dimanche 23 septembre 2018 10:23:59

Colloque international sur le 50e anniversaire des relations Algéro-yougoslaves et serbes : Quand les archives parlent

900 documents sur la guerre de Libération nationale ont été remis, hier, lors du séminaire international organisé au siège central des Archives Nationales Algériennes à Birkhadem, par M. Ponos, directeur général des archives yougoslaves et serbes à M. Abdelmadjid Chikhi, directeur général des Archives nationales algériennes.

PUBLIE LE : 28-01-2013 | 0:00
Ph. Billal

900 documents sur la guerre de Libération nationale ont été remis, hier, lors du séminaire international organisé au siège central des Archives Nationales Algériennes à Birkhadem, par M. Ponos, directeur général des archives yougoslaves et serbes à M. Abdelmadjid Chikhi, directeur général des Archives nationales algériennes.

Les relations historiques algéro-yougoslaves et serbes entre 1954-1980, ont été à l’ordre du jour des travaux de ce colloque international qui entre dans le cadre de la commémoration du 50e anniversaire de l’indépendance nationale et de la célébration du 50e anniversaire des relations diplomatiques algéro-yougoslaves et serbes. Ont pris part à cette rencontre la deuxième du genre, M. Mohamed Ali Boughazi, conseiller à la Présidence de la République et ex-ministre, Son Excellence M. Miroslav Sestovic, ambassadeur de la Serbie en Algérie, d’anciens ambassadeurs d’Algérie en Yougoslavie ainsi que des conférenciers serbes qui ont présenté des exposés sur « la Yougoslavie et l’Algérie du sommet de Belgrade au sommet d’Alger (1961-1965) », « les relations entre l’Algérie et la Yougoslavie de 1954 à 1973 », et « la coopération yougoslave dans la spécialisation et la formation scientifique et professionnelle des Algériens en Yougoslavie entre 1958 et 1965. »  A l’ouverture des travaux les intervenants des deux pays ont mis en exergue les relations bilatérales au cours de cette période où la Yougoslavie du défunt Josip Broz Tito a, dès le début de l’insurrection, assuré un soutien indéfectible, sur le plan diplomatique, au peuple algérien qui a décidé de prendre en main son destin pour l’indépendance et fourni une assistance et une aide matérielle, témoignant d’une solidarité agissante entre les deux peuples.
Ils ont rappelé que la Yougoslavie a été, le 12 juin 1959, le premier Etat européen à reconnaître le Gouvernement Provisoire de la Révolution Algérienne déclenchant, du coup, l’ire de la France coloniale qui a décidé de rompre immédiatement ses relations avec Belgrade. La Yougoslavie a, aussi, été l’un des rares pays européens à avoir fortement condamné les essais nucléaires entrepris, en 1960, par la France coloniale dans le Sahara algérien. De nombreux médecins yougoslaves ont soutenu l’Algérie durant sa lutte en se mobilisant pour secourir les nombreux Algériens blessés au cours des combats. Ses photographes et caméramen se sont, aussi, beaucoup investis pour faire connaître, à travers la photo et l’image, la lutte du peuple algérien Au lendemain de l’indépendance, les conférenciers ont indiqué que les relations entre l’Algérie et la Serbie se sont intensifiées durant l’époque de l’ex-Yougoslavie, en particulier après la visite du Président Josip Broz Tito en avril 1965 à Alger, et de celle du Président Houari Boumediene en 1971, à Belgrade. Les échanges économiques et commerciaux entre les deux pays ont atteint, dans les années 70, le chiffre de 400 millions de dollars. L’Algérie importait de la Yougoslavie des machines et appareils électriques, des produits pharmaceutiques, du bois, des produits laitiers, des céréales et des véhicules terrestres et exportait du pétrole, des lubrifiants et des combustibles. Après les tristes et tragiques évènements vécus suite à l’éclatement de la Fédération yougoslave et la période de transition qu’ont connue les deux pays et le passage à l’économie de marché, les relations entre l’Algérie et la Serbie se sont un peu distendues.
Elles ont, toutefois, connu une certaine relance, notamment après la visite du ministre des Affaires étrangères serbe, M. Vuk Draskovic, en mars 2005, en Algérie, et la volonté affichée par les responsables des deux pays de donner une nouvelle impulsion aux relations de coopération bilatérale afin qu’elles retrouvent le niveau qui les caractérise par le passé durant le temps de l’ex-Yougoslavie et se sont, davantage, renforcées suite aux visites de très haut niveau effectuées en Algérie, depuis 2008 et qui entrent dans le cadre de la redynamisation encore plus davantage de la coopération entre les deux pays et son élargissement à d’autres domaines d’activités pouvant présenter un intérêt commun pour les deux pays.
« Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la célébration du cinquantième anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale », a affirmé M. Chikhi précisant que son institution « consent d’importants efforts pour renforcer le rôle de l’Etat et faire la lumière sur les hauts faits de la Guerre de libération et les relations séculaires entre l’Algérie et les pays étrangers dont les pays scandinaves. » Il s’agit « de revisiter cette époque où l’Algérie entretenait des relations avec les pays occidentaux, notamment scandinaves et à leur tête les Pays-Bas à travers une relecture des accords et correspondances établis avec ces pays », a-t-il poursuivi.
Cette manifestation permettra de rassembler les archives établies pendant la période allant du XVIe au XVIIIe siècle et détenues par ces pays en vue de leur exploitation par les chercheurs algériens, a encore précisé M. Chikhi ajoutant que « certains pans de l’histoire de l’Algérie à cette époque demeurent ambigus. »
Au cours de ces travaux, les participants ont assisté à la projection d’un film documentaire sur la guerre d’Algérie signé par le cameraman personnel de l’ex-Président de la Yougoslavie J. B. Tito à savoir Stevene Labudovitch qui a filmé en direct la bataille des moudjahidine dans les montagnes et la misère de la population à l’époque du colonialisme.
En marge des travaux, les conférenciers et participants des deux pays ont visité l’exposition photos sur la période 1954-1980 et qui retrace le film des relations historiques algéro-yougoslaves et serbes. Une période riche en évènements qui mérite d’être évoquée.
Sarah Sofi

L’Association des Amis de l’Algérie
Créée en 2002, l’Association des Amis de l’Algérie regroupe de nombreux Serbes qui ont soutenu la lutte de libération menée par le peuple algérien et des cadres et hommes d’affaires ayant exercé en Algérie. Cette Association a décoré en 2009 en présence de l’ambassadeur d’Algérie en Serbie des membres de l’Association qui ont contribué au renforcement des relations et à l’amitié entre les deux peuples, tels que M. Stevene Labudovitch, photographe-caméraman et Dr Branko Radulovic, orthopédiste ainsi que M. Danilo Milic, Président sortant de l’Association.
S. S.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions