samedi 19 aot 2017 06:18:34

Urbanisme et protection de l'environnement : Plus de 34 400 infractions en 2011

La Police de l'urbanisme et de la protection de l'environnement (PUPE) a relevé plus de 34.400 infractions liées à des agressions contre l'environnement et l'urbanisme durant l'exercice 2011

PUBLIE LE : 08-03-2012 | 0:00

La Police de l'urbanisme et de la protection de l'environnement (PUPE) a relevé plus de 34.400 infractions liées à des agressions  contre l'environnement et l'urbanisme durant l'exercice 2011, a appris l’APS hier, auprès de la direction de la sécurité publique au niveau de la sûreté nationale, qui a constaté un « laisser-aller » des autorités locales dans ce domaine.  
Dans le secteur d'intervention de la sûreté nationale, les unités de  la PUPE ont enregistré, l'année dernière, 34.472 infractions, 14.007  infractions concernent l'environnement et 20.465 l'urbanisme, a indiqué à l'APS  le sous-directeur de la direction de la sécurité publique au niveau de la sûreté nationale, M. Madjid Saâdi. Les infractions constatées ont donné lieu à la rédaction de 25.298 rapports transmis aux autorités locales ou à la justice, a-t-il ajouté.  Pour les violations des règles de l'urbanisme, le bilan mentionne  essentiellement les constructions sans permis (16.432 infractions) tandis que les atteintes aux normes environnementales ont porté en premier lieu sur le manquement aux normes d'hygiène et de santé publique (8.103 infractions).  La PUPE, qui dépend de la direction de la sécurité publique de la sûreté  nationale, agit « en étroite coordination » avec les services techniques spécialisés des Assemblées populaires communales (APC) et des wilayas, pour la lutte contre  toutes les formes d'atteinte à l'hygiène publique, à l'environnement et à l'urbanisme. Ses éléments interviennent sur le terrain « à leur initiative, en collaboration  avec les autorités locales territorialement compétentes ou sur requête des citoyens », constatent les infractions et informent, suivant les cas, les services techniques des APC, la wilaya ou la justice qui sont « habilités à prendre les décisions qui s'imposes ». En matière d'urbanisme, les cas de la non conformité des constructions au permis délivrés sont en effet traités directement par la justice, la PUPE  étant tenu d'interroger l'auteur de l'infraction et l'autorité qui avait délivré  le permis de construire avant de transmettre le dossier au parquet.  Les cas de construction sans autorisation sont traités « indirectement »  par le tribunal. « Le président de l'APC peut délivrer un permis de démolition en 24 heures à partir du moment de la constatation d'une construction sans permis. Mais s'il tarde à prendre cette décision ou si l'auteur de l'infraction occupe  entre temps la construction avec sa famille, la démolition devient impossible sans l'autorisation du procureur de la République », a-t-il expliqué à  ce propos. Donc sur les 20.465 infractions liées à l'urbanisme, 5.572 ont fait l'objet de rapports transmis au parquet, a fait savoir M. Saâdi, précisant que, s'agissant de l'environnement, le nombre des rapports adressés au tribunal  était de 4.084 (sur les 14.007 infractions constatées), soit un total de 9.656  dossiers.  Le sous-directeur de la direction de la sécurité publique n'était pas en mesure de parler de la suite donnée par les tribunaux à ces cas déclarés  parce que « la mission de la PUPE s'arrête à la constitution et à la transmission  des dossiers ». Sur le terrain, malgré les efforts de la PUPE et des autorités  locales elles-mêmes, les atteintes à l'urbanisme et à l'environnement ne cessent  de s'amplifier. La plupart des villes souffrent, en effet, de la présence de constructions  illicites et leurs habitants se plaignent des nuisances provenant des marchés parallèles et du manque d'hygiène publique. De plus, c'est à la police que les citoyens reprochent de tolérer les constructions illicites et les marchés parallèles dans leurs cités. « Les citoyens ignorent la véritable mission de la PUPE et parfois ils ignorent même son existence », a déploré M. Saâdi.  Pour justement vulgariser son rôle qui consiste notamment en la stricte  application des normes en matière d'urbanisme et de l'environnement « en coordination  avec les services techniques des APC et des wilayas », la PUPE participe aux « semaines portes ouvertes » sur la police qu'organise périodiquement la direction  générale de la sûreté nationale (DGSN). De l'avis de M. Saâdi, l'impact de cette participation est « très limité » en ce sens que les visiteurs de ces portes ouvertes ne s'intéressent qu'aux matériels de travail de la police, notamment les radars, « pour savoir à quoi  s'attendre une fois sur les routes ».  Selon lui, la PUPE reçoit des requêtes de citoyens, parfois sous couvert de l'anonymat, qui lui reprochent d'être passive devant la prolifération des  bidonvilles. D'autres citoyens, a-t-il ajouté, s'adressent à la police, « en  dernier recours », parce que leurs requêtes ne sont pas prises en charge au niveau de leurs APC, concernant entre autres les extensions anarchiques aux constructions ou des constructions illicites dont ils sont victimes. Elle  informe les autorités territorialement compétentes, à savoir le président de l'APC qui doit prendre la décision qui s'impose. La police ne fait que contribuer à l'application de cette décision", a expliqué M. Saâdi à propos des bidonvilles. Sur le même sujet, il fait remarquer que « si le président de l'APC ne  prend pas les décisions qui s'imposent au bon moment, le problème se compliquerait »,  estimant que « la prolifération des bidonvilles vient du fait que des élus locaux  d'APC n'assument pas leurs rôles ».          Pour lui, et contrairement à ce qui est répandu au sein de l'opinion  publique, le règlement du problème des marchés parallèles qui portent atteinte à la quiétude des citoyens des villes, relève surtout de la responsabilité des autorités locales plutôt que de la police.        
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions