mercredi 05 aot 2020 22:37:33

«La femme et la révolution » : Thème de journées culturelles à Annaba

Un hommage est rendu aux moudjahidate de la lutte de Libération nationale par la maison de la Culture Mohamed-Boudiaf d’Annaba qui a initié, dans le sillage de la célébration du 8 Mars, des journées culturelles ayant pour thème «La femme et la Révolution».

PUBLIE LE : 04-03-2012 | 23:00
D.R

Un hommage est rendu aux moudjahidate de la lutte de Libération nationale par la maison de la Culture Mohamed-Boudiaf d’Annaba qui a initié, dans le sillage de la célébration du 8 Mars, des journées culturelles ayant pour thème «La femme et la Révolution». La manifestation qui s’étalera jusqu’au 6 mars a été marquée samedi par une intervention de l’artiste peintre Djanet Dahel sur «La femme et l’art». Une exposition de l’artiste se tient dans la même institution. L’œuvre de Dahel Djanet Hebrih, peintre et sculpteure, n’est certainement pas à présenter. Rappelons simplement que la lauréate du prix a apposé sa griffe sur de nombreuses réalisations, ces dernières années, et a à son actif plusieurs expositions personnelles, en Algérie et à l’étranger, notamment en Tunisie, en France et en Allemagne, de même qu’elle a participé à de nombreuses expositions collectives.
Ceux qui s’intéressent à la création artistique lui reconnaissent une touche toute particulière, que ce soit dans les aménagements opérés dans les corniches d’Annaba et de Tabarka, que ce soit dans ses sculptures, pour la plupart, ayant un rapport avec des événements et des personnalités historiques. On cite, notamment dans ce registre, la statue (en bronze) du Président Houari Boumediene à Guelma, la ville qui l’a enfanté, le buste du chahid Souidani à Annaba, ou encore le monument du 8-Mai 1945 à Guelma toujours. Son amour pour l’art et la création est lisible sur son parcours d’artiste ô combien plein et fécond, mais qui n’amoindrit en rien son dévouement à la vie de famille et à l’éducation de ses enfants. Native de Annaba, elle a précocement, avant l’âge scolaire, montré toutes les prédispositions d’une future artiste de talent. Des éléments de biographie montrent «qu’enfant déjà, elle vivait dans un monde imaginaire propre à elle, s’isolant pour dessiner et vivre avec ses personnages irréels et fantastiques». Le fait qu’elle soit douée en mathématiques ne l’a pas empêchée de s’orienter vers les beaux-arts et ensuite l’enseignement du dessein.
Comme un romancier qui s’inspire du vécu pour faire évoluer ses personnages, Djanet puise dans le quotidien pour marquer le trait de ses œuvres. En sculpture comme en peinture, l’artiste suscite la sensibilité et la curiosité. Un commentaire de connaisseur relève que «sa peinture dégage une force. Elle accorde beaucoup d’importance au dessin, à l’anatomie, au mouvement et évite généralement l’inertie. Elle se rapproche des impressionnistes, elle saisit la moindre situation, attitude».
S. Lamari

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions