mercredi 17 octobre 2018 16:12:00

Pour les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie : Concert d’Aït Menguellet à Paris

Le chantre de la chanson kabyle Lounis Ait Menguellet a chanté dimanche soir à Paris pour les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie, dans le sillage de la manifestation «L’Algérie : Mémoires au présent»

PUBLIE LE : 18-09-2012 | 0:00
D.R

Le chantre de la chanson kabyle Lounis Ait Menguellet  a chanté dimanche soir à Paris pour les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie, dans le sillage de la manifestation «L’Algérie : Mémoires au présent», qui  se tient depuis le 11 septembre à la Cité de la Musique. Devant une salle pleine à craquer, l’aède à la voix mélodieuse a déroulé une  compilation de ses meilleurs tubes qui ont jalonné plus de quarante ans de carrière  musicale. D’ancienne chansons comme Anfi-yi (laissez-moi), Ammi (mon fils) et  A Louisa, et d’autres puisées de son dernier album Tawarket Tachebhant (Feuille  blanche) ont subjugué le public, deux heures durant.  L’ambiance était telle que l’auteur d’Asfru formait un seul homme avec un public  qui reprenait en chœur ses tubes. Merveilleusement accompagné par un jeune orchestre, dont son fils Djaffer à la flûte, Lounis a scindé son spectacle en deux  actes,  le premier consacré à ses anciens tubes et le second inspiré de ses deux derniers albums Yennad Oumghar (2005) et Tawerket Tachebhant (2010).  Au terme de son spectacle, le chanteur s’est dit très «enthousiasmé» par un  public «extraordinaire» auquel il dit attribuer «la grosse part du succès»  de sa carrière. «C’est ce public qui rend l’artiste encore plus grand qu’il ne l’était», a-t-il confié à l’APS.  «J’ai chanté ce soir pour les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie et pour  mon indépendance à moi. Et c’est avec grand plaisir que je fête la décolonisation  de l’Algérie qui, à mon sens, était la Victoireà», a ajouté le chanteur. En plus de celui de Lounis Ait Menguellet, d’autres concerts du maitre du chaabi Abdelkader Chaou, Baâziz, Abdou Driassa et cheba Fadela ont rythmé du 11 au  16 septembre la manifestation «L’Algérie : Mémoires au présent». Un hommage artistique a été également rendu, à cette occasion, au fondateur  de l’Etat Moderne algérien, l’Emir Abdelkader. Des musiciens algériens et français ont fait revivre un des symboles de la lutte contre le colonialisme, à travers  des chansons de l’époque. Un Forum sur «l’indépendance de l’Algérie, vue par les musiciens» a été aussi  animé lors de la manifestation, en sus d’une conférence «Chanteurs engagés» qui a réuni, autour du journaliste Rabah Mezouane, l’auteur-compositeur Kamel Hamadi, Rachid Taha, chanteur, et Mehenna Mahfoufi, ethnomusicologue.  Selon un programmateur à la Cité de la Musique, le compositeur Alain Weber,  il s’agit à travers cet évènement de «marquer une reconnaissance à la culture  algérienne».

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions