jeudi 20 septembre 2018 02:39:51

Eradication des marchés informels : Le marché Ali-Mellah également concerné

L’opération d'éradication des marchés informels, enclenchée il y a quelques semaines déjà, suit son cours au niveau de la capitale.

PUBLIE LE : 18-09-2012 | 0:00
D.R

L’opération d'éradication des marchés informels, enclenchée il y a quelques semaines déjà, suit son cours au niveau de la capitale. Hier, au niveau du marché Ali-Mellah, situé place du 1er-Mai, l’opération de nettoyage, qui se poursuit depuis deux jours se poursuit toujours et se déroule dans le calme sans aucune tentative de perturbation, a-t-on constaté sur place.
Dans ce contexte, le président de l’Assemblée populaire de la commune de Sidi M’hamed, Mokhtar Bourouina, qui a procédé à cette opération de déblayage, a affirmé que ce marché qui regroupe 721 commerçants, dont 200 illégaux, sera fermé pendant une semaine pour des travaux d'assainissement et de rénovation. Sur place, différents engins des travaux publics et camions de gros tonnage sont à pied d’œuvre, tandis que des agents de la Protection civile, des employés de Net Com, d'Asrout, de la Sonelgaz, des services de l'hydraulique ont été mobilisés pour intervenir, chacun dans son domaine, avec la participation des agents de la Sûreté nationale.
Pour ce qui est des cas des étalages qui encombraient les allées du marché, leurs propriétaires, qui sont des commerçants en situation irrégulière, seront, selon le P/APC de Sidi M’hamed, pris en charge et recasés au niveau du même marché. Il y aura «un traitement au cas par cas» de la situation des jeunes concernés. «Après les travaux de réhabilitation du marché, la priorité sera donnée à ces jeunes», a-t-il affirmé.
Mais le problème qui se pose est :  y aura-t-il suffisamment d’espace pour tout le monde ? D’où la réponse du P/APC : «Certains d’entre eux pourraient être réorientés vers des activités, car il y en a qui sont diplômés. Il nous faut un peu de temps pour étudier les dossiers dans les meilleures conditions pour replacer ces personnes dans un cadre légal et organisé.»
En effet, au niveau de ce marché, certains commercent sans avoir obtenu une autorisation et cela depuis plus de dix ans pour certains, selon le P/APC.
Pour lui, il faut procéder de cette manière, car «la commune est saturée et il est nécessaire de trouver des assiettes de terrain. Or, on ne peut pas mettre des marchés de proximité partout». S’agissant des commerçants qui exercent dans un cadre légal, M. Bourouina a précisé que ces derniers ont accueilli favorablement cette opération, car ils ont été longtemps pénalisés par l’informel. «Les commerçant au niveau du pavillons des fruits et légume ont quitté leurs étals. Le pavillon est vide à l’intérieur. Ils n’ont pas pu résister face à la concurrence créée par le commerce informel», a-t-il expliqué.
Il faut rappeler que depuis le début de l’opération de l’éradication des marchés informels survenue à la fin du mois d’août et qui a touché jusqu’à présent une dizaine de wilayas du Nord, une centaine de marchés ont déjà été éradiqués. Comme première phase, cette élimination a touché en premier lieu les marchés installés sur les places publiques, les ruelles, ainsi que les points de vente implantés dans les cités et les cages d’escaliers.
L'opération d'éradication de ce type de marché a été favorablement accueillie par les citoyens qui ont été longtemps confrontés à un problème d'insalubrité publique et de manque de place soit pour stationner, soit pour tout simplement marcher sur le trottoir.
Salima Ettouahria

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions