mardi 18 septembre 2018 17:37:52

Hydraulique : 30 millions d’euros pour la réalisation de 200 stations d’épuration d’ici 2015

L’objectif est de traiter 1,2 milliard de m3 d’eaux usées par an et d’augmenter à 100% le taux de raccordement au réseau d’assainissement.

PUBLIE LE : 31-01-2013 | 0:00
Ph. Billal

L’objectif est de traiter 1,2 milliard de m3 d’eaux usées par an et d’augmenter à 100% le taux de raccordement au réseau d’assainissement.

«Le programme algéro-européen d'appui au secteur de  l'eau «EAU II» vise un taux de raccordement de 100% au réseau d'assainissement en milieu urbain et 80% en zone rurale à l'horizon 2030.» C’est ce qu’a déclaré, hier à Alger, le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, lors d’un séminaire sur l’assainissement des eaux usées urbaines : réalisation et défis à relever dans le cadre du programme «EAU II».        
Le ministre, qui a mis en valeur la coopération algéro-européenne dans le domaine de l’assainissement des eaux usées en termes d’accompagnement technique et de mobilisation des experts pour la concrétisation du programme national de mobilisation des eaux conventionnelles et non conventionnelles d’ici 2030, a indiqué que «l’Algérie, en ce qui concerne le taux de raccordement au réseau public d'assainissement, est passée de 35% en 1970 à 87% actuellement, soit le deuxième meilleur taux  d'accès à l'assainissement en Afrique».                
   Le ministre n’a pas manqué de mettre en exergue la construction de 145 stations d’épuration, dont la majorité sont certifiées ISO. Selon lui, l’Algérie atteindra l’objectif de 200 stations à la fin de l’année 2015 afin d’arriver à une capacité de traitement de l’ordre de 1,2 milliard de m3/an.
  Idem pour une série d’autres réalisations que ce programme va pouvoir impulser, tel celui, comme l’a spécifié le ministre, d’aider l'Algérie «à définir une stratégie nationale de lutte contre les inondations afin d'avoir une vision  globale et stratégique de l'ensemble des risques réels et potentiels d'inondation, et de planifier les mesures pour y faire face».          
Justement, M. Necib n’omettra pas de rappeler, dans ce sens, les grandes lignes de la nouvelle loi portant la protection de l’environnement qui rend obligatoire le pré- traitement au niveau des unités industrielles.  
Le ministre a estimé que «l’Algérie a réalisé, dans cette perspective, des efforts considérables ces dernières années en termes d’épuration et de réalisation de stations d’assainissement, ainsi que des efforts consentis par l’État dans le cadre de la bataille de l’eau». La coopération algéro-européenne dans ce programme s’élève à 30 millions d’euros pour la partie européenne et 10 millions pour la partie algérienne.   
De son côté, M. Marek Skolil, ambassadeur, chef de la délégation de l’Union européenne, a indiqué que «l’Algérie a ainsi beaucoup avancé dans le domaine de l’assainissement des eaux usées par la réalisation de dizaines de structures afférentes». Il a cité, dans ce sens, de nombreuses opérations de mobilisation des eaux conventionnelles et non conventionnelles, ainsi que la construction de nombreuses stations d’épuration et d’assainissement des eaux usées.  Aussi, selon lui, l'Algérie avait déjà «beaucoup avancé pour assurer l'accès à l'eau  pour tous et a choisi de s'investir sérieusement dans la gestion des eaux usées», en expliquant que ce pays entame déjà l'étape de la réutilisation des eaux épurées. «On ne peut que se féliciter de cette volonté de prendre en charge les besoins en eau dans un pays aux ressources limitées», a-t-il enfin estimé.
Il est utile de rappeler que le programme d’appui au secteur de l’eau et de l’assainissement «EAU II» est inscrit dans le cadre de la coopération avec l’Union européenne,  considéré comme un programme pilote, car il utilise, pour la première fois dans la coopération entre l'Union européenne et le partenaire algérien sous la forme d'un appui budgétaire sectoriel qui contient également une part considérable d’aide complémentaire et assistance technique. D'une durée de quatre années, «EAU II» porte également sur la réalisation d'une cellule d'audit de performance pour renforcer la planification stratégique du  secteur, de même qu’il financera la création d'un centre national de formation aux métiers de l'assainissement, la mise en place du réseau d'assainissement  national de télégestion.
Wassila Benhamed 

Transformer l’oued El-Harrach en un espace de détente en 40 mois

Le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, a annoncé hier que «les travaux de dépollution et de l’aménagement de l’oued El-Harrach sont déjà entamés sur le terrain par le groupe sud-coréen Daewoo, en partenariat avec le groupe public algérien Cosider». M. Necib, qui était accompagné de l’ambassadeur, chef de la délégation de l’Union européenne à Alger, M. Marek Skolil, a expliqué que «ce projet aura aussi la dépollution l’oued El-Harrach sur une distance de18 kilomètres, soit de l’embouchure de la mer jusqu’à presque Hammam Melouane, et de le rendre navigable sur une longueur de 5 km». Avec un délai de réalisation de 40 mois, les travaux d’aménagement d’oued El- Harrach comportera aussi la réalisation, tout autour de ces deux rives, de plusieurs espaces de loisirs et de détente.  
W. B.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions