mardi 20 novembre 2018 23:49:44

Production d’insuline sous licence à partir de fin 2014 : “La feuille de route du projet déjà établie”, souligne le PDG de Saidal

Saidal compte « très prochainement » créer une société conjointe avec le holding koweïtien pour la production de médicaments d’oncologie (des anti-cancéreux).

PUBLIE LE : 17-05-2012 | 0:00
D.R

L’usine pourrait être opérationnelle dans un délai de 36 mois après la création de la société mixte.
Construction prochaine de plusieurs unités de fabrication de médicaments génériques.

Après de longues négociations, l’accord signé le 21 avril dernier par Saidal et le laboratoire danois Novo Nordisk pour la production de l’insuline sous licence à partir de fin 2014 « est entré en vigueur et la feuille de route du projet est déjà établie », a déclaré hier le P-DG de Saidal, sur les ondes de la Chaîne 3 de la radio nationale. M. Boumediène Darkaoui, qui précise à l’occasion que la première équipe d’experts s’est déjà déplacée à Constantine, le 6 mai dernier, annoncera l’arrivée prochaine d’une autre équipe, laquelle est attendue le 20 du mois.
Cet accord, notera-t-il, est extrêmement important pour Saidal mais également pour le pays puisqu’il va assurer outre la disponibilité de l’insuline, un produit aux standards Novo Nordisk, qui sera réalisé par Saidal en fin 2014, après une étape de mise à niveau et d’investissement.
Aussi, la demande d’insuline sera totalement couverte à cet horizon  puisqu’ avec le contrat de licence « nous serons assistés de sorte à ce que nous puissions fabriquer en une équipe, l’équivalent de 3 millions de cartouches, ce qui correspond à peu près à la demande actuelle.
En cas de nécessité, nous pouvons passer à 2 équipes », soulignera le P-DG de Saidal qui devait ajouter que « Les quantités supplémentaires seront mises sur le marché extérieur qui sera désigné par Novo Nordisk.»
Il convient de signaler dans ce sillage que ce projet  intervient à un moment où l’usine de Constantine fabrique déjà et ce, depuis 2006, de l’insuline humaine en flacons. Mais tandis que les capacités de production de cette usine sont de l’ordre de 1,2 million de flacons, des problèmes de maîtrise technique font que cet objectif n’a jamais été atteint et que le niveau de production actuelle de Saidal ne  présente, en fait, que 3% du marché local, lequel marché se situe aujourd’hui autour de 14 milliards de dinars, ce qui équivaut près de 140 millions d’euros. Selon le P-DG de Saidal, après l’entrée en production de cet usine d’insuline Saïdal- Novo Nordisk permettra de réduire les dépenses d’achat et d’économiser presque 50% de la facture devises et ce, avec l’application des prix qui seront déjà établis à cet horizon-là, parce que tout est négocié, même les prix vont connaître une réduction importante, ce qui va influer sur la charge de la sécurité sociale. Et donc, insistera-t-il « nous allons contribuer également à réduire la charge de la sécurité sociale. » L’invité de la rédaction annoncera par ailleurs que Saidal compte « très prochainement » créer une société conjointe avec le holding koweïtien pour la production de médicaments d’oncologie (des anti-cancéreux).
Quant à l’usine, celle-ci pourrait être opérationnelle dans un délai de 36 mois après la création de la société mixte. « Nous avons trouvé dans la partie koweïtienne une possibilité sûre pour réaliser le projet. La holding koweïtienne a de l’expérience dans ce domaine. Elle gère une usine du même type au Moyen-Orient avec toute la technologie et les brevets nécessaires », a déclaré le P-DG du groupe pharmaceutique public. Sans donner de plus amples détails sur le projet, M. Darkaoui indiquera que même si les anti-cancéreux qui seront produits par Saidal ne vont pas couvrir l’ensemble des besoins exprimés à l’échelle nationale, ils contribueront cependant à l’allégement de la facture d’importation.
Il sera également question pour Saidal d’avancer sur le plan technologique et de former ses personnels en la matière. Il faut savoir que l’Algérie importe actuellement près de 70 % de ses besoins en produits oncologiques et que la facture de leur importation est de 20 milliards de dinars actuellement.
Evoquant, le générique, le P-DG de Saidal fera état de la construction prochaine de nombre d’unités de fabrication de médicaments génériques.
« Nous ciblons un certain nombre de molécules pour réduire l’importation. Nous avons déjà présélectionné neuf entreprises pour retirer les cahiers des charges pour la construction de la première usine à Constantine.
Cette usine produira 25 millions d’unités de forme liquide. Toutes les formes liquides de Saidal seront produites à Constantine dans le même site que l’usine de fabrication d’insuline », a-t-il affirmé. La deuxième usine sera située à Cherchell où seront fabriquées 25 millions d’unités de forme sèche et la troisième usine sera installée dans la région d’El Harrach, à l’est d’Alger, pour produire 70 millions d’unités de forme sèche également.
Soraya G.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions