jeudi 27 avril 2017 00:33:46

Projet de constitution en Syrie : Référendum le 26 février

Le président syrien Bachar Al-Assad a fixé au 26 février la date du référendum sur le projet d'une nouvelle Constitution en Syrie, a annoncé hier l'agence officielle Sana.

PUBLIE LE : 16-02-2012 | 0:00
D.R

Le président syrien Bachar Al-Assad a fixé au 26 février la date du référendum sur le projet d'une nouvelle Constitution en Syrie, a annoncé hier l'agence officielle Sana.

“Le président Assad a promulgué un décret fixant la date du dimanche 26 février pour un référendum sur un projet de Constitution pour la Syrie",  a indiqué Sana. En janvier, M. Assad avait annoncé pour le début mars l'organisation d'un tel référendum. La commission chargée d'élaborer le texte a prévu notamment de limiter le mandat présidentiel à deux septennats, a écrit le quotidien al-Watan proche  du pouvoir, sans pour autant préciser si cette réforme s'appliquera à M. Assad dont le second mandat s'achève en 2014. La clause sur la primauté du Baas disparaît de la nouvelle Constitution en projet en Syrie, mettant ainsi fin au monopole de ce parti depuis près de 50 ans, selon le texte publié hier par les médias officiels.   
La Constitution actuelle avait été adoptée par le Parlement le 31 janvier 1973 et son article 8 stipule que "le parti Baas (au pouvoir depuis 1963) est le dirigeant de l'Etat et de la société".     
"La nouvelle Constitution rivalisera avec les Constitutions les plus modernes" avait promis en novembre le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem.     
Au début du mouvement de contestation du régime du président Bachar al-Assad, mi-mars 2011, la suppression de cette clause était l'une des revendications essentielles des opposants qui réclament maintenant le départ   pur et simple de M. Assad. Pour sa part, la Russie a exhorté hier les observateurs de la Ligue arabe à poursuivre leur mission en Syrie, estimant que la "crise dans ce pays ne peut se résoudre sans l'implication de la communauté internationale".  
Selon des déclarations publiées sur le site Internet du ministère russe  des Affaires étrangères, le chef de la diplomatie Sergeï Lavrov a estimé qu'"il est de préférence en cette période actuelle de poursuivre la mission des  observateurs de la Ligue arabe en Syrie". Evoquant le rapport élaboré par ces observateurs arabes, M. Lavrov a tenu à préciser que "le gouvernement syrien n'est pas la seule partie impliquée dans les violences que connaît le pays", imputant une part de responsabilité  à des groupes armés.  
La Ligue arabe avait décidé fin janvier de suspendre sa mission d'observation en Syrie en raison de la poursuite des violences dans ce pays. "Il existe deux missions principales devant être accomplies,  la première est d'abord consiste à trouver un mécanisme pour arrêter l'effusion du sang  dans le pays et identifier les auteurs violences armées contre le gouvernement  syrien", a souligné le ministre russe. "Les groupes armés (en Syrie) utilisent des roquettes et détruisent des oléoducs, cela constitue une menace pour toute la région", a-t-il mis en  garde, notant que la Russie "veut connaître quelle est la relation liant l'opposition politique syrienne aux groupes armés".  
Quant à la seconde, "elle consiste à savoir s'il existe un consensus  sur la nécessité d'entamer un dialogue national global", a-t-il expliqué, jugeant que "ce dialogue n'aboutira pas sans la participation du gouvernement syrien".  
La situation en Syrie s'empire davantage en raison du refus de l'opposition refuse toujours de dialoguer avec le gouvernement, a-t-il dit, estimant d'autre part qu'"il n'est pas possible d'envoyer une force conjointe en Syrie sans l'aval  du pays d'accueil". La Russie avait accusé récemment des pays occidentaux d'implication dans l'attisement de la crise en Syrie, et d'inciter l'opposition à des "actions  intransigeantes".

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions