dimanche 20 aot 2017 04:56:20

Etats généraux de la PME : Report à octobre prochain

Finalement, les états généraux de la PME se tiendront le mois d’octobre prochain, annonce M. Brahiti Ammouri, directeur général de la PME. La décision de se report s’est faite en commun accord avec les professionnels du secteur.

PUBLIE LE : 09-05-2012 | 0:00
Ph : Wafa

Finalement, les états généraux de la PME se tiendront le mois d’octobre prochain, annonce M. Brahiti Ammouri, directeur général de la PME. La décision  de se report s’est faite en commun accord avec les professionnels du secteur.

S’exprimant hier, lors d’une conférence de presse organisée en marge de la rencontre des représentants du ministère de l’Industrie et de la PME /PMI, avec les représentants  de l’Association générale des entrepreneurs  algériens (AGEA), il a tenu à souligner que le choix de la date de ce report est propice pour la tenue de cette importante rencontre en toute sérénité et dans de bonnes conditions. Mettant l’accent sur cette rencontre avec l’AGEA, il a indiqué que celle-ci est très importante du fait qu’elle a un objectif commun pour rechercher les moyens d’assurer un meilleur développement du secteur de la PME /PMI. Quant aux propositions de l’AGEA dans ce cadre, il les a qualifiées de très pertinentes et concrètes, tant elles constituent des réponses aux difficultés que connaît le secteur à l’heure actuelle, en particulier les problèmes et la perspective de développement  du secteur du BTPH. «Nous avons pour notre part apporté des clarifications sur la nécessité de mettre en place un cadre approprié. Une convention de partenariat  stratégique  entre l’Agence du développement de la PME et l’AGEA sera signée prochainement», indique Brahiti. Celle-ci permettrait de prendre en charge la mise à niveau des entreprises adhérentes à l’AGEA sur l’ensemble du territoire national. Le conférencier n’a pas manqué de préciser qu’un séminaire régional sera organisé prochainement  pour présenter  le dispositif de la mise à niveau des entreprises et son mode opératoire. Il s’agit là d’expliquer et de vulgariser davantage ce dispositif de mise à niveau. S’agissant de la signature portant octroi des aides nationales de mise à niveau aux entreprises, il a souligné que le ministère  a  signé environ 310 décisions d’octroi d’aides aux PME /PMI, ajoutant que les pouvoirs publics espèrent arriver à la fin de cette année à un nombre de 500 entreprises. Le but est d’améliorer la compétitivité des entreprises en les renforçant pour faire face à la concurrence internationale, a-t-il rappelé. Il est à noter, par ailleurs, que dans le cadre de la préparation  des états généraux de la PME, l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA)  a dressé un état des lieux du  secteur, en soulignant sa préoccupation sur la faiblesse de la main-d’œuvre qualifiée, rare sur le marché, en raison de l’inadéquation  entre la formation dispensée. Il y a lieu  d’adapter  la formation  théorique  à la demande  et d’inclure des mises en situation  professionnelle  au niveau  des programmes de formation, contraintes administratives envers la PME parfois opaques, qu’il faudrait alléger et le retard dans l’application effective des textes (décret d’application), retard  dans l’élaboration  et approba- tion des avenants au marché, ce qui pénalise les entreprises sur le plan financier, ainsi qu’un problème de communication qui fait que la PME n’est souvent  pas informée  par les administrations concernées des  nouvelles procédures mises en place, la communication  étant quasiment absente. S’agissant des propositions pour booster ce secteur porteur pour l’économie nationale, l’AGEA  suggère entre autres que la formation dispensée tienne compte des exigences du terrain, l’allégement des procédures administratives dans leur ensemble et le souhait de voir une application effective des lois  par décrets immédiats après  la promulgation de la loi. En ce qui concerne les avenants aux marchés, l’AGEA a souligné que ces derniers doivent être traités et mis en exécution  rapidement pour ne pas pénaliser la PME du BTPH. La question du financement n’est pas mise à l’écart, et l’AGEA  à tenu à souligner que le gouvernement doit  donner des instructions aux banques  pour  faciliter  les procédures de mise en place de lignes de crédit tout en ne perdant pas de vue le côté «risque encouru».
Makhlouf Aït Ziane

 

  • Publié dans :
  • PME
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions