mercredi 05 aot 2020 07:54:16

Elections legislatives du 10 mai, Saïd Abadou : “Les législatives sont la clé de réformes profondes”

Le pluralisme en Algérie mettra une fois encore «les citoyens face à leurs responsabilités, à travers l'exercice en toute souveraineté de leur droit à choisir les personnes aptes à répondre à leurs aspirations».

PUBLIE LE : 17-03-2012 | 23:00
D.R

Le pluralisme en Algérie mettra une fois encore «les citoyens face à leurs responsabilités, à travers l'exercice en toute souveraineté de leur droit à choisir les personnes aptes à répondre à leurs aspirations».

Les élections législatives du 10 mai prochain se sont invitées hier au 11e congrès de l’Organisation nationale des moudjahidine, placé sous le haut patronage du Président Abdelaziz Bouteflika. Dans son discours, Saïd Abadou, président de l’ONM, a, d’emblée, souligné que ces joutes sont «le fruit d'efforts sincères et d'un travail de prospective prometteur afin d'engager des réformes profondes dans le pays».
Ces réformes, soutient-il, «permettent aux composantes de l'Etat d'entamer une nouvelle étape dans son parcours, pour réaliser les aspirations du peuple au progrès sociopolitique et à la prospérité économique de l’Algérie». A propos du cinquantenaire de «la fête de la victoire», l’orateur a indiqué que les «préparatifs sont en voie de parachèvement».
S’exprimant devant l’ensemble du staff gouvernemental et 1.300 congressistes, M. Abadou a expliqué que ces objectifs ne sont réalisables qu'au «sein d'un Etat de droit où, d’un côté, règnent la sécurité et la stabilité et, de l’autre, le citoyen jouit de la liberté et de la démocratie». Dans la foulée, l’orateur a évoqué la «politique marquée par la naissance de partis politiques», lesquels, selon lui, «appartiennent à divers courants et regroupés dans le respect des valeurs du peuple algérien». Ce pluralisme qui a porté ses fruits en Algérie mettra une fois encore «les citoyens face à leurs responsabilités à travers l'exercice en toute souveraineté de son droit à choisir les personnes aptes à répondre à ses aspirations.» Sur sa lancée, M. Abadou a tenu à saluer l’initiative du Chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, qui a eu «le mérite d'ouvrir de nouvelles perspectives dans la marche du pays». Des propos suivis de youyous stridents qui fusent des quatre coins de la salle. A l’unisson, des moudjahidate n’ont cessé de répéter : «Vive l’Algérie !»  Plus loin dans son discours, le président de l’ONM a fait savoir que l’attitude du Président est «digne d'un moudjahid authentique ayant des qualités rares et qui se distingue par ses capacités de mieux comprendre la volonté populaire et de répondre en temps opportun à cette volonté et à choisir les mécanismes idoines pour réaliser le changement tant attendu».
Dans le même ordre d’idées, M. Abadou a jugé nécessaire de tirer profit de l'expérience du Président de la République, qui a su, avec volonté et clairvoyance, faire sortir le pays des dures épreuves qu'il a endurées et garantir son décollage politique, économique et social, ainsi qu'à lui rendre la place qui lui sied dans le concert des nations. Rappelant que les travaux de ce congrès se poursuivent jusqu’à aujourd’hui.
Fouad IRNATENE

19 moudjahidines reçoivent la médaille Al Ahid de l'ordre du mérite national
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a décerné hier à Alger la médaille Al Ahid de l'ordre du mérite national à 19 moudjahids en reconnaissance de leurs grands sacrifices consentis lors de la guerre de libération. Les médailles et attestations ont été remises aux moudjahidine par le ministre des Moudjahidine, M. Mohamed Cherif Abbas, au nom du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, à l'occasion de la tenue du 11e congrès de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM). Les moudjahidine qui ont reçu cette distinction ont salué cette initiative "louable" du Chef de l'Etat, d'autant plus qu'elle coïncide avec la célébration par l'Algérie du cinquantenaire de la fête de la victoire et le 50e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale. Les moudjahidine honorés sont des invalides de la guerre de libération qui ont subi des tortures et blessés au "napalm".

Des moudjahidate revendiquent une représentation féminine dans les instances de l'ONM
Des moudjahidate se sont élevées contre ce qu'elles ont qualifié de "discrimination" à leur égard et ont revendiqué une représentation féminine dans les instances suprêmes de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM). De nombreuses moudjahidates, présentes au palais des Nations, ont tenu à dénoncer l'exclusion de femmes de la liste des moudjahidine qui ont été distingués à cette occasion. "Il s'agit là d'une discrimination et d'une violation de la Constitution. Ceux qui sont chargés d'organiser ce congrès doivent réparer cette injustice", a déploré Mme Belmihoub Meriem Zerdani, moudjahida, ex-membre du Conseil de la nation, dans une déclaration à l'APS. "Le 1er Novembre 1954, il y a eu des hommes et des femmes qui ont rejoint le mouvement de libération nationale. Les femmes autant que les hommes ont pris les armes, rejoint le maquis et consenti d'énormes sacrifices pour la libération du pays. Alors, je me demande pourquoi, aujourd'hui, on fait dans la discrimination et on exclut les femmes ?" s'est-elle interrogée. "Pour le principe, nous voulons la présence de femmes moudjahidate au sein du secrétariat de l'ONM", a-t-elle insisté.

----------------------------

Ils ont dit

Mokdad Sifi, ancien chef de gouvernement :
«Ce congrès de l’Organisation nationale des moudjahidine est, comme les précédents, d’une importance capitale parce qu’il nous renvoie au premier novembre 1954 et à la Révolution algérienne qui a permis l’indépendance du pays. La question des moudjahidine est sacrée, et ce quelles que soient les conclusions de ce congrès.»

Youcef El Khatib,  ancien officier de l’ALN :
«La quasi-totalité des moudjahidine ont leurs droits intégraux ; pour le peu qui reste, cela viendra avec le temps. Je tiens à signaler que la prise en charge médicale spéciale des moudjahidine est nécessaire, d’autant que la plupart ont atteint un âge avancé. Chaque wilaya doit disposer d’une structure adéquate. Quant aux devoirs, il y en a un qui se démarque, à savoir l’écriture de l’histoire, laquelle se base sur des documents et archives. Par ailleurs, un grand nombre d’acteurs peuvent apporter leur précieux témoignage sur la lutte de libération.»
Propos recueillis par F. I.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions