dimanche 22 septembre 2019 07:04:35

Vahid Halilhodzic exprime son attachement aux Verts

S’il y a bien quelqu’un au sein de la sélection nationale qui n’en revient vraiment pas de voir l’EN perdre ses deux premiers matchs, c’est le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic.

PUBLIE LE : 28-01-2013 | 23:00
D.R

S’il y a bien quelqu’un au sein de la sélection nationale qui n’en revient vraiment pas de voir l’EN perdre ses deux premiers matchs,
c’est le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic.

La déception a concerné certes, tous les membres de l’EN, les fans algériens présents ici en Afrique du Sud et tout le monde au pays, mais en tant que maître à bord du groupe Algérie, le Bosnien qui fondait beaucoup d’espoir de voir l’Algérie réussir un bon parcours et pourquoi pas aller le plus loin possible dans cette CAN-2013 a vu ses plans faussés. Cela même si on lui reconnaît un point qu’il n’a cessé d’évoquer, celui de le voir rester mesurer dans ses propos depuis par rapport à la trajectoire qu’allait avoir l’EN dans cette Coupe d’Afrique des nations d’Afrique du Sud, contrairement aux ambitions démesurées, mais somme toute normales, affichées par certains joueurs de la sélection et relayées par des médias nationaux. C’est un entraîneur médusé et qui ne comprenait pas ce qui venait de lui arriver, que celui qui a animé un point de presse à la fin du match face au Togo. Malgré tout, il a gardé sa lucidité et son calme. Il a exprimé son point de vue sur la catastrophique participation des Verts à cette CAN-2013 sur le plan des résultats notamment. Il affirma d’emblée : « Que voulez-vous que je vous dise ?! Je ne comprends franchement pas ce qui s’est passé. Je crois qu’on a présenté notre équipe comme étant l’une des meilleures sans qu’elle n’atteigne vraiment le haut niveau. Peut-être qu’on a mis trop de pression sur elle, je ne sais pas. On me demande si je n’ai pas regretté de ne pas avoir fait appel à tel ou tel joueur, vous savez après un désastre, on pose souvent ce genre de problématique. Vous évoquez par exemple le cas de Djebbour dont je n’ai rien contre, mais moi j’ai constaté qu’en deux ans avec l’EN, il n’a pas marqué. » Pour ce qui est de son avenir en sélection algérienne, il a donné la réponse suivante : « Vous me parlez de mon avenir à la tête de l’équipe d’Algérie. Ce que je peux dire à ce sujet, c’est tout d’abord que je me suis attaché à cette sélection et que le plus important n’est pas que je reste ou pas, mais d’analyser les raisons de cet échec et celles qui peuvent expliquer qu’on joue et qu’on ne marque pas. Si on se crée autant de possibilités sans marquer, c’est qu’il y a un problème sérieux à résoudre et je pense que cela veut dire tout d’abord qu’on n’a pas le niveau nécessaire pour gagner ce genre de matchs.
C’est une priorité. C’est la première fois de ma vie que je perds deux matchs de suite. J’ajouterai aussi que c’est parfois dans la douleur qu’on apprend beaucoup de choses. Parler de malchance, cela ne peut expliquer nos deux défaites malgré les aléas qui se sont dressés devant nous, tel l’arbitrage, par exemple, qui nous a privés de penalties lors de nos deux matchs. Il faut continuer à travailler, être patients et ne pas détruire ce qui est construit avec ou sans Vahid Halilhodzic. » A ce sujet, rappelons que le président de la FAF, Mohamed Raouraoua a fait part aux médias lors d’un point de presse qu’il a animé au Centre technique national de Sidi Moussa, lieu de regroupement des Verts, avant que la sélection ne rejoigne l’Afrique du Sud, que quels que soient les résultats de l’EN surtout en cas d’échec lors de la CAN-2013, il ne changera pas d’entraîneur à la tête des Verts, parce qu’il ne veut surtout pas casser ce qui se construit, sachant que la mission première confiée à Halilhodzic est de construire sur de bonnes bases une équipe nationale compétitive qui ira arracher la qualification au Mondial brésilien 2014, qui demeure le principal objectif qui lui a été fixé. Cela même si un parcours positif à l’actuelle CAN faisait aussi partie des plans de la FAF. Maintenant que l’échec est consommé dans cet important tournoi continental, et vu que les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 approchent avec la rencontre face au Bénin du 24 mars prochain à Blida et celles qui suivront, le président de la fédération estime qu’il n’est pas judicieux de tout chambouler. D’autant qu’il se dit très satisfait par le boulot accompli jusque-là par Vahid, à qui il faudra laisser le temps nécessaire pour réaliser convenablement son plan de travail. Raouraoua a fait savoir qu’il était un adepte de la stabilité et de la continuité dans le travail, rappelons au passage, qu’il n’a pas demandé à Abdelhak Benchikha de quitter la barre technique de l’EN alors même que les Verts ont subi sous sa coupe une sérieuse correction face au Maroc à Marrakech, on s’en rappelle bien. Raouraoua est resté sur sa position en maintenant Halilhodzic à son poste. Ce dernier se dit pour sa part attaché à l’équipe d’Algérie et à ses joueurs qu’il veut emmener au Brésil. C’est tout le mal qu’on souhaite aux Verts. Pour ce qui est de la réaction hostile des supporters algériens dont une partie s’en est pris à lui et à certains joueurs au moment où ils regagnaient le tunnel menant aux vestiaires, Vahid Halilhodzic dira : « Je comprends la réaction des supporters qui nous ont été hostiles à la fin du match. Ils ont fait 10.000 km pour voir leur équipe nationale, mais c’est ça le foot !, quand ça marche on vous élève un piédestal, au premier couac, on vous descend en flammes. Il y a des faiblesses dans notre équipe. J’aurais pu opter pour un jeu défensif à neuf derrière, mais je veux inculquer un autre football à l’équipe d’Algérie porté sur l’offensive. »
    M. A. A.


Boudebouz :
“Je n’ai aucun problème avec le coach”


C’est un Ryad Boudebouz dépité qu’on a approché après l’élimination de l’EN de la CAN-2013, après la défaite face au Togo. C’est en toute sagesse, en dépit de son jeune âge, et le fait que Vahid Halilhodzic ne l’ait pas fait jouer ne serait-ce qu’une minute, qu’il a cordialement répondu à nos questions.  


Votre sentiment après cette élimination ?
Je dis que l’équipe a très bien joué que se soit pour le premier ou le 2e match. Face au Togo, et, malgré la défaite, je dirai que mes camarades ont fourni un match plein où malheureusement il ne manquait que les buts.

Justement, c’est sur le plan offensif que l’EN a failli…
C’est vrai ! et tout le monde le reconnaît même le sélectionneur national. Je pense que nous avons un bon groupe et une bonne équipe sur le plan du jeu, il faudra juste progresser dans l’offensive et espérer gagner des matchs dans ce genre de compétitions relevées, où franchement rien n’est simple. On a eu à le vivre à notre détriment, malheureusement.

Le sélectionneur national ne vous a pas fait jouer lors des deux premiers matchs. On imagine votre grande déception, non ?
Ecoutez, il y a un coach, et, moi, je suis au service de l’équipe nationale. Il fait ses choix, et, moi, je les respecte. Nous sommes un groupe qui défend les même couleurs et on ne peut-être plus de onze sur le terrain.

Mais nombre d’observateurs attendaient Boudebouz lors de cette CAN-2013…
Comme je viens de vous le dire, c’est au coach d’en décider. Le jour où on voudra de Boudebouz sur le terrain, vous me verrez jouer à 200% de mes possibilités ; je veux vraiment servir l’équipe nationale et défendre les couleurs de l’Algérie, cela représente beaucoup pour moi.

Des informations évoquent votre non utilisation par Halilhodzic face au Togo, comme une sanction de sa part à votre égard du fait que vous avez fait la tête pour n’avoir pas participé au premier match contre la Tunisie. Qu’en est-il au juste ?
Non ! pas du tout et je le dis en toute franchise. Je dis cela, parce que le coach est quelqu’un de direct et s’il a eu un problème par rapport à cela, il serait venu me le dire en face. Après quand-on est un compétiteur, c’est normal que je sois sorti énervé. Contre l’Afrique du Sud, j’ai jouer 7 à 8 minutes seulement, puis lors du second match amical, j’en ai joué 55’, je crois. En somme, tout joueur se prépare pour jouer et est animé par cette volonté de s’imposer.

Tout à fait…
Maintenant, je ne pense pas avoir manqué de respect à qui que se soit dans l’équipe. J’ai toujours été droit et correct depuis que j’ai rejoins les rangs de la sélection. Voilà, donc je pense qu’il n’y a aucun problème de ce côté-là. Et même si je n’ai pas joué la moindre minute, je dis que je suis autant déçu que tout le monde parce que j’estime que nous avons une bonne équipe et que ceux qui étaient sur le terrain on fait de leur mieux.

Cette CAN restera un mauvais souvenir, n’est-ce-pas ?
Parfois c’est ainsi, rien ne se déroule selon nos prévisions malgré toute notre détermination. Il est normal que cela ne me réjouisse pas de rester sur le banc, parce que je me suis préparé comme tous mes camarades pour jouer.
Aussi, avoir perdu nos deux premiers matchs nous laisse sur des regrets, c’est clair. Mais bon, je suis encore jeune, j’accepte les choix du sélectionneur, je me fonds dans le groupe et je dis que je serai toujours à la disposition de l’EN. A présent, il faut se tourner vers l’avenir et tirer les leçons qui nous permettrons de passer à un niveau supérieur.
 Entretien réalisé par M. A. A.


Slimani : “La réussite nous a fait défaut”

« On voulait gagner ce match, pour préserver nos chances de qualification, suite à la défaite contre la Tunisie. On s’est donné à fond sans que la réussite nous accompagne malgré toute notre volonté. Il faut continuer à travailler et tirer les enseignements nécessaires de cette mauvaise passe et faire ce qu’il faut pour relever la tête. On est surtout déçu pour les supporters de l’EN auxquels on voulait vraiment apporter de la joie et du bonheur au lieu de cette déception. Le sport est ainsi fait ! »


Bezzaz : “C’est dommage”

« On s’est bien préparé, on voulait vraiment réussir quelque chose dans cette CAN, malheureusement, cela ne s’est pas passé comme on l’espérait, c’est vraiment dommage parce que j’estime que malgré nos insuffisances, la sélection nationale dispose de potentialités réelles. Que le peuple algérien nous pardonne cette élimination. On voulait gagner, on a dominé le Togo et c’est lui qui a gagné. Franchement, j’estime qu’avec notre groupe et l’actuel staff technique, on pouvait faire beaucoup mieux. On est déçus, mais ce qui est fait et fait. Il faut se remobiliser pour préparer, de la meilleure des manières, les éliminatoires de la Coupe du monde qui ne sont pas très loin. On est désolés pour le peuple algérien qu’on ne voulaient vraiment pas décevoir. »  
 
Mesbah : “Elimination très difficile à digérer”     

C’est très dur à vivre comme situation. Malgré notre bonne préparation et notre détermination, on voit bien que rien n’a marché pour nous dans cette CAN. Je ne veux pas parler de l’arbitrage pour justifier notre échec. Il faut remédier aux lacunes qu’on a parce que d’importantes échéances attendent l’EN. »               

M. A. A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions