mardi 07 juillet 2020 06:46:51

La ministre de la Culture Mme Khalida Toumi anime une conférence de presse à la salle Atlas : “La colonisation est un crime et non une culture”

Mme Khalida Toumi a voulu, au cours d’une conférence organisée hier à la salle Atlas, marquer la journée du 19 Mars 1962 coïncidant avec la célébration officielle en Algérie de la fête de la Victoire en rappelant à l’assistance les significations profondes que revêt cet événement pour la mémoire et l’écriture de l’histoire à l’orée du cinquantenaire de l’indépendance.

PUBLIE LE : 20-03-2012 | 0:00
Ph. Wafa

Mme Khalida Toumi a voulu, au cours d’une conférence organisée hier à la salle Atlas, marquer la journée du 19 Mars 1962 coïncidant avec la célébration officielle en Algérie de la fête de la Victoire en rappelant à l’assistance les significations profondes que revêt cet événement pour la mémoire et l’écriture de l’histoire à l’orée du cinquantenaire de l’indépendance. Elle s’est de prime abord exprimée sur les sens dont est toujours porteuse cette date anniversaire par rapport aux significations que l’on doit conférer au mot culture. Elle a d’emblée établi un lien étroit entre la célébration du 19 Mars,  sanctionné par les Accords d’Evian, mettant en présence pour la première fois de l’histoire le FLN, l’ALN et le Gouvernement provisoire algérien avec l’Etat français. « A cet instant je comprenais en tant que femme algérienne que c’était la première reconnaissance légale de la part de la puissance coloniale de l’existence de la République algérienne en tant qu’entité politique et physique », a-t-elle déclaré avant d’ajouter : « Nous qu’on appelait les français musulmans n’étions plus un département français mais des Algériens qui avaient une identité ». Le peuple algérien dont l’existence avait été bafouée pendant 130 ans de colonisation oppressive et destructive avait à l’arrivée des Français une culture propre qui déterminait son identité et sa spécificité culturelle, précisera la ministre avant de définir la culture comme « un capital accumulé constitué des capacités d’un peuple à produire du sens  et la colonisation de peuplement est un crime et non une culture », a-t-elle martelé. Le citoyen algérien a depuis l’antiquité œuvré dans la production d’un mieux-être et l’histoire millénaire, comme en témoignent les fresques du  Tassili, sont une preuve concrète de la relation au monde et face aux autres. Des Algériens dont l’histoire appartient à l’humanité dès lors qu’elle se différencie et c’est ce que recouvre justement dans son acception globale le mot culture. La ministre a annoncé en marge de ce point de presse que  le budget du ministère de la Culture a augmenté cette année de 50%, en préparation des festivités du cinquantenaire de l’indépendance qui se déroulera durant toute l’année.
Lynda Graba
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions