mardi 11 aot 2020 16:48:05

Évocation : Un roi de la petite reine

Le nom d'un illustre cycliste de la cité de l''Emir, né un certain jour du 16 Mai 1918 à Mascara, Habib Ouenzar, était le père d’une famille nombreuse dont cinq de ses fils ont pratiqués le cyclisme parmi eux une fille (leur sœur), a 16 ans c'est-à-dire en 1934 Ouenzar participa à sa première course officielle qu’il remporta

PUBLIE LE : 23-05-2012 | 23:00
D.R

Le nom d'un  illustre cycliste de la cité de l''Emir, né  un certain jour du 16 Mai 1918 à Mascara, Habib Ouenzar, était le père d’une famille nombreuse dont cinq de ses fils ont pratiqués le cyclisme parmi eux une fille (leur sœur), a 16 ans c'est-à-dire en 1934 Ouenzar participa à sa première course officielle qu’il remporta, ce qui lui permet de participer quelques jours plus tard aux «Premier pas Dunlop» à l’époque, c’était une compétition d’un niveau élevé puisqu’elle comportait de nombreux prix. A 13 ans Ouenzar Habib avait déjà l’allure d’un sportif ce qui attira l’attention d’un connaisseur en matière de Vélocipédique, M. DEL SALVADOR vedette de l’époque a été séduit par la façon de pédaler de Si Habib et l’invita a se joindre a lui pour effectuer des
sorties d’entrainement, ce qui permet a Si Habib de marquer ses débuts officielles en cyclisme en 1934. Alors qu’il avait que 16 ans, sa première course fût le prix du 14 juillet qu’il emporta surpris. Son entourage et ses amis le conseille a signé une licence, Ouenzar choisit a l’époque « Vélo Club de Mascara » cette première victoire fût le prélude d’une longue et belle carrière constellée de succès et au cours de laquelle il a eu la chance d’avoir comme entraineur M. Benoit Faure dit Petit Poucet une vedette du cyclisme Français, bien conseillé par Del Salvador, puis Callet il sait garder sa bonne conduite comme homme modeste et très sérieux tout au long de sa carrière ou il glané de nombreuses victoires ;
L’Année 1942 allait être celle de son véritable essor où il passait en quatrième catégorie pour courir son première championnat d’Alger. Ce n’était pas facile et en dépit d’une grande camaraderie née entre tous les cyclistes Algériens, ces derniers ne ménageaient aucun effort sur la route. Les Sassane, Kebaïli, Chabane Ahmed, Abbes, Zaaf et beaucoup d’autres encore étaient des Hommes intraitables sur la route  cela n’empêche pas Ouenzar de garder d’eux de meilleurs souvenirs. Pour Si Habib, ils incarnaient toujours une image très nette de loyauté, de courage et de lutte, ce sont précisément les qualités de cette notion de lutte qui fait défaut a la cuvée d’aujourd’hui ne se bagarrent pas assez on leur reproche une certaine tendresse. Le Sport n’est pas un sport de tout repos. Pour y être considéré et pour y tenir une place honorable, il faut se battre continuellement et par tous les temps.
 A l’époque de Ouenzar Habib tous les records étaient détenus par les Français, il fallait pour s’imposer bousculer carrément le chronomètre car il faut dire que le contrôle était une main mise des colons. En 1942 et après son premier championnat d’Algérie, il tentait mais vainement de battre son premier records des 5O Kms. Deux ans plus tard, il réussissait a battre les records des 5O et 1OO Km, ces deux records tiendront prés de 2O ans puisqu’ils ne seront jamais battus jusqu’en 1963 quand Kamel son fils bat le records des 1OO km en 2h OO8 mn.
Ouenzar Habib plusieurs fois champion d’Oranie, puis DTS et Sélectionneur de l’Ouest pendant de longues années.
Après sa disparition, le petite reine a perdu ses lettres de noblesse et a complètement disparu des manifestations et compétitions sportives  de haut niveau  en dépit des bonnes volontés des grands fans  du vélo qui font tout pour ressusciter  un sport  dont on disait le plus  grand bien ,il y a seulement quelques années et les ZAAF,Chaabane ,Ouardas qui ont foulé le sol de Mascara dans divers critériums de cyclisme de l'Oranie  et nostalgie aidant ;les férus de ce sport se rappellent allègrement des grands icônes et figures emblématiques   qui ont redoré le blason et honoré le palmarès de toute une région très chère à Lakhdar  Belloumi  même si le sport en question n'est pas le sport roi ,le football..
    A GHOMCHI
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions