lundi 14 octobre 2019 21:45:14

Nigeria : Un high level reconnu par tous

Le sélectionneur Stephen Keshi revient sur sa démission

PUBLIE LE : 12-02-2013 | 23:00
D.R

Le rideau est tombé sur cette 29e édition de la CAN avec la consécration méritée du Nigeria qui revient ainsi sur le devant de la scène africaine en empochant ainsi son 3e trophée dans son histoire.

Cette CAN 2013 a montré que le niveau du football africain est vraiment devenu mondial. Par conséquent, il faudra être très fort pour espérer faire partie du gotha africain. Il n’est plus facile de prendre part à une telle compétition sans s’être préparé au préalable comme s’il s’agissait d’une simple ballade de santé. Aujourd’hui, le football africain a connu un bond qualitatif des plus impressionnants, au point où on y vient de partout pour faire ses ‘‘emplettes’’. En effet, les joueurs africains dans leur grande majorité évoluent dans les grands clubs européens. On peut même dire qu’ils sont partout, tellement ils possèdent d’énormes qualités aussi bien sur le plan de leur morphologie que sur le plan technique. Les observateurs ont été émerveillés par les prouesses techniques et les qualités physiques des joueurs africains. Le football maghrébin, malgré ses qualités techniques n’a pas réussi à rivaliser avec ces nations africaines qui ont connu une évolution formidable faisant dire à tous les spécialistes qu’il n’y a pas d’équipes faibles ou d’équipes fortes. Sur un « rectangle vert », on a constaté de visu que toutes les équipes sont presque d’égales valeurs, sauf peut-être pour les équipes maghrébines qui ont été quelque peu en retrait en ne parvenant pas de rivaliser avec leurs adversaires à cause un peu de leur physique. Ils ont montré une certaine gêne devant les équipes qui présentent des équipes présentant des « gabarits de gladiateurs ». Faut-il, travailler un peu plus le côté athlétique en choisissant des joueurs très « costauds », ou bien va-t-on privilégier le jeu rapide et très bien organisée ? Ces questions restent posées. Toujours est-il, la CAN n’est plus une mince affaire où on peut la sous-estimer parce qu’on se croit au-dessus du lot. On avait vu le parcours du Cap-Vert d’un peu plus de 500.000 habitants qui a chamboulé la quiétude des grandes nations du football africain. N’a-t-il pas éliminé la grande équipe du Cameroun jugée comme une valeur sûre de ce football continental. Aujourd’hui, il y a lieu de changer toute sa politique de préparation, la méthodologie d’entraînement… Le Bénin, notre prochain adversaire dans les éliminatoires du Mondial 2014, ne sera pas une simple formalité. Il y a lieu aussi de prendre  en considération le Mali qui s’était classé à la 3e place en battant assez nettement le Ghana (3-1). Rien ne sera désormais facile. Il faudra sortir les tripes et de jouer le plus sérieusement possible. Car les certitudes d’hier ne sont plus valables de nos jours. A méditer !
Hamid  GHARBI

Le sélectionneur Stephen Keshi revient sur sa démission
Le sélectionneur du Nigeria, Stephen Keshi, est revenu sur sa décision de quitter l'équipe nationale après avoir mené le pays à une troisième victoire en Coupe d'Afrique des Nations, dimanche à Johannesburg, quelques heures après avoir annoncé son départ. Dans une déclaration signée par l'entraîneur et rendue publique hier par la Fédération nigériane de football, Keshi explique qu'il continuera à entraîner les Super Eagles après une intervention du ministre des Sports. "J'ai eu l'occasion d'exprimer mon mécontentement sur certaines choses qui se sont produites dans le cadre de notre participation à la CAN-2013, que mon équipe a gagnée par la Grâce de Dieu. En ce qui concerne mes relations avec la   Fédération nigériane de football, j'ai eu depuis l'occasion de discuter de diverses questions avec toutes les parties concernées", a-t-il déclaré. "Je suis donc heureux de pouvoir dire que j'ai reconsidéré ma position et décidé de poursuivre mon travail", selon le communiqué de Keshi qui remercie "l'honorable ministre des Sports, Mallam Bolaji, Abdullahi, pour son intervention rapide et gentille".  Lundi Stephen Keshi avait annoncé, sur une radio sud-africaine, avoir présenté sa démission, expliquant que "si une fois rentré au pays, on n'apprécie pas votre travail, eh bien vous ne pouvez pas forcer quelqu'un à vous aimer", confirmant ainsi qu'il existait certaines tensions au sein de la sélection des Super Eagles. Keshi, 51 ans, est devenu en novembre 2011 entraîneur du Nigeria avec un contrat de quatre ans. L'équipe qui a dominé dimanche en Afrique du Sud le Burkina Faso (1-0) a été reçue hier par le président nigérian Goodluck Jonathan. 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions