Énergies renouvelables : “L’accompagnement du programme sollicitera plus de 3.000 chercheurs”, selon le directeur du CDER

La condition première de la mise en œuvre du programme national des énergies renouvelables est tributaire d’une combinaison des initiatives et des intelligences.
PUBLIE LE : 12-04-2012 | 0:00

La condition première de la  mise en œuvre du programme national des énergies renouvelables est tributaire d’une combinaison des initiatives et des intelligences. Cette dynamique dictée par la nécessité de diversifier les sources d’énergies à même de faire face à la demande croissante en la matière s’inscrit également dans la vision du gouvernement portant sur la mise en place d’une stratégie durable de mise en valeur des ressources inépuisables, à l’instar du solaire, dont le potentiel national est immense. L’option devra permettre au pays d’apporter des solutions globales et durables aux défis environnementaux, dont la préservation des ressources énergétiques d’origine fossile. Le programme consiste à produire une puissance installée de près de 22.000 MW d’ici 2030, dont 12.000 MW seront dédiés à la consommation nationale, sachant qu’à cette échéance, environ 40% de la production d’électricité orientée à la consommation nationale sera d’origine renouvelable.
Selon le Dr Maïouf Belhamel, directeur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), «la recherche est interpellée plus que jamais pour y apporter également sa contribution en matière de prévisions et de solutions technologiques appropriées». Aussi, «les solutions nouvelles, innovantes et surtout renouvelables doivent être progressivement intégrées et associées pour y apporter une bien meilleure viabilité et s’affranchir des aléas diverses sans préjudice pour l’environnement».
Cet ambitieux programme nécessitera, écrit-il, un potentiel humain qualifié de plus de 3.000 chercheurs appelés à intervenir, de manière graduelle, sur les échéanciers fixés. Pour le court terme (2012 – 2016), il s’agira de projets-pilotes de démonstration et de recherches-développement. La seconde étape (2017 – 2020)  consistera en l’exploitation industrielle et RDI associée alors que la dernière phase (2020 – 2030) sera consacrée l’exportation et au partenariat industriel, précise ce responsable dans un éditorial dédié à la thématique. La mise en place imminente de l’Agence de développement de la recherche en énergies renouvelables, prévue par les textes, devra permettre aux nombreux PNR (programmes de recherche) retenus d’y associer les jeunes doctorants pour qu’il puissent «approfondir leurs connaissances et leurs maîtrise dans les domaines prioritaires de leur choix  au sein des divisions de recherche et des structures à temps plein existantes en nombre, il est vrai, très insuffisant aujourd’hui».
Le lancement de l’infrastructure de recherche de Sidi-Abdallah avec les projets-pilotes de coopération technologiques est susceptible  de contribuer à mobiliser plus de chercheurs avec la création des nouvelles unités de recherche programmées à Boughezoul, à El-Oued et à Saïda, en sus des laboratoires spécialisés au sein des universités en rapport avec les thématiques du Programme national en énergies renouvelables. Le directeur du CDER, qui insiste sur le rôle des chercheurs en tant qui vecteur de développement et de croissance, ne maquera pas de mettre en avant  «la lourde responsabilité de la Commission nationale d’évaluation des chercheurs permanents qui aura à veiller à la progression des chercheurs performants intéressés de  faire carrière dans le domaine tout autant pour la Commission universitaire nationale pour les enseignants».
Il sera question, souligne le Dr Maïouf Belhamel, «d’encourager à l’avenir les jeunes enseignants-chercheurs à postuler pour renforcer les structures de recherche et non l’inverse, comme on le constate malheureusement aujourd’hui encore, à sens unique de la recherche vers l’enseignement». Une participation marquée de chercheurs permanents pour un «accompagnement qualifié, dans la durée » est, ainsi indispensable pour  la réussite du programme national en énergies renouvelables.                                
D. Akila

 


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com