jeudi 19 septembre 2019 21:54:48

Selon L’UGCAA : 50% des commerçants ont assuré le service le 1er jour de l’Aïd

La directive interministérielle obligeant les commerçants à assurer la permanence durant les jours fériés, dont l’Aïd el-Adha, a été respectée dans l’ensemble.

PUBLIE LE : 28-10-2012 | 23:00
D.R

La directive interministérielle obligeant les commerçants à assurer la permanence durant les jours fériés, dont l’Aïd el-Adha, a été respectée dans l’ensemble. Nombre de commerçants ont, en effet,  assuré la permanence demandée par les pouvoirs publics, à la grande satisfaction des consommateurs, en cette période de fêtes. Ces derniers ont, ainsi, pu s’approvisionner en produits alimentaires, même si d’aucuns avaient pris leurs précautions et fait leurs emplettes à l’avance pour parer à toute éventualité.
Outre les boulangers qui ont assuré la disponibilité de la précieuse baguette de pain, d’autres espaces de vente ont respecté la directive interministérielle en proposant divers produits de large consommation aux citoyens.
En somme, la majorité des prestataires de service public, stations-service en tête, ont bien voulu jouer le jeu, en assurant la permanence requise, a-t-on constaté sur place. Sollicité pour de plus amples informations sur la question, le SG et porte-parole de l’UGCAA, M. Salah Souilah, a déclaré que «contrairement aux allégations et critiques de certains, au premier jour de la fête de l’Aïd el-Adha, ce sont pas moins de 50% des commerçants qui ont assuré le service». «Aussi, ce taux a été revu à la hausse de 10%, au deuxième jour de la fête», a-t-il ajouté. «Si les produits de large consommation étaient disponibles à travers le pays, c’est bel et bien grâce à la directive interministérielle parvenue des ministères de l’Intérieur et du Commerce, qui a porté ses fruits.»
Il y a lieu de rappeler qu’en attendant l’amendement de la loi 04-08 du 14 août 2004, les ministères de l’Intérieur et du Commerce ont, d’un commun accord, instruit les walis par, le biais d’une directive datée du 11 octobre 2012, d’obliger les commerçants d’assurer la permanence durant les jours fériés, comme c’est le cas notamment des jours de l’Aïd, du 1er Novembre et du jour de l’an de l’hégire, Moharram, sous peine de fermeture de leurs locaux pour une durée d’un mois. Revenant sur la campagne de sensibilisation qui a précédé les jours de fête, notre interlocuteur rappelle que des représentants de l’UGCAA avaient, dès le 11 octobre, sillonné les 48 wilayas dans un souci de sensibiliser le plus grand nombre de commerçants sur cette question et sur la nécessité de ne pas pénaliser le consommateur en ce jour de fête.
Par ailleurs, les transporteurs privés ont brillé par leur absence, durant le premier jour de l’Aïd. «N’était le secteur public qui a fait de son mieux pour assurer les prestations, beaucoup de gens auraient été livrés à eux-mêmes !»  déplore un quinquagénaire approché près de la gare routière de Tafourah.
Dans l’ensemble, cette fête religieuse s’est passée dans de meilleures conditions pour ce qui concerne la disponibilité des produits de large consommation.
Soraya G.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions