mardi 07 juillet 2020 18:00:17

Séminaire scientifique sur le tourisme : Les enjeux vus de l’amphi

«Nous devons reconnaître que louer la beauté de l'Algérie est insuffisant pour assurer le développement du secteur touristique»

PUBLIE LE : 25-04-2012 | 0:00
Ph. Wafa

«Nous devons reconnaître que louer la beauté de l'Algérie est insuffisant pour assurer le développement du secteur touristique», souligne le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, M. Smail Mimoune.

“L’intérêt  des chercheurs  universitaires au tourisme et ses problématiques confirme le retour de ce  secteur au devant de la scène», c’est ce qu’à indiqué, hier, le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, M. Smail Mimoune.
S’exprimant à l’ouverture des travaux d’un séminaire international  organisé à l’université  Saad Dahleb de Blida, avec pour thème : « Le tourisme enjeu du développement  durable », le ministre a tenu à souligner que « l’organisation de ce séminaire scientifique confirme que les universités algériennes ne sont plus des citadelles fermées sur elle-même, mais qu’elles elle sont devenues un espace privilégié, ouvert  sur les questions économiques, sociales et le développement du pays. »
 Appuyant ses dires, le ministre a indiqué « qu’il y a quelques jours nous avons participé à deux séminaires internationaux organisés par l'Organisation mondiale du tourisme sur  la question du tourisme de montagne et le second sur l'avenir du tourisme dans le bassin méditerranéen. »
Selon lui au cours de ces  deux rencontres,  les experts ont confirmé que l'année 2012 verra le déplacement d’un milliard de touristes,  alors qu’en 2011 ce chiffre était de l'ordre de 980 millions de touristes « et  cela  en dépit les répercussions de la crise financière et économique qui ont secoué le monde ces dernières années », a-t-il expliqué avant de préciser dans ce contexte, le fait que « grâce à la généralisation, de plus en plus présente, de la culture des vacances et l'émergence de certains pays en tant qu'exportateurs de nouveaux produits pour les touristes, comme le Brésil, l'Inde, la Chine… le flux touristique mondial atteindra 1,4 milliard de vacanciers en 2020. »
  En ce qui concerne la région méditerranéenne « à laquelle nous appartenons et qui est le plus grand espace d’avenir pour les touristes du monde entier », le ministre a souligné que « celle-ci  a enregistré en 2011, environ 360 millions de visiteurs, du total des flux mondiaux. »
Allant plus loin dans ses explications, le ministre a souligné que « l'Algérie n'exclut pas une tendance vers la hausse, pour l’exploitation  du secteur du tourisme au service du développement économique et social. »  
Et pour  mieux comprendre la situation du secteur du tourisme aujourd'hui, et ses nombreuses perspectives de développement, le ministre a estimé qu’il est nécessaire de se référer d’abord aux principales  étapes que ce secteur a connues depuis 1962. Aussi, le ministre mettra l’accent sur la période de la décennie noire, rappelant le fait que « celle-ci n'a pas été très favorable pour lancer le programme de tourisme à grande échelle. » Avant d’ajouter que, néanmoins, « aujourd'hui, le secteur du tourisme  connaît  une amélioration  constante qui s’améliore d’année en année ». Aussi, selon lui, les pouvoirs publics  considèrent  celui-ci comme l'un des secteurs prioritaires pour soutenir la croissance économique. »
 Le ministre du Tourisme n’a pas omis d’affirmer par ailleurs : « Nous devons reconnaître que louer la beauté de l'Algérie est insuffisant pour assurer le développement du secteur touristique. Ce dernier reste  tributaire de notre capacité à transformer les capacités du secteur en  offres et en produits touristiques  conformes aux normes internationales ».
De son côté, le recteur de l’université de Blida a mis l’accent sur les objectifs de ce séminaire en indiquant que celui-ci vise, entre autres, à permettre l’échange d’expériences entre les experts et les chercheurs, à relier l’université avec son environnement économique, à l’extension des relations économiques entre les pays participant à  ce séminaire et enfin, pour diagnostiquer la réalité du tourisme en Algérie, afin d’avoir une vision nette « et mettre en place les moyens adéquats qui puissent attirer les investisseurs étrangers. »   

Makhlouf Ait Ziane
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions