samedi 19 octobre 2019 18:41:47

Mouvement de la société pour la paix : Tout est fin prêt pour les prochaines échéances

Le président du Mouvement de la société pour la paix, Bouguerra Soltani, a souligné hier que les bureaux de wilaya du parti ont toutes les prérogatives pour prendre la décision de participer aux prochaines élections avec des listes communes ou séparées.

PUBLIE LE : 07-09-2012 | 23:00
Ph. : Nacéra

Le président du Mouvement de la société pour la paix, Bouguerra  Soltani, a souligné hier  que les bureaux de wilaya du parti ont toutes les prérogatives pour prendre la décision de participer aux prochaines élections avec des listes communes ou séparées. M. Soltani qui s’exprimait lors de l’ouverture des travaux de la réunion du bureau de la wilaya d’Alger organisée au siège de son parti, a expliqué que son mouvement «est prêt» pour participer aux échéances du 29 novembre prochain, soulignant toutefois qu’en cas de dépassement, «un éventuel retrait n’est pas a écarter». M. Soltani a salué les militants du mouvement, qui n’ont pas renoncé à leur parti «dans ces circonstances difficiles», dira-t-il, en regrettant à ce titre le fait que d’autres membres «n’ont pas tenu leurs engagements en acceptant de participer à l’actuel gouvernement, après la décision de boycott prise par le mouvement».
En outre, M. Soltani a réitéré la décision de son mouvement d’exclure «les membres participant au gouvernement et les dissidents», ajoutant que les instances compétentes du parti «prendront les mesures nécessaires à leur encontre». Dans le même ordre d’idées, M. Soltani a estimé que le départ de certains dirigeants «n’aura pas d’impact sur l’avenir du parti puisque le MSP a atteint un niveau de maturité lui permettant de maintenir sa cohésion, comme c’était le cas lors du départ de Cheikh Mahfoud Nahnah». Il a ajouté que lors de son récent déplacement au niveau de 20 wilayas,  il a pu  constater que la base du parti «n’a pas été affectée par le départ de ces dirigeants, le considérant comme une opportunité pour l’émergence de nouvelles jeunes compétences».
D’autre part,  le chef du Mouvement de la société pour la paix a considéré que «l’actuel gouvernement technocrate n’est en réalité qu’un gouvernement de gestion des affaires courantes et ne peut  prendre de cruciales décisions politiques au profit du pays.  Il a  souligné a ce titre «la nécessité d’ouvrir un  débat sur la Constitution et la nature de la gouvernance en Algérie, «soulignant que son part a toujours été convaincu que le système parlementaire est «plus efficace pour l’Algérie» et que «l’opportunité  des systèmes présidentiel et semi-présidentiel a pris fin avec la crise sécuritaire et la levée de l’état  d’urgence dans le pays».
Salima Ettouahria

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions