mercredi 14 novembre 2018 04:47:08

Entretien, Merzak Boumaâraf (entraîneur du RCK) : “Bâtir une équipe d’avenir avec nos jeunes est notre objectif”

Enfant du club, Merzak Boumaâraf a été désigné nouvel entraîneur du Raed, par la nouvelle équipe dirigeante du club, relégué la saison passée en division nationale amateurs.

PUBLIE LE : 02-08-2012 | 0:00
D.R

Enfant du club, Merzak Boumaâraf a été désigné nouvel entraîneur du Raed, par la nouvelle équipe dirigeante du club, relégué la saison passée en division nationale amateurs. Doté d’un sérieux bagage, qu’il s’agisse du domaine théorique ou celui de l’expérience des terrains, le coach du RCK pour la saison 2012/2013 veut bâtir avant tout une jeune équipe d’avenir, qui fera retrouver au club banlieusard son aura d’antan.

Vous venez de boucler un peu plus d’une semaine de préparation, comment les choses se passent pour vous ?
Franchement, je n’ai pas de quoi me plaindre. Je fais de mon mieux pour préparer le groupe que j’ai sous la main de la meilleure des manières, selon les moyens dont dispose le club. Les joueurs sont attentifs et à l’écoute de mon discours. Ils s’appliquent à traduire à l’entraînement mes directives. Cela est important pour réussir une bonne préparation.

Après une longue absence des terrains, vous avez accepté de prendre en mains votre équipe de toujours, le RCK…
Il faut savoir que vu la situation confuse, le bricolage et le manque de professionnalisme qui caractérise le milieu de notre football, depuis de nombreuses années à présent, j’ai préféré me retirer pour ne pas cautionner ce qui s’y passe. Maintenant, si j’ai décidé de reprendre, c’est surtout pour venir en aide à mon club, le RC Kouba, qui a plus que jamais besoin de ses enfants.

Peut-on savoir ce qui a motivé votre retour ?
Les nouveaux dirigeants, qui ont pris le club en mains tels Baha et Messani, ont fait appel à moi. Je ne pouvais tourner le dos au Raed que je veux servir, car il nous est difficile en tant qu’anciens d’accepter, sans lever le petit doigt, la déperdition de ce grand club formateur qui a donné d’excellents joueurs au football algérien par le passé, avec les Amirouche, Assad, Kaci-Saïd, Chaïb, Hamada et beaucoup d’autres.

Mais vu la situation catastrophique dans laquelle se trouve le club, avec le départ de plusieurs joueurs et un recrutement au point mort, ne craignez-vous pas d’échouer dans votre mission ?
Certes, le RCK a connu de nombreux départs et n’a pas procédé à un important recrutement. Mais, au risque de vous étonner, il a été convenu avec la direction du club qu’on mise cette saison sur nos jeunes éléments parmi les juniors et les espoirs. Nous allons réinstaurer l’ancienne politique du club, qui a de tout temps eu pour vocation la formation de jeunes talents.
C’est ce qui avait par le passé fait la réputation du RCK, qui faisait tribunes combles à chacune de ses apparitions à domicile comme à l’extérieur, et qui était respecté de tous, grâce à la valeur de ses joueurs et à la qualité du football qu’il produisait. Aussi, il y avait une certaine moralité dans le club qui faisait aussi sa force.

Cela signifie alors quoi à vos yeux ?
Cela veut dire qu’en premier lieu, nous voulons démarrer sur de bonnes bases avec de jeunes éléments qui ont faim de football, qui seront à notre écoute et qui s’impliqueront pour qu’on puisse atteindre ensemble les objectifs du club à court et moyen termes.

Et quels sont-ils ?
Tout d’abord, miser sur les jeunes joueurs du cru, les faire travailler et leur inculquer la culture du club. On ambitionne de bâtir à partir de ces jeunes-là une équipe d’avenir parce qu’avant tout, nous voulons remettre le Raed sur rails et lui faire retrouver la place qui lui sied au sein de l’élite du football national sur la durée. Tout cela demande une politique claire, les moyens nécessaires, du temps, des convictions bien établies, de la patience, de la détermination et une volonté infaillible de bâtir. C’est pourquoi, je dis que la mission ne me fait pas peur puisqu’il s’agira avant tout de bâtir pour ensuite attendre des résultats à proprement dit.

A-t-on mis à votre disposition les moyens nécessaires ?
Le fait de travailler avec les jeunes me convient parfaitement. Comme vous le savez, le RCK n’a pas de gros moyens, on fait selon ce qui existe. Le plus important, c’est l’état d’esprit au sein du club qui doit être positif. Le Raed est un patrimoine pour la jeunesse de Kouba, il faudra absolument veiller à le préserver. Voilà, ce qui a motivé ma décision de répondre  par l’affirmative aux sollicitations de la nouvelle équipe dirigeante du club.
Mohamed-Amine Azzouz
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions