jeudi 19 septembre 2019 03:20:38

De nouvelles unités de production de médicaments génériques à Baraki, Cherchell, Constantine et Annaba

M. Derkaoui, PDG de Saidal : “Un investissement de 22 milliards de dinars”

PUBLIE LE : 04-02-2013 | 23:00
D.R

Le coût global des nouvelles unités de production de médicaments génériques en construction, à Baraki, Cherchell, Constantine et Annaba est estimé à 22 milliards de dinars, a indiqué, hier, le président-directeur général du Groupe Saidal, M. Boumediene Derkaoui, lors d'une conférence-débat, au forum de Liberté qui est revenu sur le rôle de Saidal dans la mise en œuvre de la politique du médicament et sur ses perspectives d'évolution. Il a annoncé que la direction de Saidal a arrêté une politique de développement ambitieuse fondée sur, entre autres, ces quatre nouvelles usines de fabrication de génériques à édifier d’ici à 2014.
“Nous ciblons un certain nombre de molécules pour réduire l’importation de médicaments, de même que toutes les formes liquides de Saidal seront produites à Constantine au site de l’usine de fabrication d’insuline », a-t-il indiqué. Il n’a pas omis de préciser que Saidal compte élargir la production de l'insuline à cette unité, ce qui permettra d'atteindre 93 % du marché national de ce médicament. Il a souligné que la deuxième usine sera implantée à Annaba et la troisième à Cherchell où seront fabriquées 25 000 unités de forme sèche. La quatrième usine sera installée à Zmirli dans la région de Baraki, à l’est d’Alger, pour produire 70 millions d’unités de forme sèche, également.
Selon le PDG de Saidal ce groupe pharmaceutique compte élargir son activité à la fabrication de médicaments anticancéreux au niveau de Sidi Abdellah et les études de réalisation de cette unité d'oncologie seront finalisées en juin prochain. Il a fait savoir que la réalisation de cette unité d’oncologie se fera dans le cadre d'un partenariat entre Saidal et un laboratoire koweïtien, estimant qu'il s'agit d'un « projet judicieux », dans la mesure où il permettra de réduire la facture de médicaments, estimée à 3 milliards de dollars et répondre à la demande croissante des malades souffrant de cette pathologie. M. Derkaoui a expliqué que le choix du laboratoire koweïtien s’est fait sur la base de sa propre expérience dans ce domaine important.
Avec un chiffre d’affaires estimé à plus de 13 milliards de dinars en 2011 et une part du marché avoisinant les 25% en volume et 7 % en valeurs, le groupe Saidal ambitionne de tripler ce chiffre d’affaires et doubler sa capacité de production à travers un programme d’investissement qui s’élève à 16,7 milliards de dinars. « Ces projets permettront au groupe d'augmenter sa production en la matière et de passer de 7 % à 20% des parts du marché national du médicament », souligne-t-il. Pour les responsables de Saidal, les investissements en cours auront un impact certain et permettront la diminution des ruptures de stocks dont souffre le secteur depuis de nombreuses années. Ils ambitionnent, en outre, d’assurer une bonne couverture de la demande des différentes formes d’insuline et ce, par le biais de l’extension de la capacité de production de l’usine d’insuline de Constantine.

Un centre de recherche et de développement pour la création de nouvelles molécules
Sur un autre plan, le groupe Saidal compte investir dans le domaine de la recherche scientifique et envisage la réalisation d'une unité industrielle de biotechnologie et le lancement d'un centre de recherche et de développement pour la création de nouvelles molécules, au niveau du pôle de Sidi Abdallah. Selon son PDG, le groupe Saidal est déterminé à aller de l’avant dans la modernisation de ses unités en vue d'augmenter ses capacités de production, tout en diversifiant son partenariat pour répondre à la demande nationale en médicaments
Répondant à une question liée au système de rémunération au sein des travailleurs, M. Derkaoui a indiqué que le groupe Saidal qui emploie plus de 4.100 salariés se dote d'un nouveau système de rémunération et accorde jusqu'à 45% d'augmentation des salaires à ses travailleurs, selon un accord salarial avec son syndicat. « L'accord comprend des augmentations différenciées de salaires variant entre 0 et 45% des salaires à partir de janvier 2012. » Le nouvel accord, fruit de 24 mois de discussions entre la direction du géant pharmaceutique algérien et le syndicat, constitue une rupture totale avec l'ancien système de rémunération datant des années 80. Le directeur de Saidal précise qu’« avec cet ancien système la secrétaire de direction était payée mieux qu’un ingénieur chimiste. Il nous a fallu deux longues années pour mettre de l’ordre. Il y avait des gens classés à la 20 et qui ne faisait rien. Avec le nouveau reclassement ils se retrouvent au milieu avec une indemnité différentielle soit un trop perçu de 15.000 dinars qui sera appelée à disparaitre. »
Selon le directeur de Saidal l’accord salarial qui comprend la nomenclature des postes de travail, la grille des salaires et le régime indemnitaire, établit un niveau de rémunération attractif combinant les attentes légitimes sur l'amélioration du pouvoir d'achat de l'ensemble des travailleurs et les exigences de rémunération des compétences.
S. Sofi

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions