jeudi 20 septembre 2018 22:27:18

Langage des jeunes : Dialogue de sourds ?

Pourquoi les jeunes inventent-ils leur propre langage ? Pourquoi se démarquent-ils des adultes qu’ils trouvent ringards ? Notre journaliste est allée à leur rencontre et tente ici de nous expliquer le pourquoi du comment...

PUBLIE LE : 15-05-2012 | 0:00
D.R

Ils tiennent  à se démarquer des «vieux» par leur façon de voir  les choses,  leur mode de vie, leur façon de s’habiller, mais surtout  par  leur langage  trop expéditif, des  termes et des mots écourtés, voire même charcutés ou déformés.   
Le  temps, c’est de l’argent et ceci, ils tentent de l’appliquer aussi  pour communiquer pas seulement entre eux, mais également avec les autres. Pour être  dans  l’ère,  ils s’ingénient à trouver des mots propres à eux, des mots que les autres considèrent comme bizarroïdes, qui choquent également les non-initiés.   
Les jeunes ne manquent pas  d’idées  en termes de vocabulaire qui s’apparente plutôt à des messages codés, ou même pour  des «chinoiseries», pour certains qui ont du mal à les déchiffrer, si l’on  ne fait pas partie de leur univers. Un univers où la communication passe par ce remue- ménage dans le dialecte algérien, l’arabe classique et la langue de Molière. Aujourd’hui, le langage des jeunes a subi  des transformations radicales et l’on est tenté de dire que   dans bien des cas, le courant ne  passe pas non pas à cause de la différence d’âge, mais  cette vogue de  mots sur mesure, courts,  abrégés  qui viennent «enrichir»  le dialecte   surtout algérois, caractérise notamment  les quartiers populaires qui détiennent la palme d’or en termes de «trouvailles». Le dictionnaire des jeunes est fécond et ne chôme pas de  mots mis, pour la circonstance, au parfum et aux couleurs de la jeunesse.    
Speedy, qui vient du mot anglais  speed qui veut dire rapide, facebooki, utilisateur de facebook, zginga (sans le sous), tepiech (se mettre sur  son trente et un), papicha, khalis, intik et la liste est longue.  On assiste tous les jours que Dieu fait à l’apparition de nouveaux mots utilisés par les  jeunes. Mieux encore, ces derniers  n’hésitent pas à couper certains mots pour en prendre une partie car estimant qu’ils sont un peu trop longs. C’est le cas, par exemple, de certaines localités d’Alger qui changent carrément d’appellation. C’est ainsi que Ben Aknoun devient Ben Ak, le quartier des Asphodèles devient carrément les «As», Bir Mourad Raïs  devient «Birman», pour ne citer que ceux-là. Pour eux, il n'y a aucune contrainte. On laisse libre cours à leur créativité. On combine les mots pour transmettre le sens. Quant à décrypter, c’est une autre paire de manches.
 Aujourd’hui, les jeunes ne cessent de nous surprendre avec de nouveaux mots qui font leur entrée dans la rue algérienne pour devenir un véritable canal de communication. Même s’il paraît pour les moins jeunes un  discours de «sourds».
Samia D.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions