mercredi 08 juillet 2020 16:00:22

CNES-projet TRESMED 4 : Trait d’union entre les rives de la Méditerranée

Laura Baeza, Chef de la délégation européenne en Algérie : “Les femmes algériennes sont très fortes”

PUBLIE LE : 29-05-2012 | 0:00
D.R

Les politiques d’emploi des jeunes ont été au centre du séminaire organisé dans le cadre du nouveau projet TRESMED 4. Ce projet vise à approfondir, grâce à l’échange de vues et de bonnes pratiques, le dialogue et les collaborations entre les forces économiques et sociales des deux rives de la Méditerranée.

Dans ce sillage, le Conseil national économique et social, a organisé, hier, en coopération avec le Conseil économique et social d’Espagne, à l’hôtel El Aurassi un séminaire sur le thème « Femme et Dialogue social » TRESMED 4. Cette rencontre a été co-présidée par M. Mohamed Seghir Babès, président du CNES, M. Marcos Peña président du CES d’Espagne et Mme Laura Baeza, Chef de la délégation européenne en Algérie.
Ce rencontre s’inscrit dans le cadre du projet Tresmed 4. Ce dernier, vise à approfondir, grâce à l’échange de vues et de bonnes pratiques, le dialogue et les collaborations entre les forces économiques et sociales des deux rives de la Méditerranée. Des représentants des conseils économiques et sociaux et des organisations socioprofessionnelles d’Espagne, d’Italie, de la Tunisie, de la Jordanie ont participé à cet événement qui programme trois ateliers axés sur la « Situation des femmes sur le marché  du travail », « Politique d’égalité de chances », et « Le rôle des conseils économiques  et sociaux dans la promotion de l’égalité des chances ».
Dans son discours inaugural, M. Marcos Peña a mis en avant l’importance du dialogue social et de l’apport des partenaires sociaux pour lutter contre les inégalités persistantes entre hommes-femmes, notamment au niveau des droits et de la discrimination liée au genre. « Ce séminaire étudie un thème qui est central celui de la présence de la femme dans la société et sur le marché du travail », a-t-il déclaré. « Ça ne touche pas simplement l’égalité », di-t-il, « mais si la femme n’est pas présente en terme paritaire sur le marché du travail, les sociétés sont moins efficaces, sont plus pauvres », a-t-il développé. Selon le premier responsable du CES espagnol l’inégalité est synonyme de pauvreté et l’égalité est synonyme de bien être c’est-à-dire que lorsque l’ont parle de l’égalité ce n’est pas un concept moral seulement, c’est un concept économique. Il souligne que « l’égalité des femmes, ça concerne les femmes et les hommes ont en besoin pour avoir des pays libres plus prospères et plus tolérants c’est un thème central dans notre société ».
De son côté, M. Babès, a affirmé, dans son discours de bienvenue, « nous devons saisir cette opportunité d’abord pour faire valoir nos points de vue sur la place des femmes dans le dialogue social mais aussi pour  envoyer un certain nombre de messages aux gouvernants pour les inviter à sans cesse se consacrer à la promotion de la femme sur tous les plans ».  Le président du CNES considère que la question des femmes est d’une portée stratégique, « cette question comporte une quantité considérable de défis au niveau singulier des  Etats et pluriel des espaces euro-méditerranéens au Nord comme au Sud, au Machrek comme au Maghreb, en Europe Occidentale comme en Europe  Orientale », a-t-il précisé.  Tout en rappelant que la femme a joué un rôle majeur dans les pays méditerranéens, M. Babès témoigne qu’« elle a été de tous les combats et a sédimenté sa contribution en de nombreuses incarnations aussi symboliques les unes que les autres ». Il a rappelé la participation massive des femmes aux états généraux de la société civile et à la consultation nationale sur le développement local. Il a expliqué que « ces moments ont été d’une portée considérable en ce qu’ils ont permis d’affiner les diagnostics, de révéler des préférences mais aussi d’installer les partenaires hommes et femmes dans une perspective de changement aussi bien des approches, des paradigmes que des instruments de conduite des politiques ».  Par ailleurs, ce séminaire porte sur l’avancée des droits des femmes sur l’échange de bonnes pratiques en matière de politique d’égalité des chances, ainsi que sur les défis majeurs afférents. Ont été débattus notamment l’accès des femmes à l’emploi, la conciliation vie familiale/vie professionnelle, les droits en matière de sécurité sociale, l’implication des femmes au niveau des instances de décision politique, socioprofessionnelle et du secteur privé.  Enfin, les représentants des différents pays et notamment ceux de la rive Sud de la Méditerranée ont exposé l’évolution des droits des femmes et l’exercice de ces droits dans leurs pays respectifs. Un soutien fort de tous les participants leur a été assuré pour les appuyer dans leurs actions en faveur de l’égalité des droits et des chances entre hommes et femmes.
Sihem Oubraham

------------------------

M. Mohamed Seghir Babès, président du CNES :
“Je félicite les acquis réalisés par la femme algérienne  dans tous les domaines”
«La femme algérienne a sa part de gloire dès lors qu’elle a assumé pleinement et en toutes circonstances, ses rôles de résistante, de militante et de combattante pendant la Guerre de libération nationale, son rôle de socle de stabilité sociale  qui a permis de résister aux déferlantes de la décennie noire à enfin celui de partenaire à part entière qui ne demande qu’à s’impliquer davantage dans les processus socio-économiques. Je félicite les acquis réalisés par la femme algérienne dans tous les domaines. Les statistiques montrent bien des avancées significatives dans tous les domaines particulièrement dans ceux de l’éducation, l’emploi ainsi que celui de la représentation au niveau institutionnel. Aussi je salue la représentation féminine au niveau de l’Assemblée populaire nationale (APN) issue des dernières élections législatives à concurrence de près du tiers du nombre des députés, sans comparaison aucune avec les pays arabes et de bien d’autres pays dans le monde.»
Propos recueillis par S. O.

Laura Baeza, Chef de la délégation européenne en Algérie :
“Les femmes algériennes sont très fortes”
«C’est un projet euro-méditerranéen qui met en contact les comités économiques et sociaux entre aux, aujourd’hui vous avez le CES espagnol avec les représentants CES de l’Algérie, la Jordanie et la Tunisie qui vont parler du rôle de la femme dans le dialogue économique et social, je trouve que c’est très important, vous avez en Algérie un secteur féminin très puissant, les femmes algériennes sont très fortes, vous êtes en train d’entrer très sérieusement en politique.»

M. Marcos Peña, président du CES d’Espagne :
“Les Européens ne comprennent pas le résultat du 10 mai”
«Je crois que l’immense majorité des peuples européens ne connaissent pas et ne comprennent pas le résultat des élections du 10 mai. C’est un petit peu comme l’orgueil européen qui pense que la lutte pour l’égalité est un patrimoine européen, et qui ne peut pas comprendre qu’en Algérie un tiers des députés soit des femmes. Moi je le vois positif.»

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions