dimanche 25 aot 2019 10:24:42

L’Islamisme et les Transformations Politiques dans le Monde Arabe en débat au Forum Géostratégique d’El Moudjahid : Au nom de la démocratie

Les islamistes, en Egypte, en Tunisie ou en Libye, ont été les plus grands gagnants du «Printemps arabe» et se sont retrouvés au pouvoir, réalisant ainsi leur rêve de toujours.

PUBLIE LE : 04-02-2013 | 23:00
D.R

Les islamistes, en Egypte, en Tunisie ou en Libye, ont été les plus grands gagnants du «Printemps arabe» et se sont retrouvés au pouvoir, réalisant ainsi leur rêve de toujours. Pour le professeur Baba Sayed, enseignant à l’Université Alger III, invité, hier, du Forum Géostratégique d’El Moudjahid, les facteurs qui ont favorisé la victoire du courant islamiste diffèrent d’un pays à un autre. 

Pour cet enseignant de la Pensée politique, l’émergence des islamistes en Libye, a été un acte prémédité relevant de la volonté de l’OTAN   qui a décidé de se «débarrasser» d’un régime devenu trop encombrant.  En Tunisie, le régime en place avait fait abstraction du legs historique et avait imposé un modèle occidentale. En Egypte, ce sont les frères musulmans qui ont tiré les marrons du feu. Cependant dira-t-il, cette arrivée au pouvoir n’est que le couronnement d’un feuilleton historique qui a commencé dans les années 1920, avec la naissance de cette mouvance. Le professeur, qui s’est consacré à l’étude de l’évolution du mouvement des Frères Musulmans.
La plus ancienne organisation politique a, à son actif, une longue histoire.   Son idéologie est basée sur les enseignements du Coran. Fondée par Hassan al-Banna dans les années 1920, les Frères musulmans (El-Ikhwan al-Mouslimoun) ont influencé les mouvements islamistes dans le monde entier avec leur modèle d’activisme politique. L’objectif initial du mouvement était simplement de répandre la morale et les bonnes œuvres islamiques. Mais rapidement, il a pris une dimension politique, dans son combat contre le colonisateur britannique en Egypte, et dans sa volonté de purger le pays de toute influence occidentale. En 1952, l’Egypte s’affranchit du contrôle britannique après un coup d'Etat fomentés par un groupe de jeunes officiers baptisés les Officiers libres. Initialement, les Frères font alliance avec les officiers libres et coopèrent avec le nouveau gouvernement. Mais leurs rapports se détériorent rapidement après que Nasser, invite Sayed Kotb à créer un parti et, d’être à sa tête. Ce dernier refuse, résultat, les chefs de la mouvance islamiste se retrouvent en prison. Et les membres de cette organisation font l’objet d’une répression très brutale.
Et c’est là, qu’apparaît l’extrémisme, et Sayed Kotb dans son livre Repères sur la route commence à parler de djihad offensive et de droit à la résistance. Mais cette vision des choses n’est pas très partagée, et certains ont crié «nous sommes des prédicateurs et non des juges». Cependant, c’est un membre de cette confrérie, qui sera l’auteur de l’assassinat du président Anouar Essadate en 1981. Il faudra attendre 2011, pour que les frères musulmans opèrent une entrée active dans la vie politique égyptienne.
Il reste  à savoir si les islamistes qui ont pris le pouvoir, par voies démocratiques, avec la bénédiction de l’Occident, vont réussir là ou les autres ont échoué, c’est-àdire faire face à la colère sociale, surtout qu’aujourd’hui, les peuples sont usés et ne font plus preuve de patience.
Pour la simple raison que ceux qui ont profité des mouvements de révolte ont montré qu’ils ne sont pas en mesure d’apporter un modèle social et économique pouvant assurer la justice sociale et surtout la stabilité du pays.
Nora Chergui

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions