mardi 07 juillet 2020 07:05:43

Préparatifs pour les élections locales

Les partis mettent le cap sur le 29 novembre

PUBLIE LE : 10-09-2012 | 0:00
D.R

Les préparatifs administratives et règlementaires pour le déroulement des élections locales comptant pour le renouvellement du mandat pour les cinq années à venir des élus des 1.541 Assemblées populaires de communes et des 48 Assemblées populaires de wilayas dont le coup de starter a été donné avec la signature du décret présidentiel de convocation du corps électoral pour le mois de novembre vont bon train.

Près d’une cinquantaine de formations politiques et probablement des milliers de listes d’indépendants vont se lancer à la conquête des voix d’un corps électoral de plus de 20 millions de citoyens en âge d’accomplissement de leur devoir électoral. Au plan de l’organisation pour les activités politiques et l’administration centrale, les choses s’accélèrent puisque l’installation des commissions nationales et locales de préparation pour l’ensemble des partis politiques est effective, les programmes politiques de campagne électorale sont élaborés et la confection des listes des candidatures est à son étape finale comme l’ont exprimé de nombreux responsables ayant procédé à des réunions d’évaluation lors des conférences de presse.
De son côté l’administration met les bouchées doubles pour répondre aux délais impartis concernant les formalités de constitution de dossiers. Elle s’attelle par ailleurs, à réunir les conditions de déroulement des élections dans un cadre de transparence, de régularité, d’impartialité et d’intégrité des agents chargés de l’organisation de l’ensemble des étapes du processus électoral. Un processus qui devra déboucher avec la mise en application des deux codes de commune et de  wilaya dans le but de permettre aux APC et APW d’assumer leur responsabilité de gouvernance et d’intermédiation vis-à-vis des citoyens qui les auront élues démocratiquement et en toute transparence.
Aussi la compétition attendue dans les prochaines semaines et notamment l’entame de la campagne électorale que devront animer les formations politiques et les têtes des listes des indépendants ayant affiché leurs ambitions de participer à ces élections augure d’une compétition très serrée entre les différents programmes, candidats et convictions politiques. La préparation des stratégies et la réunion des commissions nationales et locales qui caractérisent le paysage national à travers des déplacements et autres meetings annoncent la couleur de ce que seront véritablement les prochains  jours.
Houria Akram


FNA, PT, En-Nahda et FFS
Les activités s’intensifient

Les partis politiques se retroussent les manches en vue des prochaines élections locales. La concurrence s’annonce, d’ores et déjà rude pour le mois de novembre. Au sein du Front national algérien, affirme Moussa Touati, président, «les bureaux de wilayas se réunissent régulièrement et les prépara-tifs, dans leur ensemble, ont atteint les 10%». Etant loin d’atteindre ses objectifs lors de la consultation populaire de mai dernier, le FNA compte se ressaisir. «Même avec le nombre important de formations qui entrent en lice, on compte dépasser les 3.000 sièges», affirme-t-il, confiant.
Interrogé par nos soins sur l’impact des départs en cascade qu’a connus sa formation, notre interlocuteur rassure que «cela ne change en rien». Et d’ajouter en guise d’arguments, que le FNA «est un programme, avec des principes et des engagements.» «Tant que la manière de défendre le parti est la même, il n’y a rien à craindre», enchaîne-t-il. Dans son intervention, il n’a pas omis de relever «l’importance de la politique de rajeunissement», prôné par le FNA au lendemain des élections législatives.
De son côté, le Parti des Travailleurs est en plein dedans. La commission nationale chargée des élections s’est réunie hier, à Alger. La secrétaire générale du PT a déjà prévenu contre le danger que représente «la décentralisation de la gestion locale contre les communes et les wilayas.» Selon Mme Hanoune, la participation au prochain rendez-vous électoral ne constitue pas pour son parti «un objectif en soi, mais un prolongement, à la base de l’action militante.»
Du côté des partis islamistes, le parti En Nahda, entretient le suspense. Présente-t-il une liste commune au sein de l’Alliance de l’Algérie verte où ira-t-il en solo ? «Jusqu’à présent, les avis divergent. Ce n’est qu’une fois le Comité central réuni, que l’on pourra prendre des décisions», nous apprend Mohammed Hadibi, chargé de la communication. Le secrétaire général du mouvement En-Nahda, Fateh Rabaï, appelle, les électeurs à «se rendre massivement aux urnes pour réhabiliter le service public.» Le «bon choix» du peuple permettra, a-t-il soutenu, de «lutter contre la corruption et tous les autres fléaux qui altèrent la gestion des communes» et de s’opposer à tous ceux qui «dilapident l’argent public au mépris des intérêts du peuple et de la nation.» Les élections locales du 29 novembre constituent à ses yeux, une occasion pour amorcer «le changement positif.»
Au sein du Front des forces socialistes, il s’agit, selon Chafa Bouaiche, chargé de communication, de «poursuivre la structuration du parti.»  Le plus vieux parti de l’opposition poursuit sa «compagne d’adhésion et de ré-adhésion.» Les congrès des communes et des Wilayas se tiennent régulièrement. Dans cette optique, M. Bouaiche souligne que tous les préparatifs seront achevés en ce mois de septembre. Quant à la Commission électorale, elle «se réunira le week-end prochain pour arrêter les critères de candidature.» Crédité d’un bon score lors des législatives précédentes, le FFS compte «se rapprocher davantage du citoyen et renforcer sa présence locale», lors de l’exercice du 29 novembre prochain.
Fouad Inartène


L’université d’été du FLN s’ouvre ce matin, à Tipasa
1.500 cadres et militants réunis

L’université d’été du FLN s’ouvre ce matin à Tipasa sous la présidence du secrétaire général du parti, M. Abdelaziz Belkhadem en présence de plus de 1.500 cadres et militants de base pour trois jours de discussions, de communications et conférences sur des sujets en relation avec le Cinquantenaire de l’Indépendance nationale et les acquis de la glorieuse révolution de novembre 1954.
Placés sous la symbolique du Cinquantenaire de l’indépendance nationale et les réalisations nationales dans l’Algérie souveraine et jouissant de sa liberté, les travaux de ce  rassemblement traditionnel que la formation initie chaque année depuis plus d’une décennie réuniront la direction politique du parti, les parlementaires ainsi que les membres du Comité central autour des communications, des conférences thématiques ainsi que des tables rondes.
Le FLN qui a tenu un comité central après avoir organisé des conférences régionales ayant regroupé l’ensemble des structures des wilayas autour de la même problématique du Cinquantenaire du recouvrement de la souveraineté nationale et les réalisations économiques, sociales et culturelles  compte  sensibiliser sa base quand aux prochaines échéances électorales. Les réformes politiques, le mandat du parlementaire et le rôle des élus locaux seront au centre des préoccupations des responsables et autres experts universitaires des différents ateliers en vue de sortir avec des propositions et des recommandations à l’issue de la clôture des travaux de l’université d’été.
Les soirées du conclave seront une opportunité pour le secrétaire général, d’apaiser les tensions et de renouveler les assurances à ses militants en vue de préparer les conditions pour la réussite des prochaines élections.
Houria A.


M. Bouguerra Soltani à Sétif
Le MSP sera présent

«Nous irons aux échéances du 29 novembre parce que nous considérons que c’est là, un principe politique et que l’Algérie ne peut être construite que des mains de tous ses enfants» à souligné mercredi en fin d’après midi, le président du mouvement de la société pour la paix, M. Bouguerra Soltani.
Le Président du MSP qui animait une conférence de wilaya, regroupant les cadres et militants de son parti ainsi que les représentants de l’alliance verte n’a cependant pas manqué d’établir certaines réserves relatives notamment à la barre des 7% et la résidence obligatoire au niveau de la commune qui selon lui  devrait être élargie au territoire de la wilaya», poursuivant dans ce contexte : «nous demandons de ce fait à ce que nous soit remises les liste détaillée du corps électoral de chaque commune, faute de quoi, un éventuel retrait n’est pas à écarter. »
Dans cette salle du parc d’attractions, M. Soltani fera également état des dernières dissensions intervenues au niveau de son parti et tiendra comme il le soulignera à rassurer ses militants du fait dira t-il «que cette crise qui n’est pas aussi grave que celle de 2008, n’affecte en aucun cas notre parti» établissant toutefois un constat rigoureux à l’endroit de tous ceux là qui ont décidé de quitter le parti «ne respectant point leur engagement et après avoir même signé la charte de l’élu »avant d’ajouter : «Partez, mais rendez-nous notre bien »
Reprenant une sentence de la sagesse populaire algérienne, «Ne restent au fond de l’oued que ses pierres» le président du MSP s’exclamera pour dire : «les pierres, c’est nous ! » estimant que le départ de certains cadres n’aura pas d’impact sur l’avenir du parti. Comme il fera état au cours de son intervention aux mutations profondes que connaît le monde et des étapes qu’a connu le pays ces dernières années, privilégiant en abordant le point inhérent au mode de gouvernance «le régime parlementaire au régime présidentiel» soulignant que «le régime présidentiel ne permet pas à la majorité de décider et de légiférer» établissant dans la méthodologie qui a été mise en œuvre au titre des réformes politiques initiées, la nécessité d’abord d’ouvrir un débat sur la constitution sachant dira t-il que nous vivons une crise politique.
Le Parlement, le rôle et la mission de l’élu local, les élections locales seront autant d’autres points qu’abordera M Soltani qui dira que «le MSP plaide pour un régime parlementaire fondé sur la responsabilité et le devoir de rendre des comptes» ajoutant par ailleurs que «L’Algérie dispose de toutes les ressources humaines et matérielles pour être un état leader, mais ces potentialités ne sont pas bien utilisées»
F. Z.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions