mardi 21 novembre 2017 11:16:04

Les anciens et les jeunes de l’Association des Beaux Arts d’Alger exposent au Palais des Raïs : Palette plurielle

Les élèves de l’Association des Beaux Arts du chemin Ghermoul exposent leurs toiles, dirigés et encouragés par leur maître «cheikh Ahmed», leur professeur de dessin et de peinture. Les tableaux des artistes peintres amateurs sont de belle facture artistique.

PUBLIE LE : 29-04-2012 | 0:00
D.R

Dans l’aile droite du Palais des Raïs, sur les cimaises de la galerie, une quinzaine de toiles attendent les visiteurs jusqu’au 8 mai prochain. Les élèves de l’Association des Beaux Arts du chemin Ghermoul  exposent leurs toiles, dirigés et encouragés par leur maître «cheikh Ahmed», leur professeur de dessin et de peinture. Les tableaux des artistes peintres amateurs sont de belles factures artistiques. Les uns sont figuratifs, d’autres imaginaires  ou religieux. Les marines, peintures figuratives, sont au nombre de deux toiles. Le panorama de la côte-ouest algéroise, sans doute Bologhine et le Front de mer, réalisé par Farès, attire le regard. Les scènes de La Casbah d’Alger, ruelles de la vieille médina  si chère aux artistes et poètes sont également là. Dans une atmosphère de pénombre et de soir déclinant, Meddah lui a peint une ruelle étroite  si particulière à la citadelle avec trois femmes sorties comme d’un songe. Les différentes nuances du marron ajoutent au mystère des ces créatures qui sont l’âme et de la ville et de l’Algérienne. La calligraphie et la peinture religieuse ont également leur place dans cette expo-peinture des élèves de la Société des Beaux Arts d’Alger. Djamaâ Lekbir, œuvre de Bacha, et la reproduction de la formule coranique «La hawla wala qouwata illa billah el aaly el aadhim» par Gassi Karimainsi, que deux autres représentations du texte sacré à la valeur symbolique et religieuse, démontrent le mérite de la dimension artistique qui échoit à la Société des Beaux Arts d’Alger. Parallèlement, une autre exposition de céramique et de peinture sur verre est visible au Palais des Raïs. Ce sont deux dames, mères de famille, qui évoluent harmonieusement dans cet artisanat d’art. Touzène Nadia a, en un certain temps, également, suivi des cours au niveau de la Société des Beaux arts d’Alger. Deux maîtres de l’époque l’ont initiée à la réalisation d’objets en céramique.
«Les maîtres Sahouli et Belkehla ont été mes professeurs dans ma jeunesse où je me suis épanouie à leurs côtés. Depuis, c’est au niveau de l’atelier de monsieur Sayass que je suis devenue réellement artisane d’art en réalisant mes propres créations…», confie-telle. Le service à eau et l’ensemble en céramique, composé de bonbonnières, sont rehaussés de lisérés et décorations «en or fin à 14 carats. Le prix de la poudre d’or est très cher, monsieur Sayass coopère avec nous quand il s’agit de ce métal ou autres oxydes au prix onéreux.» Du beau travail artisanal d’art qui laisse admiratif autant par la finesse et l’étonnante précision. Touzène Nadia a une passion pour les roses. Nombre de ces céramiques sont décorées de ces fleurs symbolisant l’amour, la joie de vivre et la jeunesse. D’ailleurs, la céramiste, maman de deux enfants, renvoie le bonheur de vivre seulement  en parlant de son activité et de ses
«roses».
Exposant également ses créations, Saïda Bouayache Mekaidèche, une jeune grand-mère ne tarit pas sur son parcours qui l’a mène aujourd’hui à participer à des expositions ainsi que sur la manière dont elle s’est lancée dans l’artisanat d’art ! Ses créations exposées sont éclatantes de
couleurs ! Tajines, service à eau, service à thé, plateaux et autres créations offrent au regard des tons vifs. «Je suis autodidacte, après un bref passage à la Société des Beaux Arts de Ghermoul, je me suis lancée un défi, décidée à faire quelque chose de mes dix doigts. Il fallait que je réussisse dans la peinture sur bois. J’y suis arrivée. Maintenant, je fais de la peinture sur verre. Il ne faut jamais dire, je ne peux pas !».
Un cerne, céramique à froid, céramique cuite au four sont autant de termes auxquels elles initient les... Que dire des tons et couleurs employés dont elle connaît toutes les nuances allant du bleu lagon, azur, saphir, au vert orient, pistache, vert anis en passant par le mauve, violet, parme, le vermillon, rubis rose Bengale et ivoire. Un éventail de tonalités qu’elle explique comme on raconte une histoire.
 Lamia Nazim  

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions