mercredi 13 novembre 2019 14:30:59

Praticiens Spécialistes de la Santé Publique : Le SNPSSP maintient son mot d’ordre de grève pour le 3 mars prochain

Le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP) maintient son mot d’ordre de grève pour le 3 mars prochain. Un débrayage de trois jours, a-t-on appris hier auprès du Dr Mohamed Yousfi, président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP).

PUBLIE LE : 21-02-2012 | 0:00

Le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP) maintient  son mot d’ordre de grève pour le 3 mars prochain. Un débrayage de trois jours, a-t-on appris hier auprès du Dr Mohamed Yousfi, président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP). «En cas de non-satisfaction, les médecins spécialistes prévoient un autre débrayage de 3 jours, les 11, 12 et 13 du mois prochain, avant de recourir à une grève illimitée, le 19 mars 2012», souligne notre interlocuteur.
Mais quelles sont donc les motivations et revendications ayant poussé les praticiens spécialistes à recourir à cette énième grève ? Selon M. Yousfi,  ce mouvement porte en fait sur une plateforme de sept revendications qui, malgré les assurances de la tutelle, à maintes reprises, n’ont pas abouti. Il s’agit, d’abord, de l’amendement du statut particulier ainsi que de la «suppression de la  discrimination» en matière d’imposition (IRG) des primes et indemnités versées par le secteur de la santé aux praticiens spécialistes hospitalo-universitaires (10%) et aux praticiens spécialistes de santé publique (35%).
Figurent également dans la liste des revendications, la révision du régime indemnitaire, suivant les projets arrêtés conjointement entre la tutelle et le syndicat, et  la promulgation de l’arrêté interministériel portant organisation du concours de passage du grade de praticien spécialiste assistant au grade de praticien spécialiste principal.
«En dépit de sa signature, en octobre dernier, l’arrêté en question n’a pas encore été publié au Journal officiel, ce qui retarde son entrée en vigueur», regrette M. Yousfi qui insistera par ailleurs sur  la mise en application des me- sures incitatives concernant le service civil et sur le respect de la réglementation, en matière de carte sanitaire pour les services de santé publique et en matière de présence des praticiens spécialistes de santé publique dans les comi- tés médicaux existant déjà ou nouvellement créés. Le septième et dernier point de la plateforme de revendications consiste en  l’octroi d’un quota national de logements de fonction au profit des praticiens spécialistes de santé publique et de «facilitation» de l’accès aux autres formules de logements.
Aussi, et après avoir cité dans le détail, l’ensemble des doléances, le président du SNPSSP indiquera qu’il reviendra ensuite au bureau exécutif national,  en charge de la gestion de cette grève, d’agir en fonction de l’évolution de la situation.
Il convient de rappeler que la décision de dépôt du préavis de grève a été prise lors de la session du conseil national, les 16 et 17 février courant, à Alger. Un rapport a été alors présenté sur les «deux seules réunions» tenues avec le comité ad hoc de la tutelle et dont la dernière remonte au 15 décembre 2011.  A en croire le président du SNPSSP, depuis cette date, le ministre de la Santé et le Comité ad hoc ont été sollicités à plusieurs reprises, sans résultat.
Signalons, enfin, que le conseil national avait au préalable passé en revue la situation organique du syndicat et s’est félicité du niveau atteint par l’opération de renouvellement des structures syndicales, laquelle opération est achevée dans la majorité des wilayas.
Soraya G.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions