mercredi 13 novembre 2019 17:28:27

Groupe D, Après notre défaite face à la Tunisie (1-0) : Les Verts gardent espoir malgré tout

Vahid Halilhodzic : « Je crois encore en mon équipe »

PUBLIE LE : 24-01-2013 | 0:00
D.R

L’équipe nationale de football n’a pas réussi son pari de battre la Tunisie et engranger trois précieux points dans le groupe D, jugé par les observateurs comme celui de la « mort ». Les Ivoiriens et Tunisiens ont ainsi affiché leurs prétentions, même s’ils restent encore deux matchs où tout demeure possible.

C'est-à-dire qu’il n’y pas encore de favoris ou d’équipe ayant fait la différence sur tous les plans. On a vu comment les Ivoiriens ont failli se faire accrocher par une équipe togolaise qui ne méritait pas de perdre. Le talent de Gervinio, le joueur d’Arsenal (Angleterre), a donné le « plus » tant souhaité à son équipe, mais aussi le deuxième but, celui de la victoire. Les nôtres ne méritaient pas, eux-aussi, de passer à la « trappe » de la sorte. Ils ont fait le jeu durant pratiquement dans la majeure partie du temps réglementaire devant une équipe tunisienne qui a refusé le jeu. Elle n’a cherché qu’à exploiter la moindre erreur algérienne. Durant le premier half, hormis quelques moments de la rencontre, les camarades de M’bolhi ont dominé les débats se permettant le luxe de rater des occasions assez nettes. Comme cette transversale de Slimani sur une échappée fantastique de Feghouli. On a vraiment pris le match à notre compte en prenant le cours des évènements comme on l’a souhaité. L’envie de remporter le match a été apparent chez les joueurs de notre sélection nationale. Ils se sont dépensés sans compter devant un ensemble tunisien dont le joueur simulait des « chutes » pour le moins imaginaires. Ce qui a eu pour effet de « casser » le jeu des Algériens tout en donnant un certain répit à notre adversaire. Il faut dire que le fait d’avoir trop voulu monopoliser la balle et aussi le jeu nous a joué quelques tours du fait que notre vis-à-vis a été malin pour se préserver pour la seconde mi-temps où il a prévu de commencer ses « véritables manœuvres ». L’Algérie aurait mérité de rejoindre avec au moins une avance d’un but sans que personne ne trouve à redire. L’efficacité, une fois encore, a fait défaut à nos attaquants. En seconde mi-temps, les Tunisiens ont fait entrer leur « régulateur » Oussama Derradji. Depuis son incorporation, le jeu tunisien est transformé. De plus, Msakni qui était très bien marqué a pu avoir plus de liberté dans ses déplacements en bénéficiant  de plus d’espace et d’aisance dans la réception de la balle. Le coach national aurait du là opérer lui aussi le changement pour insuffler un autre souffle à son jeu d’attaque. Car, on a remarqué une certaine fatigue, eu égard à la grande débauche d’énergie de notre équipe nationale. Autre chose, et devant le jeu trop agressif de nos adversaires du jour en se montrant trop agressifs, les nôtres les laissaient jouer sans trop les bousculer. Soudani est rentré très tard. Il aurait pu apporter la solution pour faire trembler le but adverse. Il y a aussi les arrières-latéraux qui étaient très fatigués du fait qu’ils manquaient ostensiblement de compétition, même si le tir de Mesbah méritait un meilleur sort s’il était cadré. Nos défenseurs ont été très gentils sur le but de Msakni. Personne n’est allé pour le bloquer et l’empêcher de nuire lorsqu’on sait son efficacité. Il fallait se montrer aussi plus agressif que nos opposants du jour. Ce match Algérie-Tunisie nous est resté en travers de la gorge. C’est un match qu’on n’aurait jamais dû perdre du fait que cette équipe tunisienne n’a jamais été aussi à notre portée que cette fois-ci.  Tout s’est décidé sur une erreur de marquage. Elle nous coûte trois points qu’on essayera de récupérer face au Togo, mais rien ne sera de la « tarte » du fait que la formation drivée par Didier Six est loin d’être une quantité négligeable.
HAMID GHARBI

Tunisie
Issam Jomaa "out" pour le reste du  tournoi
L'attaquant international tunisien Issam Jomaa, sorti prématurément sur blessure lors du match face à l'Algérie  (1-0) mardi soir à Rustenburg, en match comptant pour la première journée du  groupe D de la Coupe d'Afrique des Nations CAN-2013, est indisponible pour  le reste du tournoi, a indiqué hier la Fédération tunisienne de football  (FTF). "Blessé au cours du match contre l'Algérie (entorse du genou), Issam  Jomaa devra observer six semaines au moins de repos", précise la FTF sur son site officiel. Le buteur tunisien du club d'Al Koweit a quitté le terrain à la 16e minute blessé après un contact avec le défenseur algérien Belkalem. Il a été remplacé par Harbaoui.  Le sélectionneur des Aigles de Carthage Samy Trabelsi a indiqué  à l'issue de la rencontre que le joueur a été touché aux ligaments internes du genou gauche. 

Déclarations   

Sabri Lamouchi (Entraîneur Côte d’Ivoire) : « De ce match, je ne retiendrais que la victoire qui est d’un apport moral très important puisqu’elle nous permet de marquer 3 points. Je suis, par contre, très déçu par la prestation de mon équipe qui a, sans doute, réalisé son plus mauvais match. Le Togo m’a vraiment impressionné. Il a montré un visage radieux qui lui permet d’espérer la qualification s’il refait la même prestation contre l’Algérie et la Tunisie. Je ne pense pas pour le moment au match contre la Tunisie. Laissez moi savourer cette victoire qui a été très difficile à arracher. »      
Didier Six (Entraîneur Togo)  : « Je suis très déçu par ce résultat qui ne reflète  pas la physionomie de la partie. On aurait pu espérer un meilleur résultat. L’équipe a bien joué et c’est regrettable de perdre de la sorte. »       
Didier Drogba (attaquant ivoirien) : « Ce fut une victoire laborieuse face à  une bonne équipe du Togo. La manière importe peu dans ce genre de rendez-vous,  mais je suis persuadé qu’on sera beaucoup plus performants lors des deux prochains matchs, à commencer par celui face à la Tunisie que nous devons absolument gagner pour arracher notre qualification au prochain tour. »    
Gervinho (attaquant ivoirien) : « Je suis heureux et comblé d’avoir contribué  à la victoire de la Côte d’Ivoire. C’est vrai que c’était difficile à arracher, mais l’essentiel pour nous est d’avoir bien réussi nos débuts. Le Togo est une  bonne équipe dont il faudra se méfier dans ce groupe. Face à la Tunisie, nous  seront obligés d’être plus performants pour gagner et décrocher notre qualification. »    
Emmanuel Adebayor (attaquant togolais) : « C’est une défaite qui nous fait très mal, d’autant qu’on a la possibilité de réaliser quelques chose de merveilleux.  Nous avons bien joué, et un match nul aurait été plus équitable. En ce qui me  concerne, je suis vraiment dégoûté de n’avoir pas pu marquer, j’avais la possibilité en début de match, mais j’ai butté sur le gardien. Lors de notre prochain match  face à l’Algérie, nous n’aurons pas droit à l’erreur et nous seront condamnés  de gagner pour ne pas se faire éliminer. »

-----------------------------------

Vahid Halilhodzic : « Je crois encore en mon équipe »
«On doit être en mesure de bien négocier nos prochaines rencontres contre le Togo et la Côte d’Ivoire. Je crois en mes joueurs, et je souhaite seulement qu’on se montrera plus efficace lors de nos prochaines apparitions. Il faut absolument garder espoirs, et les joueurs doivent avoir un mental d’acier pour croire encore à la qualification.»

Triste, mais pas abattu, le sélectionneur national Vahid Halilhodzic n’a pas pour autant perdu de sa lucidité et a rapidement retrouvé ses esprits, lors de la conférence de presse qu’il a animée juste après le coup de sifflet final du referee gambien mettant un terme à la rencontre qui a opposé la Tunisie à l’Algérie. Il faut dire qu’il n’a quitté son banc de touche qu’après que l’ensemble des acteurs du match eurent quitté le terrain pour rejoindre les vestiaires. Vahid n’a pas caché son immense déception, mais n’a pas non plus affiché un quelconque pessimisme quant à la suite des évènements pour son équipe. Il dira tout d’abord : «Il est clair que je suis profondément déçu de l’issue de cette rencontre face à la Tunisie, parce que j’estime, en toute logique, que notre équipe méritait franchement un bien meilleur sort que celui de perdre un match qui était à notre portée. Prendre un but de la sorte à la toute dernière minute de la rencontre est quelque chose de difficile à vivre, d’autant plus qu’on a eu les meilleures occasions de but, qui de surcroît étaient plus nombreuses que celle des Tunisiens. Le football est parfois cruel, et il faut accepter le résultat du match en toute sportivité et en gardant surtout la tête froide.» Le coach national a tenu à préciser qu’il n’avait rien à reprocher à ses joueurs et qu’il assumait pleinement cet échec. Il confiera toutefois : «Ils (les Tunisiens, ndlr) ont eu deux occasions, ils ont réussi à en conclure une empochant ainsi le gain du match. Ils ont eu plus de chance que nous. Je tiens à dire que j’assume la responsabilité de cette défaite. On s’est créé des occasions sans parvenir à les concrétiser. On va essayer d’apporter les correctifs nécessaires pour rectifier le tir lors des prochains matches.»

« Rien n’est encore perdu »
Coach Vahid s’est montré serein, et dira quant aux chances des Verts d’arracher l’une des deux places qualificatives aux quarts de finale : «Rien n’est encore perdu, nos chances demeurent intactes, même si la situation devient avec cette défaite inconfortable et délicate. Seulement, tant qu’on n’est pas encore éliminé, on y croira jusqu’au bout. On doit être en mesure de bien négocier nos prochaines rencontres contre le Togo et la Côte d’Ivoire. Je crois en mes joueurs, et je souhaite seulement qu’on se montrera plus efficaces lors de nos prochaines apparitions. Il faut absolument garder espoir, et les joueurs doivent avoir un mental d’acier pour croire encore à la qualification. Que n’a-t-on vu des retournements de situations dans le football où l’impossible n’a pas sa place !» Interrogé sur l’éventualité de le voir apporter des retouches à sa composante, il rétorqua : «Je ne sais pas encore, je n’ai pris pour le moment aucune décision à ce propos. J’étudierai la question comme il faut, puis on verra s’il y a lieu d’apporter des remaniements en rapports avec les joueurs qui seront les plus aptes à prendre leur place au sein du onze rentrant lors du prochain match face au Togo, que nous devons absolument gagner. Je tiens à dire par ailleurs que je déplore que l’arbitre nous ait privés d’un pénalty tout à fait valable après le fauchage de Feghouli dans la surface de vérité, qui aurait pu donne une autre tournure à la rencontre. Je ne tiens pas à rendre l’arbitre responsable de notre défaite, mais c’est une réalité. Tout le monde l’a vu, sauf lui. On a fait souffrir les Tunisiens sans avoir ce brin de réussite pour parvenir à faire la différence. Voyez les statistiques du match et vous verrez qu’elles confirmeront bien mes dires. C’est pourquoi je reste optimiste et je continue à croire en mon équipe, même si je suis peiné par cette défaite. Elle fait partie des lois du jeu.»
M.-A. A.

Pour Feghouli, le penalty était indiscutable
Descendu dans la surface de réparation par un défenseur tunisien alors qu’il filait droit vers le but, le meneur de jeu des Fennecs, Sofiane Feghouli, a déclaré en fin de rencontre, qu’il y avait bel et bien faute sur sa personne, déplorant que l’arbitre qui était proche de l’action n’ait pas réagi. En visionnant le match à nouveau durant la soirée, on a pu effectivement vérifier de la véracité des propos de Feghouli, confirmés d’ailleurs par son entraîneur lors du point de presse. Pourquoi M. Bakary ne l’a pas sifflé, ce penalty ?

Islam Slimani : « On saura réagir après cette défaite »
S’il y a bien un joueur qui a su tirer son épingle du jeu dans le derby maghrébin Tunisie- Algérie, c’est bel et bien l’attaquant international du Chabab Belouizdad, Islam Slimani. Il était au four et au moulin sur le front de l’attaque des Verts, se démenant comme un beau diable et donnat du fil à retordre à la charnière défensive des Aigles de Carthage, qu’il a fait baver. Hélas, il n’a pas réussi à trouver les filets adverses, notamment sur une belle frappe à la 12’ de jeu, suivi d’une joli reprise de la tête sur la transversale. De l’avis de tous les présents, que ce soit côté supporters ou journalistes présents au Royal Bafokeng Stadium qui ont suivi la rencontre, il a été incontestablement le meilleur joueur côté algérien. En fin de match, déçu au même titre que l’ensemble de ses équipiers, il affirma : «Le réveil demain sera difficile, comme c’est toujours le cas lorsqu’on perd, mais personnellement et d’ailleurs c’est le cas de tout le groupe, on croit toujours que la qualification reste jouable, même s’il faudra se battre comme des lions pour aller la chercher. Cela ne sera pas du gâteau, mais je dirai qu’on est capable de le faire. Il faudra juste se remettre en question, ne pas refaire les mêmes erreurs et rectifier le tir dès le prochain match contre le Togo où le faux pas nous sera fatal. On s’est promis de faire ce qu’il faut pour honorer les couleurs nationales et de rester solidaires pour réussir le pari qui nous attend. Nous avons des atouts à faire valoir et, inch’Allah, on sera meilleurs à l’avenir. Face à la Tunisie, on n’a pas eu de chance. C’est dommage d’avoir concédé une défaite de la sorte. Il faut se tourner à présent vers l’avenir. Ce qui est fait est fait. À nous de prouver ce qu’on a dans le ventre pour donner de la joie et du bonheur au public algérien et aux merveilleux supporters qui sont présents ici à nos côtés.»
M.-A. A.

Adlène Guedioura : « Il ne faut pas baisser les bras »
Déçu comme l’ensemble de ses coéquipiers, le milieu de terrain international de l’EN confiera, à la fin de la rencontre en zone mixte : «On pouvait gagner ce match avec un peu plus de réussite. On savait que cela allait être difficile pour les deux équipes, comme cela a d’ailleurs été le cas sur le terrain. Je pense que sans vraiment fournir un match exceptionnel, on a été plus dangereux que les Tunisiens. Ils ont seulement eu plus de chance que nous dans un moment crucial de la partie. Dans la tête, il est difficile de perdre à la dernière minute de la rencontre. On méritait mieux, mais le résultat est là ; et il faudra y remédier impérativement. Nous aimons notre pays et on se défoncera pour redresser la barre, inch’Allah.» 

Rien de grave
Remplacé par Lemmouchia à 5’ de la fin de la rencontre après avoir ressenti de fortes douleurs au niveau de la jambe, suite au puissant tir qu’il adressa en direction de la cage gardée par le portier tunisien Ben Cherifia, Guedioura n’a rien à craindre et ne souffre d’aucune blessure grave. Il s’est seulement plaint de fortes crampes qui l’ont empêché de poursuivre la rencontre. Il sera bel et bien présent lors du match de samedi face au Togo.
M.-A. A.  

Djamel Eddine Mesbah : « C’est dommage !»
«Comme tout le monde côté algérien, je suis profondément affecté et déçu par cette défaite, que franchement on ne méritait pas. Il y a des jours comme cela où rien ne marche malgré notre bon vouloir. Il ne faut pas trop se lamenter, cela ne sert à rien, mais plutôt rester costaud dans nos têtes pour ne pas lâcher prise.
La compétition n’est pas encore finie pour l’équipe d’Algérie, et j’ai la ferme conviction que nous avons les ressources nécessaires qui nous permettrons de relever la tête.
Personne ne connaît l’avenir, mais en ce qui nous concerne, soyez sûrs qu’on se battra jusqu’au bout avec nos tripes pour honorer les couleurs de notre pays. Après, il faut savoir que le football n’est pas une science exacte. Faisons le maximum, puis on verra… ».

Les Verts doivent se ressaisir
Une fin de match en queue de poisson face à la Tunisie a dérouté plus d’un au sein du staff technique, joueurs et supporters des Verts. Le sort de la rencontre est tombé comme un couperet. Il est vrai qu’il n’est toujours pas facile de digérer une défaite sur un but  encaissé à l’ultime minute du temps réglementaire. Notamment face à un adversaire à notre portée, sans vouloir diminuer de sa valeur, parce que comme tout le monde l’aura constaté, même sans développer le football qu’on attendait d’elle, notre équipe nationale a pu malgré tout se montrer relativement supérieure à son adversaire du jour en manquant quelques occasions nettes de scorer souvent par manque de concentration et de lucidité. Et comme cela est connu dans le football, quand on rate des occasions, cela se retourne souvent contre vous. Aussi, même si l’on reconnaît que dans ce genre de compétition, les choses ne sont pas aussi faciles qu’elles apparaissent et que la réalité du terrain n’est pas toujours évidente le jour du match, même si l’on assure une bonne préparation comme c’est le cas pour la sélection nationale, on dira malgré tout que cette dernière n’a pas eu l’audace et le cran nécessaires qui lui auraient permis de se défaire de l’équipe tunisienne. C’était franchement dans les cordes de nos capés, qui, faut-il le dire, ont manqué de génie lors de leur première sortie pour cette CAN-2013. Il faut rappeler que tout le monde ne cessait d’affirmer l’importance de gagner ce derby, afin d’entrevoir les rencontres suivantes sous de bons auspices. La pression était donc grande côté joueurs, mais cela n’aurait pas dû peser sur les épaules des joueurs, qui sont des professionnels, surtout que le football ne peut se défaire de la pression qu’il suscite. Celle-ci en fait partie en raison des enjeux, qui représentent un réel phénomène social. La meilleure manière de se racheter aux yeux des millions de fans des Verts, c’est de réagir vite en faisant ce qu’il faut face au Togo, puis la Côte d’Ivoire, pour arracher la qualification au quart de finale. Un sursaut d’orgueil de Guedioura and Co sera salutaire care l’aventure africaine en vaut vraiment la peine.
M.-A. A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions