lundi 16 dcembre 2019 02:02:03

Sidi Bel-Abbès, Développement local : Une nouvelle impulsion

Directeurs de l’Exécutif, présidents des APC, élus de l’APW et représentants de la société civile étaient présents à la rencontre qu’a présidée le wali, M. Frehim Yahia au courant de la semaine.

PUBLIE LE : 06-02-2013 | 0:00
D.R

Directeurs de l’Exécutif, présidents des APC, élus de l’APW et représentants de la société civile étaient présents à la rencontre qu’a présidée le wali, M. Frehim Yahia au courant de la semaine. Une réunion qui se voulait une halte pour faire le point de la situation socio-économique de la wilaya et un rappel des missions et devoirs de l’ensemble des gestionnaires de base fraîchement installés à la suite des dernières consultations locales.

“Pour un nouveau départ » semble être le mot d’ordre lancé pour justement entamer dans de meilleures conditions le programme 2013, faire preuve d’efficacité  et achever les restes à réaliser, au demeurant si consistants au vu des retards enregistrés dans les chantiers, voire le non-lancement de pas mal de projets. Le constat est peu reluisant si l’on se réfère aux déclarations même du premier responsable de l’exécutif qui devait, en la circonstance, clamer haut et fort sa déception : « Je ne suis nullement satisfait des résultats… Chaque directeur sera évalué en fonction de la concrétisation de son plan de charge… », avait-il précisé dans son allocution d’ouverture avant d’exposer les axes de la tranche annuelle dont les secteurs du logement, de l’éducation et de la formation se taillent  la part du lion. Paradoxalement, ce sont les domaines de l’hydraulique et des travaux publics qui ont bénéficié le moins, soit une opération chacun. Par ailleurs, le secteur de la jeunesse et des sports avec quelques actions de réalisation de maisons d’accueil et d’aires de proximité se fraye un chemin pour consolider les infrastructures existantes.
En somme, une enveloppe de plus de 285 milliards a été allouée pour 53 projets au titre du sectoriel seulement, c'est-à-dire sans compter les PCD dont les inscriptions et la répartition des crédits obéiront à des propositions des communes à la suite d’une série de réunions projetées avec une cellule de wilaya instituée à l’occasion. Sur ce registre, il y a lieu de préciser que le wali avait affirmé que la plus petite commune recevra au moins une enveloppe de 800 millions de centimes pour faire face aux exigences et aux urgences des éventuels aménagements et entretiens de voirie et de réseaux. Saisissant l’opportunité, il devait insister sur le respect des procédures et clauses du marché en annonçant que des séminaires de formation seront organisés prochainement pour permettre aux élus de s’imprégner d’un mode de fonctionnement et de traitement. Dépasser l’esprit partisan et se consacrer aux tâches de développement ont été les recommandations les plus appuyées comme pour rappeler les premières obligations de ces cellules de base de l’édification. Le fait marquant a été sans doute la réalisation, bientôt, de deux zones industrielles respectivement à Sfisef et à Ain El Berd pour accueillir les éventuels investissements, notamment les projets des jeunes.  Des actions à généraliser surtout au niveau des autres daïras pour soutenir un élan d’investissement, après notamment la reconfiguration de la wilaya  au gré du passage de l’autoroute Est-Ouest et de l’extension de la ligne des chemins de fer menant jusqu’à Bechar. La véritable problématique réside immanquablement au niveau de la consistance des restes à réaliser et le nombre élevé des projets non lancés, compte tenu de la lourdeur des procédures administratives et techniques parfois en dépit de l’existence d’un outil de construction si performant. Des ultimatums ont été signifiés aux gestionnaires des secteurs pour rattraper le temps perdu et en finir avec l’exercice 2012, totalisant l’équivalent de 544 projets pour un montant avoisinant les 32,6 milliards de dinars.
En matière de bâtiment, il est à signaler qu’un quota de 1.500 logements sera distribué au courant du premier semestre alors que 6.500 autres au titre de l’AADL seront lancés incessamment. En clair, un ton a été donné lors de cette rencontre pour marquer un nouveau départ, augmenter l’intensité du rythme de construction et provoquer une impulsion à la notion du développement local…
A. Bellaha

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions