vendredi 21 septembre 2018 06:08:32

Prolifération du commerce informel : 400 nouveaux points de vente recensés depuis le début de Ramadhan

Derrière les fluctuations et l’instabilité qui caractérisent le marché des produits de large consommation durant ce mois de Ramadhan, bon nombre de spécialistes pointent du doigt le marché parallèle qui prend de l’ampleur en cette période, où la fièvre acheteuse s’empare des citoyens.

PUBLIE LE : 08-08-2012 | 0:00
D.R

Derrière les fluctuations et l’instabilité qui caractérisent le marché des produits de large consommation durant ce mois de Ramadhan, bon nombre de spécialistes pointent du doigt le marché parallèle qui prend de l’ampleur en cette période, où la fièvre acheteuse s’empare des citoyens.
 L’activité commerciale informelle qui a pris d’importantes  proportions représenterait 60% du marché national. L’Algérie compte, en plus du 1,5 million commerçants recensés au niveau du Registre de commerce avec autant, voire plus, de commerçants non déclarés.
Pour ce ramadhan, cette organisation qui regroupe sous son aile les différentes activités  commerciales et artisanales aurait recensé, depuis le début du mois de ramadhan la prolifération de  400 nouveaux et gros points de vente illégale.  
Au niveau de ces commerces sont écoulés, précise le porte-parole de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), M. Hadj Tahar Boulenouar,  les produits périssables qui peuvent constituer un véritable danger pour la santé publique tels les boissons, les conserves, les légumes et fruits secs, les dérivés laitiers, sont présentés en abondance sur les étalages.  La situation est d’autant plus inquiétante que les nouveaux points spontanément créés, viennent s’ajouter aux 2 000 lieux de commerce informel déjà existants. Le représentant de l’UGCCA tire la sonnette d’alarme et relève l’absence  de contrôle de la part des APC qui auraient favorisé, de son avis, la multiplication des commerces informels dans les quartiers, les ruelles et mêmes les cages d’escalier, occasionnant des désagréments certains aux citoyens.  La sonnette d’alarme est aussi tirée, au vu de l’important préjudice causé au trésor public par l’activité parallèle qui freine la concurrence et l’investissement et constitue  de fait un véritable danger pour les commerçants légaux. Ceci d’autant que le commerce occupe la première place dans le secteur privé avec 55,6%  des activités, alors que le commerce de détail représente à lui seul 84,6%Les répercussions du commerce anarchique sur le marché se fait ainsi ressentir par l’important mouvement d’annulation des registres de commerces qui s’est accentuée ces dernières années à cause de la concurrence déloyale. Pour endiguer le phénomène, des voix s’élèvent pour boycotter la marchandise en provenance de l’informel. Un appel est lancé dans ce sens par le président de l’Association de protection des consommateurs d’Alger, M. Mustapha Zebdi, qui est également le responsable de la région centre de la Fédération des consommateurs algériens. Ce dernier qui dénonce toute augmentation non justifiée des produits demande également aux consommateurs de boycotter tous les marchés informels et d’opter pou les circuits normaux de distribution.
A défaut de traquer les petits revendeurs, le porte-parole de consommateurs recommande, par ailleurs, de s’attaquer  aux points d’approvisionnement à savoir les grossistes et industriels qui alimentent ces points illicites.
Hamida B.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions