerce sur la révision de la marge bénéficiaire des boulangers, a indiqué M. Kelfat dans une déclaration à l'APS, affirmant que la fédération n'envisageait aucune grève ou protestation pour la satisfaction de ses revendications. Le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, avait affirmé, dans le courant de la semaine, que son département ministériel procèdera à la révision de la marge bénéficiaire des boulangers qui fabriquent le pain uniquement, notamment dans les petites villes et en milieu rural, reconnaissant que ces derniers rencontraient des problèmes liés à la marge bénéficiaire. Il a précisé, à ce propos, que le ministère du Commerce a été destinataire de propositions de la Fédération nationale des boulangers, actuellement en cours  d'examen. M. Kelfat a souhaité, d'autre part, une "solution concrète" aux revendications des boulangers, notamment celles liées à l'augmentation de la marge bénéficiaire pour amortir le coût de la préparation du pain, pour régler "définitivement"  le dossier des boulangers. Le président de la FAB, affiliée à l'Union générale des commerçants et artisans algériens, a rappelé que celle-ci avait formulé, à la fin de décembre, une série de propositions au ministère du Commerce à la demande de celui-ci. Ces propositions s'articulent essentiellement autour de la réduction  du poids de la baguette de pain à 200 g au lieu de 250 g, et du prix du quintal de la farine de 2.000 DA à 1.500 DA, et l'augmentation du prix du pain à 10 DA. En 1996, l'État a fixé le prix du pain à 7,5 DA et à 8,5 DA pour le pain amélioré. Le ministre du Commerce avait exclu fin janvier toute augmentation du prix du pain pour cette année.
Par ailleurs, la fédération avait présenté au ministère du Commerce une "étude exhaustive" sur le coût de la baguette de pain. M. Kelfat a indiqué, à cet effet, que le prix du pain s'élève sur la base de cette étude, à 9,85 DA, ce qui a mené l'ensemble des boulangers à ne plus respecter le poids du pain.
Selon lui, la marge bénéficiaire des boulangers était estimée à 20% en 1996, mais avec l'augmentation des matières premières (farine et levant), et l'augmentation de coût de la main-d'œuvre, le coût du pain dépasse nettement celui de vente. Le nombre des boulangeries déclarées par la Fédération est de 21.000 à l'échelle nationale, réparties entre ceux possédant un registre du commerce (commerçants) et ceux possédant la carte d'artisan (fabricants de pain).

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions