samedi 20 juillet 2019 00:57:46

Ould Abbès répond au syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique : «Les décrets pour la graduation élaborés avec les parties concernées»

Les deux décrets relatifs au concours de graduation des médecins praticiens spécialistes, rejetés par le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), ont été élaborés en concertation avec les syndicats concernés, a déclaré hier à Alger le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès.

PUBLIE LE : 04-09-2012 | 0:00
D.R

Les deux décrets relatifs au concours de graduation des médecins praticiens spécialistes, rejetés par le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), ont été élaborés en concertation avec les syndicats concernés, a déclaré  hier à Alger le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière,    M. Djamel Ould Abbès. «Les deux décrets, publiés il y a deux mois, dans le Journal officiel, ont été élaborés en concertation avec tous les syndicats et les partenaires»,  a affirmé M. Ould Abbès, en marge d'une cérémonie de remise de diplômes et d'affectation des  médecins spécialistes.          
Les précisions du ministre interviennent après une réaction du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) qui avait exprimé son rejet de ces deux nouveaux textes qui «n'avaient aucun rapport avec le contenu  de la loi de la fonction publique pour ce qui a trait à l'organisation des concours et ne servent nullement l'intérêt des praticiens spécialistes de la santé publique». La déclaration du ministre intervient en réponse aux propos tenus par  Mohamed Yousfi, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSSP), samedi à Alger, lors d'une réunion de la structure syndicale. En effet, ce dernier remettait en question les modalités d'organisation de ce concours. Le syndicat a critiqué les modalités régissant le déroulement du concours, notamment en ce qui concerne «le jury qui sera composé  d'hospitalo-universitaires  qui ne sont pas aptes, selon lui, à évaluer les compétences des candidats au  concours de graduation».  
Le SNPSSP estime également que les deux nouveaux textes «n'ont  aucun rapport avec le contenu de la loi de la fonction publique pour ce qui a trait à l'organisation des concours et ne servent nullement l'intérêt des praticiens spécialistes de la santé publique». Toutefois, le ministre a qualifié ces déclarations de «contradictoires», soulignant qu'«il est d'autant plus valorisant pour un praticien d'être évalué par des hospitalo-universitaires, qui l'ont formé au préalable, que par un praticien».  Le concours de graduation est, rappelle-t-on, prévu dans trois  semaines au niveau de trois centres d'examen ouverts à Alger, Oran  et Constantine.
 


Etablissements hospitaliers
Affectation de 242 médecins spécialistes


242 médecins spécialistes comptant parmi une promotion  de 900 médecins ont été désignés hier pour exercer dans des établissements hospitaliers à travers le territoire national, alors que d'autres connaîtront  leurs destinations respectives dans les deux prochains jours, a annoncé le ministre  de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould  Abbès. Les 242 récipiendaires qui se sont vus remettre leurs diplômes sont  issus de plusieurs spécialistés, à savoir l'anatomo-pathologie, l'anesthésie,  la cardiologie, l'ophtalmologie, l'ORL, la biochimie, l'endocrinologie, l'épidémiologie,  la gastrologie et la gynécologie.  Les autres médecins, au nombre de 658 spécialistes, recevront leurs affectations demain et après-demain, a indiqué le ministre de la Santé, qui a affirmé que les désignations ont été faites selon les règles de «la transparence, loin de tout traitement de passe-droit». M. Ould Abbès qui s'exprimait lors de la cérémonie de remise de diplômes,  a ajouté qu'«un accord a été signé avec le ministère de l'Intérieur pour instruire les walis en vue de fournir les moyens nécessaires aux nouveaux médecins pour l'exercice, dans de très bonnes conditions, de leur mission dans les zones rurales».
Il a en outre précisé que la répartition des médecins a été faite conformément  aux besoins des structures sanitaires et en fonction des postes budgétaires ouverts à l'échelle nationale. Pour ce qui est des spécialistes qui seront affectés en dehors de leurs villes de résidence,  M. Ould Abbès a indiqué qu'ils seront «correctement pris en charge».  «Nous avons signé un accord avec le ministère de l'Intérieur pour instruire  les walis des dispositions à prendre pour l'accueil des médecins», a-t-il rappelé. 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions