samedi 24 juin 2017 21:57:18

Mali/Guinée-Bissau : Nouvelle réunion de la Cédéao aujourd’hui à Abidjan

L'Organisation ouest africaine (Cédéao) se réunira aujourd’hui à Abidjan en présence de l'envoyé spécial de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest, M. Said Jinnit, pour débattre des crises malienne et bissau-guinéenne.

PUBLIE LE : 19-05-2012 | 0:00
D.R

L'Organisation ouest africaine  (Cédéao) se réunira aujourd’hui  à Abidjan en présence de l'envoyé spécial de l'ONU  pour l'Afrique de l'Ouest, M. Said Jinnit, pour débattre des crises malienne  et bissau-guinéenne. M. Jinnit participera à cette réunion des médiateurs de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et du Conseil de sécurité de l'ONU qui aura lieu aujourd’hui à Abidjan », a annoncé le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon. Cette réunion se tiendra dans le cadre des efforts onusiens visant à  rétablir l'ordre constitutionnel au Mali et en Guinée-Bissau, a expliqué M.Ban  dans un communiqué rendu public jeudi soir.  Le chef de l'ONU a souligné la grande importance des décisions prises par les médiateurs dans les crises malienne et bissau-guinéenne en vue de rétablir rapidement et complètement l'ordre constitutionnel dans ces deux pays, où le  pouvoir a été pris par la force par des militaires mutins. « Nous travaillons avec la Cédéao dans le cadre des consultations étroites  entre l'ONU et ses partenaires régionaux et internationaux », a-t-il ajouté, réitérant son appel « au respect strict des principes de la démocratie au Mali  et en Guinée-Bissau ».  
Il a aussi appelé « les armées de ces deux pays à revenir dans leurs  casernes et à ne pas s'immiscer dans les questions politiques ainsi qu'au respect  du pouvoir civil et la souveraineté de la loi ».  La Cédéao avait annoncé, dans un communiqué, le déploiement à partir de vendredi de 629 soldats en Guinée-Bissau « pour relever les militaires angolais (et) soutenir la restauration de l'ordre constitutionnel ».  Le déploiement de la mission « doit démarrer le 18 mai 2012, avant le  retrait le 30 mai de la mission militaire angolaise", avait indiqué la Cédéao. La Cédéao (15 membres dont la Guinée-Bissau et le Mali) a menacé de réintroduire des « sanctions ciblées » contre les membres de l'ex-junte militaire au Mali qui tentent de «perturber» la transition politique en cours dans ce pays.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions