mardi 07 juillet 2020 07:43:21

2e session du Conseil national du MPA : Le parti participera dans l’ensemble des APC et APW

La 2e session du conseil national du Mouvement populaire algérien (MPA) s’est ouverte hier matin en présence de ses 250 membres à l’hôtel El Mehdi de la ville de Staouéli avec trois sujets à son ordre du jour.

PUBLIE LE : 16-09-2012 | 0:00
Ph : Wafa

La 2e session du conseil national du Mouvement populaire algérien (MPA) s’est ouverte hier matin en présence de ses 250 membres à l’hôtel El Mehdi de la ville de Staouéli avec trois sujets à son ordre du jour.
Les travaux de la cérémonie d’ouverture se sont déroulés sous la présidence du secrétaire général du parti, M. Amara Benyounès, consacrés à l’examen de la situation organique du parti, les préparatifs aux élections locales ainsi que des sujets divers.
Le MPA, qui a sept députés à l’APN dont trois femmes parlementaires, participera aux élections locales au niveau de l’ensemble des APC et des APW du pays. Et pour ce faire, il a installé les 48 fédérations et s’attelle à la réunion des conditions nécessaires à une amélioration de ses résultats lors du scrutin du 29 novembre prochain.
Le secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounès, qui s’est d’abord exprimé sur les questions d’intérêt national a réaffirmé, dans son allocution d’ouverture, la fidélité de ses choix politiques et stratégiques.
Il a, à ce titre, déclaré naturel son intégration au gouvernement dans la mesure où il apporte son soutien depuis des années au programme du Président de la République. Aussi a-t-il trouvé légitime de s’engager en toute conviction dans la réussite du programme du Président de la République et ses militants demeurent mobilisés pour ces mêmes objectifs. « Le droit de l’opposition est de défendre ses positions et nous en tant que membre du gouvernement nous défendrons nos convictions politiques » a-t-il déclaré.
Amara Benyounès qui a réitéré sa position politique en faveur du programme politique national a soutenu qu’il a fait ses choix par conviction, refusant les demi-positions et les oppositions de circonstances, selon des intérêts réducteurs, rappelant la constance de son positionnement avant d’indiquer qu’il reste, en tant que tel, solidaire avec l’exécutif au plan de son action politique, de ses décisions ainsi qu’au plan des décisions du Chef de l’Etat.
A propos du travail du gouvernement, le secrétaire général du MPA a précisé que durant les deux conseils de gouvernement déjà tenus, les réunions ont été caractérisées par le dialogue franc et sincère exprimant le sentiment d’être à l’aise au sein de cette équipe gouvernementale. Au sujet de l’efficience de l’action du nouvel exécutif et en réponse aux réactions des partis politiques de l’opposition, Benyounès leur demande un délai de grâce de trois mois avant de juger de l’efficience des membres du gouvernement, affirmant que les actions de cette équipe vont surprendre tous les Algériens dans les prochains mois.

L’espoir de voir les partis s’orienter vers des familles politiques
Au plan de l’échiquier politique et du nombre des partis politiques que certains politiques jugent le nombre excessif tout en réagissant au sujet des nouveaux partis agréés, le premier responsable du MPA trouve incommode d’agir de la sorte rappelant le florilège de partis créés dans les années 1990 sans que quiconque trouve à redire, expliquant ce comportement du fait qu’on a tous un peu du parti unique dans la tête.
Aussi, a-t-il précisé, la nécessité de s’abstenir de juger du degré de la présence ou de la dimension des partis sur la scène nationale, dans la mesure où la composante de la classe politique intervient conformément aux textes de la Constitution qui permet, et selon la loi, aux Algériens de se constituer en identité politique, d’exister ou d’activer sous forme de partis politiques. Aux adeptes de l’abstention, il pose l’essence et les missions des formations politiques de la participation à la vie politique nationale en tant que représentants des  membres de la société qui consiste à  prendre part aux élections et d’obtenir le plus grand nombre possible de sièges pour exprimer ses projets, ses idées et se positionner sur la scène politique.
Amara Benyounès qui estime qu’il n’y a jamais assez de démocratie, rappelant qu’il ne peut y avoir de gestion d’un pays sans démocratie, il préfère laisser à l’évolution des comportements des citoyens de faire la décantation au sein de la classe politique espérant voir les partis politiques s’orienter vers des alliances et des regroupements de familles politiques.
Enfin au plan externe et comparant le parcours de l’histoire politique de l’Algérie qui est exceptionnelle, Amara Benyounès a évoqué le million et demi de martyrs, l’expérience dramatiques des années 1990, pour faire la part des choses entre notre histoire et celle des autres pays arabes.
Au sujet du film blasphématoire et des réactions, le SG du MPA dénonce le caractère raciste qui nourrit la haine de l’autre tout en demandant l’application des lois en vigueur face à des provocations qui se répètent souvent, sachant que l’islamophobie s’est largement développée ces dernières années. Il est temps de mettre un terme à ces agissements.
Les travaux du conseil national dans sa 2e édition se sont poursuivis à huis clos abordant les questions organiques et le déroulement des prochaines échéances locales.
Houria Akram
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions