lundi 09 dcembre 2019 18:21:31

En visite à Téhéran : Kofi Annan met en garde contre une “militarisation” de la question syrienne

L'émissaire spécial de l'ONU et la Ligue arabe, Kofi Annan, a averti hier à Téhéran qu'« une militarisation » du conflit en Syrie serait « désastreuse »

PUBLIE LE : 12-04-2012 | 0:00
D.R

L'émissaire spécial de l'ONU et la Ligue arabe, Kofi Annan, a averti hier à Téhéran qu'« une militarisation » du conflit en  Syrie serait « désastreuse ».          « Toute militarisation de la question syrienne serait désastreuse », a  déclaré M. Annan à Téhéran, lors d'une conférence de presse conjointe avec  le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi.  M. Annan répondait à une question de la presse sur les appels du Qatar et de l'Arabie saoudite à « armer » l'opposition syrienne. Pour sa part, M. Salehi a indiqué que « l'Iran est hostile aux interventions  étrangères dans les affaires de n'importe quel pays ».          
« Nous estimons que tout changement en Syrie devra se faire sous le gouvernement  syrien », a-t-il dit ajoutant que l'Iran « soutenait les réformes promises par le gouvernement syrien, notamment la liberté des partis politiques et des élections » libres. « Nous sommes satisfaits par le fait qu'il n'est pas question dans le  plan de paix de M. Annan d'un changement du chef de l'Etat syrien (...) Nous  avons dit à M. Annan que l'Iran soutiendra le plan de paix tant qu'il poursuivra  cette approche », a encore dit M. Salehi.        
De même qu’il a estimé qu'il était possible d'obtenir l'arrêt  des combats en Syrie « à partir de jeudi (aujourd’hui) matin », date fixée par le Conseil de sécurité onusien pour la cessation des violences. « Si tout le monde (gouvernement et opposition) respecte, je pense qu'à  partir de 6 heures (heure de Damas - 3h GMT) le jeudi 12 avril, nous  devrions voir une nette amélioration de la situation sur le terrain et il est  possible de voir des progrès », a déclaré M. Annan. « Cela est possible et c'est dans l'intérêt des Syriens que les deux  parties arrêtent les combats à partir de 6 h le 12 avril », a-t-il ajouté.          
« Sur la question des assurances écrites (que Damas avait exigées de l'opposition pour un arrêt des combats), il y a eu des clarifications de la  part des autorités sur ce qu'elles demandent pour que l'autre partie, les forces de l'opposition, cessent les combats », a-t-il assuré.            
« Nous avons obtenu des réponses positives de leur part et nous sommes en contact avec les gouvernements ayant une influence pour assurer que toutes  les parties respectent le cessez-le-feu », a ajouté l'ancien secrétaire général de l'ONU et médiateur international pour la Syrie.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions