jeudi 06 aot 2020 09:50:27

Préinscriptions universitaires : Affectation des nouveaux bacheliers le 22 juillet

L’opération de confirmation des inscriptions des nouveaux bacheliers, qui a eu lieu entre le 9 et le 13 juillet courant, a pris fin hier à travers tous les établissements sous tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

PUBLIE LE : 15-07-2012 | 23:00
D.R

L’opération de confirmation des inscriptions des nouveaux bacheliers, qui a eu lieu entre le 9 et le 13 juillet courant, a pris fin hier à travers tous les établissements sous tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Cette étape qui a eu lieu durant ces deux dernier jours a touché tous les nouveaux étudiants et pas uniquement ceux qui, entre-temps, auront changé d’avis sur le classement de leurs choix. Même les bacheliers qui ne comptent pas changer leurs choix devaient impérativement confirmer leur préinscription durant ces deux jours. A partir d’aujourd’hui, les ordinateurs prennent le relais pour procéder à l’affectation des bacheliers. «Le traitement national informatisé prendra en charge toutes les fiches de vœux des nouveaux bacheliers saisies et transmises en ligne. Sur la base de la combinaison des trois paramètres de préinscription et d’orientation, ce traitement conduit à satisfaire chacun des nouveaux bacheliers dans l’un de ses dix choix», note la circulaire. Et d’ajouter que dans le cas particulier où aucun des dix choix n’a pu être satisfait, une formation autre que celle choisie par le bachelier lui est proposée. L’opération  prendra fin à partir du 22 juillet, date à partir de laquelle le futur étudiant connaîtra, toujours en ligne sur les deux sites, l’école ou l’établissement de formation supérieure vers lequel il a été affecté. Ceux qui n’ont pas été satisfaits par le choix de l’ordinateur peuvent introduire, entre le 22 et le 24 juillet, exclusivement en ligne, un recours. Cela dit,  ce ne sont pas tous les étudiants «désorientés» qui peuvent introduire un recours mais uniquement ceux dont aucun des dix choix mentionnés n’a été pris en compte. «Le recours ainsi introduit sera traité conformément aux conditions pédagogiques requises au titre de l’année universitaire 2012-2013 et des capacités d’accueil des établissements d’enseignement supérieur». Une fois les affectations connues et les recours traités, le bachelier doit procéder, du 26 au 30 juillet, à l’inscription définitive au niveau de l’établissement de formation supérieure vers lequel il a été orienté. Le bachelier doit se présenter «à l’établissement de son affectation pour déposer son dossier d’inscription, s’acquitter de ses droits d’inscription, retirer les documents de confirmation de son inscription administrative, prendre connaissance de la programmation des enseignements et prendre des vacances en plein mois de Ramadhan!
S. Sofi


Grandes écoles
Oran se dote d'une école nationale polytechnique

Oran va connaître dès la rentrée universitaire 2012  un  changement  de  statut  pour rejoindre le club «fermé» des privilégiés que l’on désigne sous le vocable de «Grandes Ecoles».  «Polytech Oran» (son nouveau nom) aura pour  mission  de  former  des  Ingénieurs  d’Etat  des  grandes  écoles dans les filières Génie électrique, Génie mécanique, Génie civil  pour le  compte  du  secteur  socioéconomique. En attendant la signature du décret (en cours, selon la direction de l’école), les futurs étudiants admis à l’école auront suivi un cursus universitaire de deux ans au niveau des écoles préparatoires en Sciences et Techniques.
Ils seront admis en troisième année sur concours national puis  classés et affectés, en tenant compte de leurs  vœux et des places pédagogiques disponibles, à l’instar des procédures en vigueur dans les grandes  écoles. Finalement, l’ENSET, qui  a toujours formé dans les filières Electronique,  Electrotechnique, Génie  civil,  Génie  mécanique, Informatique, Management industriel, Langues,  Mathématiques, Physique-Chimie, accède à un rang supérieur en gardant sa vocation d’origine qui est de former  pour  le  secteur  socioéconomique  de  la  région  ouest  du  pays. A partir de la prochaine rentrée, elle sera chargée de produire des  cadres  de  haut  niveau  dans  le  domaine  de  la  technologie,  de  l’environnement,  de  l’informatique  industrielle,  du  management,  de  la  technologie  et  de  l’innovation. Il s’agit là d’une consécration pour cet établissement sous tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique créé en 1970, à la suite d’une convention signée entre l’Algérie et l’UNESCO.
Destiné à l’origine à former des professeurs qualifiés de l’Enseignement secondaire technique, cette école a vu ses statuts changer au fur et à mesure de l’évolution de l’environnement économique, industriel et des rapports de plus en plus denses qui s’établissent entre l’enseignement supérieur, technique ou professionnel avec le monde du travail.
Depuis une dizaine d’années, une nouvelle filière  «Management industriel» à permis à cette école de signer de nombreuses conventions avec des entreprises  (Contrôle technique de la construction (CTC Ouest), Commandement des forces navales, ALFON, SONATRACH Aval, SEOR, Ecole de construction aéronautique (ECA), Société du verre (ALVER) d’Oran, Centre de  Développement des  Energies  Renouvelables (CDER- Alger), Chambre de commerce et d’industrie de l’Oranie, ADC Electronique, ALKAD Works…pour leur apporter des solutions technologiques .  
Depuis cinq années environ, l’ENSET est habilitée à délivrer le doctorat dans les spécialités de physique, génie mécanique et génie électrique. L’ENSET d’Oran est organisée actuellement en sept (07) départements pédagogiques : Génie mécanique, Génie électrique, Génie civil, Physique-Chimie,Mathématiques-Informatique, Management, Langues. Cette école est liée par de nombreuses conventions de coopération interuniversitaire avec des établissements universitaires français, belges, américains, italiens, espagnols, syriens… tels l’Université du Texas à Austin , l’Université libanaise de Beyrouth, ESIGELEC de Rouen, Xarxa Vives Universitats « XVU » de Barcelone, l’ Ecole supérieure des sciences et techniques de Tunis, l’Ecole libre « HELMO » à Liè- ge, etc. Bien évidemment, cette école abrite plusieurs laboratoires de recherche dans divers domaines de la recherche : la micro et nanophysique,  la fabrication mécanique, l’ automatique et l’Analyse des systèmes, la simulation, commande, analyse et maintenance des réseaux électriques…
M. Koursi
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions