samedi 21 septembre 2019 14:02:02

Louisa Hanoune hier à Alger : “Le PT avait misé sur 80 sièges”

En dépit d’un résultat relativement décevant, Mme Hanoune souligne que sa grande satisfaction consiste en la reconnaissance qu’a le peuple pour son parti.

PUBLIE LE : 15-05-2012 | 23:00
D.R

En dépit d’un résultat relativement décevant, Mme Hanoune souligne que sa grande satisfaction consiste en la reconnaissance qu’a le peuple pour son parti.

“Le Parti des travailleurs avait misé sur 80 sièges au minimum lors du scrutin du 10 mai», a déclaré Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT, hier lors de l’ouverture d’une session ordinaire du bureau exécutif qu’a abritée le siège de son parti.
Ce chiffre souhaité par Mme Hanoune aurait propulsé sa formation au rang de deuxième force politique du pays. Cependant, les urnes en ont décidé autrement.
Elle s’en prend au passage à plusieurs parties pour justifier le recul enregistré par le PT, lequel «a déposé, au moins, 15 recours». L’heure est celle du bilan de la campagne et la convocation, «dans les meilleures délais, du comité central pour tracer une feuille de route». S’adressant devant un parterre de journalistes, Mme Hanoune affirme que sa grande satisfaction consiste en la «reconnaissance qu’a le peuple pour mon parti».
«Cet intérêt n’est pas nouveau. On l’a constaté tout au long de la campagne électorale qui a été une réussite politique», observe l’oratrice. Cette réussite est, à ses yeux, «le fruit d’une lutte, d’une assiduité et des sacrifices des militants». Faisant du peuple son leitmotiv, la première dame du PT insiste sur la création des comités populaires. La finalité afin de faire des propositions pour l'élaboration de la prochaine constitution. «Le peuple algérien saura relever le défi démocratique», enchaîne-t-elle. Faisant les éloges de son parti, Mme Hanoune souligne que le PT «n’est pas un parti occasionnel, mais il active à longueur d’année». Comme lors des rencontres précédentes, elle considère que la solution des problèmes des Algériens réside dans la mise en place d’une «Assemblée constituante à même de réviser la Constitution, de définir les prérogatives de chaque institution et de sortir le pays de la crise, notamment après le rétablissement de la paix». Passant au peigne fin la consultation du 10 mai précédent, la SG du PT a fait savoir que les islamistes n’ont jamais constitué un danger de rafler la mise. A se fier à ses dires, «le peuple est conscient, il n’aura en aucun cas accepté de revivre le scénario de la décennie noire». «Les Algériens, soutient Mme Hanoune, n’ont pour préoccupation principale que la consolidation de la démocratie.»
Par ailleurs, elle réitère son opposition farouche à «toute ingérence étrangère». Les pays qui ont les yeux braqués sur l’Algérie, prévient-elle, sont «les mêmes qui ont semé le chaos en Libye et ayant cassé le berceau de la démocratie qu’est la Grèce».
«L’Algérie n’a pas besoin de leçons», soutient-elle. Le printemps arabe qu’on voulait, coûte que coûte, appliquer à l’Algérie, n’est qu’«une carte qu’utilisent les pays impérialistes pour satisfaire leurs propres intérêts». La souveraineté nationale est, selon Mme Hanoune, «le pari principal» pour l’Algérie actuelle.
Fouad IRNATENE
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions