jeudi 14 dcembre 2017 11:08:22

Festival national de la musique chaâbi : A la mémoire de Sidi Lakhdar Benkhlouf

Le commissaire du Festival national de la musique chaâbi Abdelkader Bendaâmèche a animé récemment, à l’Institut supérieur de musique, une conférence de presse portant sur ce festival qui débute aujourd’hui.

PUBLIE LE : 04-08-2012 | 0:00
D.R

Le commissaire du Festival national de la musique chaâbi Abdelkader Bendaâmèche a animé récemment, à l’Institut supérieur de musique, une conférence de presse portant sur ce festival qui débute aujourd’hui.
M. Bendaâmèche a tracé les grandes lignes de ce festival, où prennent part  31 candidats pour cette édition dédiée cette année, au grand poète du  Melhoun  Sidi Lakhdar Benkhlouf.
Ces candidats qui ont été sélectionnés, après trois demi-finales organisées à Alger, Jijel et Oran sur un total de deux cents jeunes chanteurs issus des diverses régions du  territoire national, concourrront pour l’obtention de trois prix. Les soirées du festival sont divisées chacune en deux parties, la première réservée au passage des candidats et la seconde au récital de maîtres du chant chaâbi tels que Cheikh Kamel Bourdib, Nacer Mokdad, Sid Ali Lekkem,  Didine Karoum...et bien d’autres artistes.  Ainsi, ce sera la  belle voix de Kamel Bourdib qui est à l’affiche de cette soirée d’ouverture.
Celle-ci est marquée aussi par l’interprétation du légendaire chant patriotique de Hadj M’hamed El-Anka «Hamdoulillah mabkach isstimar Fi Bladna », chanté par les 31 candidats, pour célébrer le cinquantenaire  de l’indépendance.
«Nous célébrons cette année le cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie. Le premier chant dédié à ce grand jour a été conçu dans le genre chaâbi par l’illustre Hadj Mhamed El-Anka. Cette œuvre admirable a été présentée de manière  solennelle le 31 octobre 1962 à la salle Majestic (aujourd’hui la salle Atlas) devant le président de la République et un prestigieux parterre d’invités de l’Algérie indépendante dont  Ernesto Che Guevara.
«Nous allons interpréter ce  chant patriotique de Hadj M’hamed El-Anka avec la participation sur scène des trente et un candidats» déclare le conférencier, qui indique également que des hommages sont rendus à chaque édition, à des personnalités  du chant chaâbi. «Dans les années précédentes, nous avons honoré des figures illustres comme Hadj  M’hamed El-Anka, El-Badji, El-Hadj M’rizek, Hassan Saïd, Boudjemaâ El-Ankis et même ceux qui viennent de nous quitter comme Abdelkader Guessoum et Abdellah Guettaf. Nous dédions cette septième édition entièrement au grand poète  Sidi Lakhdar Benkhlouf, un homme extrêmement pieux qui a écrit des œuvres immortelles pour la poésie chantée»  affirme le commissaire du festival. L’évocation de ce poète du XVIe siècle sera permanente aussi bien dans les conférences que dans les concerts  où les maîtres interpréteront des chants écrits par cet illustre poète soufi.
Abdelkader Bendaâmèche prépare  un volumineux ouvrage de six cents pages sur Sidi Lakhdar Benkhlouf et dont la parution est prévue pour la fin de décembre. Des conférences seront aussi animées dont deux porteront sur Benkhlouf, sur «El Istikhbar»...
Kafia AÏt Allouache

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions