mardi 28 mars 2017 09:15:53

Examens du Bac et du BEM : En attendant les résultats !

Les résultats du Bac et du BEM, session 2012, seront officiellement proclamés à partir du 2 juillet prochain.

PUBLIE LE : 23-06-2012 | 0:00
D.R

Les résultats du Bac et du BEM, session 2012, seront officiellement proclamés à partir du 2 juillet prochain. En attendant le jour « J », la correction des copies d’examen se poursuit dans les différents centres conçus pour cette lourde tâche. Elle est prise en charge par 45.000 enseignants correcteurs.

Composter, corriger, saisir et imprimer le listing des notes, contrôler et vérifier une deuxième et troisième fois avant l’impression, ce sont les nombreuses et fréquentes étapes qui précèdent la délibération. Cela se fait par une équipe très dynamique qui assure la correction jusqu’au 27 juin. Une fois terminée, la correction laissera place aux délibérations où les chefs de centre auront trois jours, soit jusqu’à la fin du mois, pour archiver tous les documents avant de quitter les lieux.
Il faut dire que la correction passe par plusieurs étapes dès la réception des copies du centre de regroupement de Kouba. Une fois au centre de correction, les feuilles d’examen deviennent anonymes. Chaque centre de correction a la charge de corriger une moyenne de 5.000 copies. Ces dernières ne portent ni le nom ni le prénom, encore moins le numéro d’inscription au Bac. Un nouveau code ou numéro d’anonymat est attribué à chaque candidat. Autrement la copie est corrigée dans l’anonymat le plus total. Les enseignants ne risquent point de tomber sur les copies de leurs élèves. Il faut savoir à ce propos que les copies des différentes épreuves ne risquent même pas d’être corrigées dans leur totalité dans le même centre. Le maximum est trois épreuves par candidat.
La  correction se fait tout d’abord d’une manière collective sur un échantillon de 10 à 12 copies. Celles-ci a eu lieu pendant deux jours, soit les 14 et 15 juin derniers.  Le 16 juin, les enseignants ont commencé les corrections dans des salles composées de 25 enseignants qui durant des heures évaluent les réponses des candidats “sans porter aucune note ni correction sur la copie du candidat. Tout est porté sur la liste portant le code ou numéro d’anonymat avec les renseignements de l’enseignant-correcteur”.
Parfois, le président de la commission de correction peut cibler un enseignant et proposer quelques copies qu’il a corrigées aux enseignants-évaluateurs et compare les deux corrections. Les coordinateurs et autres secrétaires veillent au grain et vérifient à trois reprises la liste des notes : les notes partielles, les totaux et les surcharges c'est-à-dire les ratures, les erreurs… à zéro erreur, le feuillet des notes de la première correction est avalisé et envoyé sur CD au centre de regroupement et de délibérations. Commence alors la seconde correction “qui est obligatoirement faite par d’autres correcteurs dans une autre salle.
Une troisième correction s’impose si l’écart est de quatre points, par contre dans les matières scientifiques celui-ci est arrêté à 3,5 points. Entre les deux corrections, c’est la note la plus élevée qui est prise en considération. En cas de troisième correction, la moyenne se fait en calculant deux notes qui se rapprochent.
Les notes de chaque copie sont par la suite inscrites sur un bulletin qui sera transmis au secrétariat général pour une première vérification avant de le saisir au niveau de la base des postes d’informatique. Le listing des notes, composté, corrigé, saisi et imprimé, sera soumis, au contrôle et à la vérification une deuxième, voire une troisième fois avant l’impression. Telles sont les nombreuses et fréquentes étapes qui précédent la délibération qui aura lieu au terme de la correction.
Cela se fait par une équipe très dynamique qui assure la corvée juste avant l'annonce des résultats prévue pour le début du mois prochain. C’est dire le caractère très minutieux de la procédure. Normal, c’est tout le cursus de l’élève qui est en jeu.
S. SOFI


L’ESI se prépare à accueillir les futurs bacheliers

L’Ecole Supérieure de l’Informatique se prépare pour les inscriptions universitaires au titre de l’année 2013 qui auront lieu comme chaque année, quelques jours après la proclamation des résultats du Bac à partir de la salle d’opération Data Center.  Il y a lieu de rappeler que la rentrée universitaire 2012, comptait 525 nouvelles licences et 727 nouveaux masters qui se sont ajouter aux 2.668 filières et 1.581 masters déjà existants auparavant. Pour ce qui est des filières d’excellence, 9 autres filières viennent renforcer les 30 filières lancées au cours de l’année précédente.   Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a réparti son calendrier en quatre grandes étapes afin de dispatcher les 240.975 nouveaux bacheliers session 2011 sur les 3.193 licences et 39 filières d’excellence. Ce processus d'inscription par Internet, qui est à sa septième année consécutif est accompagné par l’aménagement des cyberespaces au profit des bacheliers n'ayant pas cette possibilité d’inscription sur le net.
La phase de préinscription sera suivie par une deuxième étape, celle de la confirmation des pré-inscriptions.
Durant cette période, l'Institut national de l'informatique (INI) se chargera du traitement informatique des fiches de vœux, avant de procéder à l'affectation (on line) des nouveaux promus. La période des affectations et des recours s'étalera sur une période de 3 jours.
Selon le calendrier, les inscriptions définitives s'effectueront avant le 5 août. Le processus d'inscription est basé sur trois critères : le vœu de l'étudiant, la moyenne obtenue au Bac et les notes des matières essentielles de sa branche. Mais l'étudiant est tenu de choisir 10 filières. Les responsables du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique estiment que l'université algérienne est en mesure d'accueillir tous les nouveaux bacheliers.
Pour accéder aux grandes écoles, il faut passer par les classes préparatoires dédiées aux meilleurs bacheliers pour qu'ils puissent continuer leurs études dans les grandes écoles, lesquelles seront à l'avenir des pôles d'excellence. Depuis son ouverture en 1990, l’Ecole Supérieure de l’Informatique joue un très grand rôle dans l’inscription de l’ensemble des bacheliers.
Le traitement des données au niveau de cet école démontre qu’environ 48% de l'ensemble des différentes promotions des sessions précédentes ont été orientés vers la filière de leur premier choix.
Sarah S.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions