vendredi 20 octobre 2017 19:02:46

Animaux, squatte des lieux, bagarres… : Les plages, moments d’évasion, dites-vous ?

Plus d’autorité pour faire appliquer la loi

PUBLIE LE : 27-06-2012 | 0:00
D.R

Peut-on profiter aujourd’hui d’une belle journée au bord de la plage ? Pas si sûr si l’on se fie aux nouvelles « mœurs » observées ces dernières années sur nos plages. A telle enseigne qu’une grande partie des estivants, en quête de bien-être et de tranquillité, boude désormais ces lieux et préfère d’autres destinations, beaucoup moins agitées, telles la forêt, la piscine et même la montagne. « C’est vrai que le charme de la plage est unique, mais je préfère dans ces conditions fuir ce milieu qui ne rime nullement avec le repos et le confort. C’est devenu un bazar à ciel ouvert », assène sèchement Fawzi, père de deux enfants.                                                                    
Le décor est en effet planté dès les premières heures de la matinée. Squatte des places, circulation à tout bout de champ des animaux, notamment les chiens, va-et-vient incessant des commerçants ambulants ou encore les « inévitables » tapages sonores provoqués par les chaînes Hi-fi qui émettent d’insupportables décibels.
« Ça devient franchement insupportable ! Beaucoup d’estivants viennent se plaindre auprès de nos agents, mais nous leur expliquons que nous ne pouvons rien faire. Ce n’est pas de nos prérogatives de mettre de l’ordre dans les plages car notre mission se limite à la surveillance des baigneurs et éventuellement les secourir en cas du besoin », confie un surveillant des plages de la protection civile.     

Plus d’autorité pour faire appliquer la loi
Pourtant, la réglementation prohibe ce genre de pratiques, notamment la circulation des animaux dans les plages.
La wilaya d’Alger a, par exemple transmis une circulaire dans ce sens pour interdire la présence des bêtes dans les plages.
Mais force est de constater que rien n’y est fait pour la faire respecter. « Trouvez-vous normal qu’un pitbull vient vous titiller alors que vous êtes tranquillement allongé sous le parasol ? Le problème avec ces gens, c’est que ça se généralise peu à peu. Ça devient un rituel que de voir ces énergumènes qui défilent à longueur de journée avec leurs chiens sans être inquiétés ou remis à leur place », s’insurge une habituée de Palm-Beach qui soulèvera également la question du squatte des plages par des jeunes chômeurs.
Ces derniers s’enorgueillissent en effet d’avoir obtenu des concessions auprès des APC « côtières » et font régner, du coup, leur propre loi, quitte à utiliser des grands moyens dissuasifs au cas où l’on ne se conforme pas à leur bon vouloir.
Et si les estivants ne ‘‘trouvent’’ pas à redire, l’explication peut se tenir entre les concurrents, soit entre les « concessionnaires » eux-mêmes, en usant souvent d’armes blanches et autres bâtons et gourdins. « Je ne vous dis pas les obscénités et les grossièreté qui fusent de toutes parts.
C’est vraiment pitoyable comme spectacle offert  par ces voyous », témoigne notre ami de la protection civile qui souhaite plus d’autorité de la part des services de la police et de la gendarmerie nationale.
S. A. M.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions