samedi 17 novembre 2018 10:46:04

5e anniversaire du vote de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale

L’étape franchie est, incontestablement, considérable. Les objectifs atteints le sont aussi. Un simple coup d’œil dans le rétroviseur permet de mesurer le chemin parcouru, en quelques années seulement.

PUBLIE LE : 28-09-2010 | 21:54
D.R

La Réconciliation nationale a été une étape importante dans l’histoire du pays. Elle a été à la source de la remise en ordre opérée à l’initiative du Président de la République, à la suite de la longue période de violence terroriste. Le Chef de l’Etat est apparu comme un homme de paix, un homme politique qui avec force a misé sur le retour à la stabilité et à la sécurité, le rassemblement de toutes les énergies, la tolérance, le respect de l’autre et celui de la différence.
La réconciliation nationale qui a aujourd’hui cinq années d’existence a été le fruit d’une volonté nationale sanctionnée par un référendum populaire. Elle a beaucoup servi les mutations qui se sont opérées dans notre pays et l’engagement de celui-ci dans une démarche de paix et de développement. Le Président de la République a eu le redoutable privilège d’avoir initié le processus dans un pays en proie à la violence et des fractures sociales importantes. C’est dire que la partie n’était pas facile. Le mérite n’en est alors que plus grand.
En commémorant l’événement aujourd’hui, les Algériennes et les Algériens ont tout le loisir de mesurer l’immense chemin parcouru, les sacrifices consentis, la détermination des uns et des autres, de ceux en tout cas qui portent l’Algérie dans leur cœur, pour parvenir  à replacer la Nation algérienne dans la trajectoire qui aurait dû être toujours la sienne, celle d’un pays en accord avec son temps, imprégné de ses valeurs ancestrales qui fondèrent très tôt son combat contre toutes les adversités de l’histoire.
Le développement et c’est là un signe de l’évolution positive, occupe de très larges espaces. Il participe à la réduction des inégalités sociales et à la satisfaction des besoins sociaux, à la promotion économique du pays, à tirer partie des immenses ressources naturelles et humaines qui font la richesse de notre nation.
C’est un pari que l’Algérie, sortie de la terrible épreuve qu’elle a enduré une décennie durant, est en train avec la rigueur qui sied, de gagner. Les signes sont palpables. A travers les programmes économiques mis en route, l’Algérie est devenue un immense chantier, émargeant au progrès économique et social, souscrivant au partenariat intérieur comme extérieur, faisant de l’investissement, une priorité du moment. Les avancées politiques, économique et sociales sont imposantes et pourtant l’héritage a été difficile à supporter. L’Algérie est aujourd’hui le pays des réformes qui transforment profondément la carte nationale sur tous les plans.
Une gestion ordonnée et rigoureuse de notre politique, et budgétaire, spécialement , a permis d’aller de l’avant, de remplir nos engagements y compris ceux souscrits avec l’extérieur qui ont donné ainsi crédibilité et assurance à notre politique. L’intérêt pour ce qu’entreprend notre pays a donc naturellement suivi.
Les nombreuses délégations d’hommes d’affaires qui visitent l’Algérie témoignent de cet intérêt. Mais l’Algérie, c’est aussi un pays qui a vocation à construire un Etat de droit, un pays respectueux des libertés les plus essentielles, celui qui assure la sauvegarde des droits de l’homme. L’Algérie est aussi sur le plan international, engagé dans le combat que mène la communauté internationale en faveur de la paix et de la sécurité, en faveur du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, droit qui demeure malmené dans certaines régions du monde, en Palestine notamment, au Sahara occidental et ailleurs, situation qui requiert encore vigilance et engagement.
C’est pour illustrer tout ce parcours qui a été loin d’être facile, qu’hier au Centre de Presse d’El Moudjahid a eu lieu la projection   d’un documentaire retraçant les évolutions récentes avec le concours du mouvement associatif. M. Abdelkrim Abidat a présenté pour l’occasion, un ouvrage devant paraître le 1er novembre prochain, en hommage à la politique menée sous l’autorité du Président de la République, un ouvrage qui retrace aussi l’itinéraire politique de M. Abdelaziz Bouteflika.
Tahar Mohamed Al Anouar

__________________________________________________________________________________________________________

L’Algérie de 2010 avance dans son développement. Dans la sérénité totale. 
L’étape franchie est, incontestablement, considérable. Les objectifs atteints le sont aussi.  Un simple coup d’œil dans le rétroviseur permet de mesurer le chemin parcouru, en quelques années seulement.
La recette à l’origine de cette prouesse ? A son arrivée au pouvoir, le Président de la République a conçu une stratégie de sortie de crise ayant confiné le pays dans une situation d’instabilité chronique et dans une régression économique et sociale, jamais atteinte de mémoire d’Algériens.
La vision du Chef de l’Etat est fondée sur un postulat, simple dans son énoncé, mais déterminant quant à l’avenir, voire le devenir du pays. Pas de stabilité et de paix, point de développement. Ce n’est qu’aujourd’hui que l’on peut apprécier à sa juste mesure la démarche ayant conduit le pays à ce qu’il est. Dans tous les segments de la vie politique économique et sociale. Le Président de la République a beaucoup misé sur le recouvrement de la paix et la stabilité et c’est conséquemment à la portée de cet objectif stratégique qu’il a investi tous ses efforts dans une Algérie entièrement pacifiée et totalement engagée dans la reconstruction et le développement, en concevant et mettant en œuvre la politique de réconciliation nationale à laquelle tout le peuple a souscrit.  Les pouvoirs publics, conformément au programme du Président de la République, ont orienté tous leurs efforts dans la réinstauration de la paix, de la consolidation de la cohésion sociale, deux conditions sine qua non pour la relance de l’action de développement, mais sans pour autant faire dans la compromission. Le Président de la République l’aura réitéré plus d’une fois, l’Algérie mènera une lutte sans merci contre le terrorisme jusqu’à son éradication.
La politique de réconciliation aura permis au pays d’atteindre la maturation pour renouer avec la reconstruction nationale à l’ombre d’une politique consacrant l’édification de l’Algérie républicaine, celle du progrès et du modernisme à laquelle toutes les énergies sont aujourd’hui dédiées. L’enjeu que constitue la construction de ce projet de société est d’autant plus important qu’une nouvelle conscience citoyenne a émergé ces dernières années pour conforter  la volonté politique de conduire l’Algérie à la prospérité pérenne.
L’Algérie sereine, stable, entièrement vouée l’action de développement et la construction démocratique est en marche vers de nouvelles conquêtes. Le programme quinquennal 2010-2014 a consacré dans ses grands axes la continuité.  
Celle qui consolidera les résultats enregistrés et plantera les jalons du développement durable.  Cette continuité, c’est aussi cette volonté des pouvoirs publics de faire aboutir tous les objectifs assignés au développement humain, en ne ménageant aucun effort dans la mise en œuvre des différentes stratégies conçues dans cette perspective.
 S. Lamari  
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions