mercredi 08 juillet 2020 16:36:53

CNUCED : Le scénario d’une nouvelle récession mondiale majeure n’est plus une fiction lointaine

La CNUCED a mis en garde jeudi que le scénario d’une nouvelle récession mondiale majeure «n’est plus une fiction lointaine», relevant que la crise financière de la zone euro est «la plus grave menace» pour l’économie mondiale.

PUBLIE LE : 09-06-2012 | 0:00

La CNUCED a mis en garde jeudi que le scénario d’une nouvelle récession mondiale majeure «n’est plus une fiction lointaine», relevant que la crise financière de la zone euro est «la plus grave menace» pour l’économie mondiale. Cette alerte a été lancée par un rapport sur les situations et perspectives de l'économie mondiale 2012, élaboré par la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED), les experts du Département onusien des affaires économiques et sociales (DEAS), ainsi que par 5 commissions régionales des Nations unies. «Un échec des décideurs politiques, en particulier en Europe et aux  Etats-Unis, à résoudre la crise de l’emploi et prévenir la crise de la dette souveraine et la fragilité du secteur bancaire et financier de se dégrader, représentent la plus grave menace pour l’économie mondiale», indique le rapport. Les économies développées «se trouvent face à une spirale structurée autour de quatre faiblesses qui se renforcent mutuellement: la crise de la dette souveraine, la fragilité des secteurs bancaires, une demande globale faible  (associée à un chômage élevé), et la paralysie politique causée par des antagonis- mes  forts et des carences institutionnelles», note-t-il encore. «Ces faiblesses sont toutes présentes, et l’aggravation de l’une d’entre  elles pourrait déclencher un cercle vicieux menant à une tourmente financière  et au ralentissement brutal de l’économie mondiale, ce qui affecterait sérieusement les pays émergents et en développement à travers le commerce et les marchés financiers», ajoute-t-il.         
 A la suite d'un ralentissement marqué en 2011, la croissance économique mondiale restera probablement faible en 2012, la plupart des régions progressant à un rythme inférieur à leur potentiel. Selon les prévisions du rapport qui revoit en baisse la croissance mondiale, le PIB devrait connaître une augmentation de 2,5% en 2012 et de 3,1% en 2013,  après avoir atteint 2,7% en 2011. Notant que l’Union européenne et les Etats-Unis sont les deux économies les plus importantes du monde et profondément interdépendantes, les organisations économiques de l’ONU affirment que les problè- mes de ces pays sont  susceptibles de se renforcer mutuellement, ce qui conduirait à une nouvelle récession mondiale.
En conséquence, poursuivent-elles, les pays en développement qui se sont mieux remis de la crise seraient affectés à travers leurs relations  commerciales et financières avec les pays développés. A ce propos, les experts économiques de l’ONU observent que les pays en développement devraient continuer à stimuler l’économie mondiale dans les  deux années à venir, mais leur croissance sera nettement inférieure au niveau atteint en 2010 et 2011. En effet, expliquent-ils, malgré le renforcement des liens économiques entre les pays en développement, ces derniers restent vulnérables au ralentissement de l’activité économique dans les pays développés.           
Depuis le deuxième trimestre 2011, la croissance économique dans la plupart des pays en développement a commencé à ralentir notablement, constatent-ils.
Par ailleurs, le rapport relève que la croissance du commerce des marchandises, qui a baissé pour passer de 12,6% en 2010 à 6,6% en 2011, va  continuer à s’affaiblir et devrait avoisiner les 4,4% et 5,7% en 2012 et 2013. La principale explication à ce déclin réside dans le ralentissement de la croissance économique mondiale, surtout dans les pays développés.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions