mardi 11 aot 2020 16:48:21

Pathologie encore méconnue : Les infections fongiques peuvent êtres mortelles

ENTRETIEN, Professeur Haouacine, chef d’unité réanimation au chu de Bab El-Oued : “Tous les traitements sont disponibles en Algérie, même les nouvelles molécules”

PUBLIE LE : 28-04-2012 | 23:00
D.R

«Notre pays n’est pas suffisamment doté de laboratoires de parasitologie, et ceux qui existent sont sous-équipés. Ce qui complique davantage le diagnostic de cette infection», estiment les experts.

Les Journées algériennes des infections fongiques en milieu hospitalier se sont ouvertes hier au Business Center de l’hôtel Hilton. Cette rencontre scientifique organisée par le laboratoire américain MSD qui s’étalera sur deux jours a été entamée avec une réunion des médecins réanimateurs venus des quatre coins du pays. Les épidémiologies et marqueurs diagnostics des infections fongiques en reanimation, les infections fongiques invasives en réanimation en Algérie, le traitement préventif et la prise en charge des péritonites fongiques ont été les principaux point débattus par les experts français, le Pr Montravers et le Dr Bougnoux de l’hôpital parisien Bichat, ainsi que le Pr algérien Haouacine du CHU de Bab El- Oued. L’après-midi a été réservée aux cas cliniques en réanimation médicale et chirurgicale.
D’après de nombreux experts, les infections fongiques peuvent se manifester à différents endroits du corps. En fonction de la zone infectée, les symptômes peuvent varier considérablement. Les infections fongiques qui se produisent quand des champignons attaquent le corps deviennent parfois mortelles. Selon le Pr Haouacine du CHU de Bab El- Oued, «même si l’incidence de cette pathologie reste méconnue, elle est associée à une mortalité très élevée». Ce spécialiste estime que «notre pays n’est pas doté suffisamment de laboratoires de parasitologie et que ceux qui existent sont sous-équipés». Et d’ajouter que «cette situation complique davantage le diagnostic de cette infection».
Le Pr Montravers explique l’existence de trois types de microbes : les bactéries, les virus et les champignons qui sont à l’origine d’infections fongiques.
Dans sa communication, cet expert français évoque les symptômes de cette infection qui se traduisent par une fièvre avec des manifestations cardiaques, respiratoires et cérébrales. D’autres signes peuvent aussi apparaître liés aux endroits où s’est développé le champignon comme les urines, le poumon, le cerveau et le sang.
En matière de traitement, le conférencier a affirmé qu’il y a vingt-cinq ans, il n’existait  qu’un seul type de traitement pour cette pathologie, qui n’était pas bien toléré, voire toxique pour les malades. Actuellement, deux grandes molécules existent, dont Candidas, qui améliore les pronostics vitaux des patients, précisent les experts qui ont précisé par ailleurs que l’efficacité de ce médicament a été prouvée dans trois indications chez l’adulte et l’enfant. Les Journées algériennes des infections fongiques en milieu hospitalier prendront fin aujourd’hui avec des séances réservées aux infections en hématologie.
C’est ainsi que les professeurs Hamladji et Bekkadja ont encadré cette rencontre scientifique qui a regroupé tous les hématologues du pays. Le responsable du laboratoire MSD a, dans son intervention, mis en relief le vaste programme de développement d’antifongique agissant par altération de l’intégrité de la paroi cellulaire des champignons. Il affirme que depuis plus de 9 ans, Candidas participe à l’amélioration de la prise en charge des patients. Parce que la santé et la qualité de vie du malade sont notre priorité, nous essayons d’apporter les meilleures solutions thérapeutiques.
Wassila Benhamed

Professeur Haouacine, chef d’unité réanimation au chu de Bab El-Oued :
“Tous les traitements sont disponibles en Algérie, même les nouvelles molécules”

Pouvez-vous nous parler des infections fongiques ?
Les infections fongiques sont dues aux champignons. On vit avec les champignons. Ils méritent l’attention du médecin quand ils deviennent pathogènes, c’est-à- dire quand ils s’attaquent au corps humain autant plus qu’ils sont mortels quand la personne est fragilisée par une maladie chronique.
Quels en sont les symptômes ?
Il y a des signes cliniques et une fièvre qui résiste aux antibiotiques. Ces signes peuvent s’accompagner de manifestations cardiaques, respiratoires et cérébrales.
Quels sont les traitements préconisés ?
Tous les traitements sont disponibles  en Algérie, même les nouvelles molecules. Les traitements sont très efficaces, surtout s’ils sont prescrits dès l’apparition de l’infection. Or, il se trouve que le diagnostic  des infections fongiques est très difficile.
W. B.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions