lundi 23 septembre 2019 10:11:41

Avec un sable contenant 71% de silicium nécessaires à la fabrication de panneaux solaires : L’Algérie peut devenir un fournisseur majeur

Le développement des technologies solaires en Algérie est mené de manière "tout à fait conforme au protocole de Kyoto"

PUBLIE LE : 15-05-2012 | 23:00
D.R

Selon les chercheurs, le sable du désert algérien renferme 71 % de silicium, ce qui constitue la teneur la plus importante au monde. Ce  gisement permet d'envisager à terme le développement de l'industrie de fabrication de panneaux solaires, hissant par là même le pays au rang de fournisseur majeur.

Le développement des technologies solaires en Algérie est mené de manière "tout à fait conforme au protocole de Kyoto", a affirmé hier à Oran le directeur général de l'Institut de recherche sur l'économie arabe à Tokyo (Japon), M. Yojiro Kitamura. M. Kitamura a notamment mis l'accent lors d’une conférence sur le programme de coopération algéro-japonais intitulé "Sahara Solar Breeder" (SSB). L'expert a qualifié "d'exemplaire" cette action de coopération dont la mise en œuvre, en 2015, sera en conformité avec le traité international de Kyoto visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre en vue de lutter contre les changements climatiques. Dans une communication, M. Kitamura a également estimé que le programme SSB aura des impacts positifs tant au plan économique que social et culturel, insistant à ce titre sur ses applications au profit des différents segments de l'industrie et ses effets en termes de création d'emploi. Important de par son caractère pluridisciplinaire touchant plusieurs secteurs de la vie économique, SSB induira assurément des "changements dans les paradigmes énergétiques", a fait valoir l'expert japonais.
Les intervenants algériens et étrangers ont abondé dans le même sens pour mettre en relief l'intérêt de la coopération algéro-japonaise dans ce domaine technologique qui vise l'exploitation de ressources naturelles pour la production d'énergie propre et renouvelable.
Les participants au forum ont rappelé dans ce cadre que le choix de l'Algérie parmi les autres pays candidats au projet SSB, s'explique à la fois par le très haut potentiel solaire au Sahara et par la richesse de la matière première que recèle le désert algérien.
Selon les chercheurs, le sable du pays renferme 71 % de silicium, ce qui constitue la teneur la plus importante au monde. Le directeur de l'Unité de recherche en énergies renouvelables en milieu saharien d'Adrar (URERMS), M. Hamouda Messaoud, a suggéré, de son côté, que l'exploitation de ce gisement permet d'envisager à terme le développement en Algérie de l'industrie de fabrication de panneaux solaires, hissant par là même le pays au rang de fournisseur majeur étant donné la disponibilité de la matière première.
Le transfert de technologie et de savoir-faire a été également mis en exergue par les participants qui ont fait observer que le programme SSB est axé sur des solutions innovantes à l'image des câbles supraconducteurs qui seront utilisés pour le transport de l'énergie électrique.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions