jeudi 19 septembre 2019 03:14:52

L’ambassadeur du Japon en visite à la bibliothèque Mouloud-Feraoun d’Alger : Don de 100 livres de littérature

Le public algérien connaît très peu la culture nippone, à l’exception de la perception qu’il a par médias interposés des films sur les arts martiaux qui fascinent toujours une frange de la population juvénile, des inventions technologiques les plus sophistiquées en appareils électriques ou voitures, robots, et les fameuses bandes dessinées «Manga» dont raffolent les jeunes d’aujourd’hui.

PUBLIE LE : 07-11-2012 | 23:00
Ph. : Wafa

Le public algérien connaît très peu la culture nippone, à l’exception de la perception qu’il a par médias interposés des films sur les arts martiaux qui fascinent toujours une frange de la population juvénile, des inventions technologiques les plus sophistiquées en appareils électriques ou voitures, robots, et les fameuses bandes dessinées «Manga» dont raffolent les jeunes d’aujourd’hui.

Or la culture millénaire du pays du soleil Levant, dont les spécialistes ne sont pas sans ignorer la profonde spiritualité et le goût prononcé pour la philosophie bouddhiste, est une dimension qui pourrait favoriser la connaissance du Japon par-delà la barrière de la langue. C’est dans ce contexte que s’est inscrite la visite de l’ambassadeur mardi dernier au nouveau centre culturel de l’APC d’Alger qui fait aussi office de bibliothèque et de centre d’animation pour les jeunes écoliers. M. Tsukasa Kawada, accompagné de journalistes de la télévision japonaise, a été accueilli à son arrivée par M. Loukal, directeur de ce centre, de M. Ballahouane, adjoint au maire de la ville d’Alger, et d’un représentant du ministère de la Culture qui lui ont montré les différents espaces culturels et des classes d’enfants. Ces derniers, après avoir posé avec l’ambassadeur devant l’appareil photo, ont joué et chanté des airs de la musique andalouse et répondu aux questions de l’hôte avant de lui offrir un présent. Enfin, la cérémonie de don de livres s’est déroulée dans un salon d’honneur où une collation fut offerte aux invités qui se sont entretenus et ont exprimé leur volonté commune de promouvoir la culture japonaise en Algérie, particulièrement la littérature contemporaine, très prisé par ailleurs actuellement par le lectorat européen- avec un lot d’intéressantes œuvres d’auteurs renommés traduites en langue française et arabe et dont figure un conte populaire japonais écrit par l’impératrice en personne. Après un échange de courtoisies de la part des deux parties où l’on aura entendu l’ambassadeur parler d’un projet de création d’un centre de langue à l’université suite à ses contacts avec le recteur, l’adjoint au maire, qui s’est longuement attardé sur la nécessité par les pouvoirs public de vulgariser et rendre plus accessible aux Algériens — et ce en dehors du marché économique — la culture japonaise dans tous ses aspects, particulièrement dans le domaine livresque, a remis à l’ambassadeur, de la part du maire d’Alger, un bel ouvrage d’art retraçant avec des commentaires et images l’histoire de la capitale, un livre en couleurs intitulé la Ville d’Alger. La protégée de Dieu.
    L. Graba

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions