mercredi 22 fvrier 2017 05:03:57

CONCERT DE LAMIA MAADINI : Voyage au coeur de la musique andalouse et chaâbi

L’interprète du patrimoine hawzi et de la çanaâ, Lamia Maadini, a animé un concert, dans la soirée du mercredi, au Palais de la culture Moufdi- Zakaria à Alger dans le cadre du programme spécial ramadhan tracé par cet établissement.

PUBLIE LE : 19-08-2012 | 0:00
D.R

Avec une voix qui s’accorde, un talent qui parle de lui-même et une véritable passion pour ce qu’elle interprète. La chanteuse d’andalou, Lamia Maadini, se complaît dans les répertoires hawzi, andalou, chaâbi et algérois devant un public, venu nombreux en cette soirée. Douée d’un talent exceptionnel, Lamia Maadini rayonne dans l’interprétation du mode andalou, ce style musical classique qui porte l’authenticité et la pureté du jeu. Son interprétation exige de la chaleur, de l’âme et du sentiment. Celle que propose l’artiste dégage une émotion qui a comblé le public à chacune de ses apparitions. Comme à l’accoutumée, la chanteuse, en tenue traditionnelle, a fait une entrée «artistique», remarquable et propre à elle. Luth à la main, elle a salué l’assistance et les musiciens qui l’accompagneront tout au long de la soirée. Cette escapade ramadhanesque dans l’univers des noubas a permis aux spectateurs d’assister à un véritable concert de musique classique. En effet, la musique arabo-andalouse est une musique savante, très riche et classique. S’y ajoute la voix éclatante, nette et cristalline de l’ancienne élève de l’association Sendoussia. Ainsi, l’artiste a plongé durant près de deux heures les passionnés de ce genre musical dans «diar» (maisons) El Andalous d’antan, dans le monde poétique de l’amour, et de la spiritualité. Dès qu’elle s’est mise en place, au milieu de ses musiciens, luth entre ses bras face au micro, Lamia Maadini semblait être dans un autre monde. Grâce à sa voix qui suivait les vibrations des cordes de son instrument, elle a su captiver le public, vite tombé sous le charme. La plupart des spectateurs sont d’un certain âge, et familiarisés avec ce genre musical. En somme, c’est un public d’initiés, de connaisseurs et respectueux de l’art. Cela apparaît à travers l’attitude des spectateurs puisqu’ils étaient plutôt calmes et savaient intervenir, en applaudissant au bon moment. Elle a gratifié le public des plus belle chansons de cette musique élitiste commençant par « koul nour men nour el hachemi k’mel » suivit de « Ach ma y’bered nirani », « wahed laghzel rit el youm », « zinzk win ken m’khabi », « sidi men issel ala kahl el Ain », « el gharam fnani », « bellah ya h’mam »… et bien d’autres titres, arrivant jusqu'à la seconde partie qui était dédiée au défunt cheikh el Hachemi Guerrouabi, où elle a interprété quelques-unes de ses plus belles chansons telles que « l’bareh », abaden omri lanzid natlafet lawraya » et « twahacht el bahdja » que la soirée s’achève, sous les youyous et une salve d’applaudissements. Les spectateurs se lèvent et offrent une seconde ovation à Lamia Maadini et à son orchestre.
Kafia Ait Allouache

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions